La voix militante de citoyens d'ici et d'ailleurs

Les communistes iront sans doute à la soupe !

Par      • 2 Juin, 2012 • Catégorie(s): Elections  Elections    

Si Jean-Luc Mélenchon et le Parti de Gauche ont eu le mérite d’être clairs sur leurs intentions respectives vis à vis des socialistes, une fois de plus, les communistes nous auront donné l’image sordide de ce que peuvent être l’électoralisme et la combine en politique, à l’image du concours de lèche-bottes auquel se sont prêtés les Verts et Jean-Vincent Placé !

L’histoire ancienne et la nouvelle !

C'est quoi le sens du mot "communiste" dans la société du XXIe siècle ?Retranchés dans leurs bastions, ici à Brionne, là à Gisors, les Communistes ne représentent plus rien dans la société française. Tout juste une référence à une histoire qui se sera caractérisée par l’extermination de millions d’êtres humains ! D’ailleurs, que peuvent bien avoir en commun les communistes français d’aujourd’hui, les Marie-George Buffet, Pierre Laurent, Marcel Larmanou (que je respecte profondément), avec ces « salauds » qui osaient se dire « communistes », alors qu’ils assassinaient leurs peuples ? Nous n’en sommes plus là.

J’étais donc prêt à voter Valéry Beuriot, candidat communiste au titre du Front de Gauche, au 1er tour de l’élection législative du 10 juin 2012, dans la 2e circonscription de l’Eure.

Seulement voilà.

Pierre Laurent, l’actuel secrétaire du Parti Communiste Français, a conditionné sa participation à l’acceptation par Jean-Marc Ayrault d’un moratoire sur les licenciements, des mesures anti-licenciement et de relance industrielle.  Nicolas Dupont-Aignan ou Marine Le Pen pourraient d’ailleurs sensiblement avoir les mêmes exigences, sans que cela choque outre mesure. Pierre Laurent veut nous faire prendre des vessies pour des lanternes !

Le traité de Lisbonne

Rappelons que la parlement a adopté le traité de Lisbonne en 2008, alors que le peuple français s’était majoritairement prononcé contre le projet de TCE en 2005. Sans les voix des parlementaires socialistes, ce texte n’aurait jamais été adopté. A l’époque, François Hollande était 1er secrétaire du Parti Socialiste. Jean-Marc Ayrault présidait aux destinées du groupe des députés socialistes à l’Assemblée Nationale.

Comment les communistes français pourraient accepter de gouverner sous la houlette de socialistes qui se sont allègrement essuyés les pieds sur la décision souveraine du peuple français ?

Pour ma part, je refuserai toujours de voter pour des hommes et des femmes qui font du double langage et l’ambiguïté un outil pour obtenir du financement public. La morale en politique, à gauche, n’a jamais été d’avoir comme modèle le prince de Machiavel ! Le Front de Gauche ne résistera pas à l’entrée de communistes dans le gouvernement au lendemain du 17 juin.

Voie Militante Voie Militante

Tags : , , , , , , , , , , , ,

19 Réponses »

  1. c’est aller un peu vite en besogne quant aux cocos, et si jamais quelques uns rentrent avec l’accord de la direction… le PCF ne sera plus membre du Front de gauche.

  2. @des pas perdus

    Vous oubliez la position fantôme de beaucoup d’élus communistes au sein des régions. Les groupes politiques « cocos « locaux sont maintenus à un niveau  » H ++ » car le P.S préfère un Allier reconnaissant et docile que d’autres partis du front de gauche dont certains se sont déjà illustrés en ne votant pas les budgets .

    Le PC n’est pas franc du collier . C’est tout de même une évidence. Rappelez-vous la création des comité -communistes pour le « non » au TCE en 2005 en pleine action unitaire .

    Avant le front de gauche, le PC naviguait à 3% dans les élections locales en moyenne. C’était la cata !

    Le front de gauche est arrivé, c’est passé très difficilement à 6 / 7 % . Mélenchon s’est affirmé et on connait le bon résultat de 11 % qui n’est pas le fait du Parti Communiste dans sa majorité.

    Le PC rentre au gouvernement ? Pourquoi voulez-vous qu’il sorte du front de gauche? Ce collectif n’a pas d’existence réelle. C’est une organisation bordélique qui a récemment refusé l’entrée du M’pep sous la pression interne des pro-euros (les choses changent d’ailleurs à ce niveau en interne de certaines composantes du FdG).

