La voix militante de citoyens d'ici et d'ailleurs

Les 21 avrilologues

Par      • 29 Avr, 2011 • Catégorie(s): Elections  Elections    

Nous sommes tous devenus des experts du 21 avril, à l’envers comme à l’endroit. A la manière d’un Charles Perrault ou d’un Hans Christian Andersen, journalistes, hommes politiques et blogueurs nous entonnent, en cœur, la même litanie débilisante : « Si t’es pas sage, tu verras le grand méchant loup Marine Le Pen va venir te manger en 2012. »

Dictature sondagière

Lorsque Borloo a fait œuvre de sécession avec l’UMP, tout le monde – ou presque – s’est préoccupé de savoir s’il n’y avait pas là matière à un 21 avril à l’envers. Rien sur les idées ou le projet qu’il entendrait potentiellement porter devant les Français ! De la même façon, ce qui anime la discussion chez EELV est de savoir si Nicolas Hulot serait un adepte du coitus interruptus électoral, au cas où Marine Le Pen serait en capacité de se qualifier au 2e tour de l’élection présidentielle de 2012 par voie sondagière aux dépens du candidat du Parti Socialiste.

Défendre ses couleurs

Les dernières révisions constitutionnelles ont achevé de présidentialiser la Ve République, faisant de la présidentielle l’élection structurante de la vie politique française. Il est donc normal que chaque parti y aille sous ses couleurs. A gauche, il y aura, sans doute, 5 candidatures, dont deux d’extrême-gauche et une écolo.  Grâce à ces candidatures de 1er tour, la gauche disposera de réserves de voix pour le 2nd.

Ce qui peut empêcher le candidat du Parti Socialiste de ne pas parvenir au 2nd tour, c’est avant tout les candidatures des partis satellites au PS tels que le PRG ou le MRC. Rappelons tout de même que c’était Lionel Jospin en 2002 qui avait demandé à Christiane Tobira de se présenter, pour disposer d’une plus grande réserve de voix de nos compatriotes des départements et territoires d’outremer pour le 2e tour. Ce fut un brillant calcul : le 21 avril 2002 fut avant tout l’erreur politique de Lionel Jospin. Il sut d’ailleurs en tirer élégamment toutes les conséquences.

Souvenez-vous… 2007

En 2007, Dominique Voynet et Marie-George Buffet ont fait au 1er tour de la présidentielle respectivement 1.57% et 1.93% des suffrages exprimés. Le vote utile avait propulsé Ségolène Royal  à 25.87% au 1er tour, la qualifiant pour le 2nd. Elle ne disposait plus alors de réserves de voix suffisantes, étant obligée à faire de la retape pour DSK et Bayrou qu’elle habilla pour l’occasion en futur 1er ministre !

Nicolas Hulot, le meilleur candidat écolo pour la gauche !Marine n’est pas le Jean-Marie déclinant de 2007. Reprenant à son compte un discours plus « social », elle risque d’amputer la gauche de la gauche d’une partie significative de ses voix. Pour les écolos, la candidature de Nicolas Hulot permettrait de faire le plein des voix sans toucher à l’électorat socialiste de 1er tour, là où une Eva Joly hypothèquerait sérieusement la présence du PS au 2e tour. Reste une inconnue : quel serait le(a) meilleur(e) candidat(e) au PS ? François Hollande peut mordre sur le centre-droit, sans perdre sur sa gauche. DSK peut mordre jusqu’à la droite, en perdant les suffrages de la gauche du PS. Après Reims, Martine Aubry et Ségolène Royal risquent et l’une et l’autre de ne pas faire le plein des voix dans leur propre parti. L’ancienne candidate de 2007 est toutefois la plus à même d’éviter les candidatures conjointes du PRG et du MRC pour 2012.

Crédit photos : Ckan, Lucile Shchmid, RTL

Voie Militante Voie Militante

Tags : , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Laisser une Réponse

*