La voix militante de citoyens d'ici et d'ailleurs

Mélenchon : tu la sens notre chance historique ?

Par      • 12 Avr, 2017 • Catégorie(s): Elections  Elections    

Ce matin, les bras m’en sont tombés. Pierre Laurent, l’actuel 1er secrétaire du Parti Communiste Français, a déclaré au micro de Patrick Cohen que « Les Français sentent qu’il y a une chance historique de porter Jean-Luc Mélenchon au 2e tour et, avec lui, une gauche tout à fait nouvelle« .

Tu la sens « notre chance historique » ?

Concernant Mélenchon, c’est bien d’histoire dont il faut parler. Rocardien, ardent défenseur de Maastricht, tontondolâtre, partisan du NON au projet de TCE, Jean-Luc est à la politique ce que la girouette est au vent. Et pour tout dire, je ne crois pas qu’il s’agisse d’une chance historique que de disposer d’un Président putatif qui n’y connaît rien à la chose économique ! Jean-Luc Mélenchon est titulaire d’une licence en philosophie. Je n’ai rien contre les philosophes, surtout quand ils font de la philosophie.

Une gauche nouvelle

Mélenchon : tu la sens notre chance historique ?Je ne m’étendrais pas ici sur l’âge du capitaine. A 66 ans, Mélenchon n’a rien du grabataire. A force de quinoa, il est aujourd’hui plutôt en forme ! Quant à la nouveauté supposée qu’il incarnerait, là, je serais pour ma part beaucoup plus perplexe. Entré en politique en 1976, cela fait donc plus de 40 ans que notre « insoumis » traîne ses guêtres sur les bancs des conseils municipaux et généraux, du Sénat, des ministères et du Parlement européen. Pour faire court, Jean-Luc Mélenchon est un de ces grands professionnels de la politique, qui, du haut de leur talent, ont réussi à transformer l’or en plomb et contribué à ce que la France comptabilise 6 millions de chômeurs et 9 millions de pauvres !

De la méthode, nous disait Descartes, dans un discours qui n’en manquait point !

Ce qui m’empêchera de voter pour le candidat de la France insoumise, ce sont les priorités qu’il a fait de l’avènement d’une VIe République et aussi de la renégociation des traités européens. Concernant nos institutions, si je partage le diagnostic de leur décomposition de la position de maire que je suis, de corruption généralisée y compris chez les élus locaux, je ne crois pas que la solution à la question économique et sociale passera par la réforme de nos institutions. Je ne crois pas, non plus, que c’est par l’Europe ou contre l’Europe que passe aujourd’hui la solution au chômage, à la précarité et à la pauvreté.

 

Voie Militante Voie Militante

Tags : , , ,

Laisser une Réponse

*