    Selon moi, Mélenchon devrait, après les législatives, se positionner en rassembleur et leadeur de l’unique gauche en France et agir pour refondre le concept du rassemblement de cette nouvelle gauche.

    Le Front de Gauche actuel n’est qu’une étape qui a pour vocation de s’effacer vers d’ autres fonctionnements qui nous éviteraient de constater dans certaines régions de France une trop importante place des candidats communistes dans des élections par rapport aux autres composantes du FdG.

    Bon, c’est un peu décousue ce que je viens d’écrire, mais je pense que l’on a compris le sens de ce commentaire.

    « – Hein tassin?

    – oui chef ! « 

  3. @des pas perdus

    « Quand c’est flou, c’est qu’il y a un loup. » A défaut d’une position claire et nette de la part du PCF, je ne voterai pas Front de Gauche, à l’occasion du 1er tour des législatives dans ma circonscription !

  4. bjr.pour la 2ème et pour l’eure,l’utile,l’efficacité le résultat,la marche en avant c’est jean louis DESTANS.je ne doute pas de la clairvoyance,de la cohérence,de l’intelligence des BRIONNAIS qui confirmerons et amplifierons dès le 1er tour le choix des présidentielles en donnant une forte majorité au président de la république pour le changement.. yvon LE LEPVRIER maire adjoint BRIONNE

  5. @Yvon

    Pour moi, ce sera une tournée de blanc le 10 et le 17. Le 6 mai, il s’agissait de se débarrasser de Sarkozy. Les Français, majoritairement, n’ont pas voté pour le candidat de la gauche de droite !

  6. @.DENIS….???;je te renvois au billet « jean louis DESTANS,en route pour l’assemblée nationale »signé « voiemilitante » en date du 22 juin 2011,une éternité !,mais surtout à ton commentaire :  » il (destans) est le seul a connaitre les dossiers….le bonhomme est brillant…..c’est le seul à gauche à pouvoir l’emporter. ».est il besoin d’en rajouter ?non !.oui il fallait se débarrasser de SARKOZY.il s’agit aujourd’hui de se débarrasser de son principal soutien dans la 2ème de l’eure,j’ai nommé jean pierre NICOLAS doyen des parlementaires de droite du département,distributeur incontrolé des bonbons de l’enveloppe parlementaire.voter blanc c’est une voix en moins pour la gauche mais surtout et malheureusement une voix en plus pour la droite qui n’a qu’un seul projet :EMPECHER,le gouvernement de jean marc AYRAULT de gouverner,EMPECHER le président de la république de conduire le changement.

  7. @Yvon

    Voter blanc n’a jamais été donner une voix à l’adversaire. Je n’enlève rien de ce que j’ai dit. Il est le seul à pouvoir l’emporter !

  8. SI,toute voix en moins à gauche est une voix de + pour la droite.je persiste et signe.la dessus on est en désaccord.meme logique d’ailleurs pour l’abstention bien + forte à gauche qu’à droite.ceci est un fait,un constat,rien de +.pour ma part,JAMAIS je n’ai voté blanc.

  9. @Yvon

    Je pense pas que l’élection se jouera à une voix !

  10. LA TIENNE !!!.???.à st éloi la gamelle est déjà pleine.pas besoin d’en rajouter.!.la mienne (voix) ne manquera pas et elle va faire beaucoup de petits à BRIONNE.

  11. additif: pour c’est meme 2 VOIX .j’ai une procuration…..J’ADORE voter 2 fois !!!!

  12. lire: « pour moi »…..

  13. Denis,

    Parce que ce n’est pas de ton niveau, je ne commenterai pas ton appréciation sur les communistes « retranchés dans leur bastion à Brionne » ni sur l’amalgame déplorable entre crimes de masses perpétrés par les dictatures en URSS, en Chine et ailleurs sur la planète au cours du siècle dernier, régimes qui se réclamaient du communisme et qui ont su tromper des militants de bonne foi, et l’humanisme qu’est l’idée communiste, idée pour laquelle des milliers d’hommes et de femmes ont combattu et donné leur vie, ici en France, pour la liberté, pour l’instauration d’une nouvelle société (« les jours heureux » = programme du Conseil National de la Résistance). Je suis blessé pour elles et pour eux, et c’est une insulte à l’intelligence. Passons.
    Je voulais réagir à propos de la question de la participation éventuelle des communistes au gouvernement. Notre position est très claire: 1) Nous sommes un parti de gouvernement; que ce soit au niveau local ou national, nous nous présentons aux suffrages des électeurs pour assumer nos responsabilités. C’est ce qui nous différencie fondamentalement de l’extrême-gauche. 2) Je l’ai répété dans cette campagne au cours de mes réunions publiques: l’éventuelle entrée de communistes au gouvernement, si elle doit se faire, ne se fera pas à n’importe quel prix. Il est hors de question pour nous de réitérer les errements passés (« gauche plurielle » pour ne citer que l’expérience la plus récente) avec la déception engendrée par une gauche qui n’a pas su changer la vie des gens. Il est hors de question pour nous de sacrifier le Front de Gauche pour quelques maroquins (comme ces verts qui ont sacrifié le message de l’écologie sur l’autel des petits egos et des petites carrières). Les communistes – et leurs dirigeants le savent – sont extrêmement réticents à l’idée que le PCF entre au gouvernement. Seul l’engagement sur des mesures fortes de notre programme (SMIC à 1700 euros, retour à la vraie retraite à 60 ans d’avant la réforme Fillon – pas l’imposture actuelle du PS) seraient de nature à conditionner cette participation. Alors, tu vois, au final, c’est une option qui me paraît très peu probable. Il n’y a pas de double langage. Cette position que je résume est très largement partagée par les communistes et les sympathisants. C’est aussi celle de notre secrétaire national Pierre Laurent que j’accueillerai, avec ma suppléante Laurence Chapelle, demain après-midi à Evreux dans le cadre de ma campagne pour échanger avec les habitants de la Madeleine et de Nétreville sur les questions du logement et de la jeunesse.
    Je serai à Saint-Eloi, dans ta commune, jeudi à 18h30 pour une de mes dernières réunions publiques. Peut-être t’y rencontrerai-je.
    Salut cordial

    Valéry

  14. St Eloi, priez pour nous le KGB arrive !

  15. @Valéry

    Le problème c’est qu’il n’y a jamais eu d’expérience communiste heureuse. Alors, on peut, comme tu le fais, prétendre qu’il s’agirait d’expériences qui ont dérivé du fait du comportement des hommes. Ils étaient tout de même quelques millions. Je reprends à mon compte la critique radicale de Castoriadis : l’idéologie communiste ne s’est exprimé qu’au travers des expériences communistes et de leur barbarie. Par ailleurs, il ne me semble pas, dans mon texte, avoir fait le moindre amalgame, puisque je suis convaincu que vous n’êtes plus communistes ! Ce terme n’a plus aucun sens. Sa référence à l’histoire est même devenu un handicap !

    Je partage ton analyse sur la gauche plurielle. Elle fut le tombeau de la « gauche » en 2002. Elle le sera probablement une nouvelle fois en 2017. Ce que je dénonce dans l’attitude de Pierre Laurent et du PCF, c’est la contradiction – apparente – à se ranger derrière un candidat qui fait de sa non-participation une raison de voter pour lui aux Présidentielles, tout en parlant ensuite de participation éventuelle aux législatives. Soyez clairs en disant que vous ne participerez pas au gouvernement et nous voterons pour vous ! En l’état, pour moi, ce sera une tournée de blanc au 1er tour, dimanche 10 juin !

    NB Jeudi, je ne pourrai pas être là, du fait d’un déplacement à Amiens. Sinon, j’avais prévu de venir !

  16. Voilà un article présentant un bel exemple d’anticommunisme ! Rien de surprenant de voir que le rédacteur annonce qu’il ne votera pas Front de gauche à la fin de son exposé-procès ! C’était cousu de fil blanc dès le premier paragraphe !

    Répondre à cet ensemble de lieux communs soutenus par les mass-médias occidentaux (donc capitalistes puisque privés ou au service de régimes capitalistes) ne servirait à rien vu la teneur des commentaires ici : nous avons à faire à des anticommunistes convaincus. Arrêtez un peu de vous éduquer sur TF1 !

    Au lieu de baver sur les communistes et de vous faire des films sur l’inexistence des communistes (le combat du PS depuis Epinay et Mittérand le collabo), concentrez vous sur le sens même de l’engagement politique : le combat pour des idées, pour une certaine vision de la France et de sa société.
    C’est vrai que si le PCF ne mérite plus le nom de communiste selon vous, on se demande en quoi le PS mérite encore le nom de socialiste ? … L’idéal socialiste du PS ? Une blague !

    Ne reste donc que ce brave Mélenchon ? Mélenchon : combien de divisions ?
    Mince ! C’est encore l’armée fantôme du cadavre communiste qui colle ses affiches et distribue ses tracts !
    Décidément, depuis ses pauvres bastions et avec ses militants fantômes, le PCF aurait-il encore un peu d’influence ?

    La conversion de la sociale-démocratie au libéralisme partout en Europe (et malheureusement plus largement) permet d’éclairer de nombreux peuples sur les rêves qu’on leur a vendu : la déroute de partis comme le PSOE ou le Labour en est l’illustration dramatique. C’est plus largement la déroute idéologique de toute la gauche non communiste et les expériences Die Linke en Allemagne et Izquierda Unida en Espagne nous montrent que le reniement de l’espérance communiste n’est qu’un feu de paille !

    Le fantôme communiste hante encore le monde, chers anticommunistes ! C’est, de fait, la seule opposition existante au rouleau compresseur libéral mis en marche par les puissances capitalistes dans les années 80. Les scores des partis communistes dans des pays européens comme la Russie (20 % malgré la fraude des pro-Poutine), la Tchéquie (le KSCM crédité de 20 % actuellement), ou certains pays baltes (Lettonie et Lituanie) en est l’illustration. Sans parler du poids politique et social de certains autres PC en Grèce, au Portugal notamment.

    Comme dans les années 20, votre aveugelement anticommuniste vous amène à hurler avec les loups du système. Certains veulent criminaliser le communisme, y compris dans votre « gauche ». Comme dans les années 30.
    Attention à ne pas laisser le peuple avec comme seule (fausse) alternative au capitalisme, le fascisme comme y ont contribué fortement la « gauche » non communiste européenne des années 30, en France (neutralité dans le putsch fasciste en Espagne) et en Allemagne notamment (Nolke) !

  17. @Solidaire27

    Ça a l’air d’être un joyeux bordel dans vos neurones !!! Un commentaire rafraîchissant.

    Si le fait de condamner les expériences communistes en URSS, en Chine, en Corée du Nord, en Albanie, à Cuba, au Cambodge, au Vietnam, c’est d’être anti-communiste, alors vous avez sans doute raison : je dois être anti-communiste. Ça vous va comme ça ?

    NB D’accord avec vous sur le Parti dit Socialiste.

  18. A tous les cocos frustrés, (un peu de « provoc » ça fait du bien)

    Perso, je suis un soutien aux idées évoquées par Marx dans ses bouquins. Mais le marxisme qui est encore à découvrir a servi “soit-disant” de modèle aux Bolcheviks qui se sont réclamés du communisme.

    Le problème du PCF c’est d’avoir toujours soutenu l’ ur »SS » SANS JAMAIS LE REGRETTER. Le problème des élus communistes des régions, c’est de toujours voter avec le PS sans contester quoi que ce soit pour des histoires de places et de gouvernances qui n’ont rien à voir avec la défense des intérêts de la population.

    Car si tel était, le PC aurait abandonné son soutien honteux au nucléaire et si tel était le cas, les élus PC seraient dans les villes, les régions et les département s qu’ils administrent avec le PS, autre chose que des suiveurs sans remise en cause (sauf en réunion de groupes de la majorité ou…quelques ils s’énervent, mais c’est aussi rare qu’un litre d’essence à 50 cent !

    Je ne trouve pas que ce texte soit anticommuniste primaire. Il ne condamne pas l’idéal communiste,mais les méthodes d’un parti d’élus Français plus intéressé de gérer une entreprise “pc” que de défendre l’intérêt politique du peuple.

    Sinon, pourquoi,diantre, l’électorat populaire s’en serait éloigné si ce n’est à cause de l’abandon oar le P.C d’une classe sociale défavorisée en faveur d’un élitisme décalé de plus en plus flou. Le PCf a peur de Mélenchon et de la suite. Peur de ne plus avoir la “main-mise” sur le front de gauche…et à juste titre ! Il a raison d’avoir peur !

    .

  19. j’ajoute.

    Une partie de l’électorat populaire a voté Mélenchon, certes, mais certainement pas « pc » à la présidentielle.

Laisser une Réponse

*