La voix militante de citoyens d'ici et d'ailleurs

Jean-Paul Gauzès, un homme du Parti du Président

Par      • 14 Mai, 2009 • Catégorie(s): Elections  Elections    

Mardi soir, l’édition normande de Blogs en campagne recevait Jean-Paul Gauzès, UMP.

Raymond Aron, notre maître à tous !D’entrée de jeu, à une question d’Edgar Menguy sur le peu d’intérêt porté par nos concitoyens aux élections européennes, il nous rappela sa fidélité à Antoine Rufenacht… « mon chef et mon maître« . Ces mots me rappelèrent assez étrangement ceux du très libéral Alain-Gérard Slama dans l’évocation de Raymond Aron… notre maître à tous.

Dans son propos introductif, il dressa son auto-portrait. « Les Français souhaitent des élus efficaces et disponibles. » Sauf que voilà… Cumulant les fonctions de Maire, Président de Communauté de Communes, Conseiller régional et directeur fiscal et juridique de Dexia jusqu’en 2007, je ne sais pas comment Jean-Paul Gauzès s’organise pour être aussi disponible et efficace !

A une question de Dominique Gambier, sur le paquet Télécom, il nous expliqua qu’il avait voté contre le fait que la coupure Internet liée à la mise en œuvre de la riposte graduée fasse l’objet d’une décision de justice préalable. Étrange choix que celui de Jean-Paul Gauzès qui fut aussi un homme de droit.

Bilan de la présidence Sarkozy

C’est sur la question du bilan de la présidence Sarkozy que le débat s’anima quelque peu. En bon petit soldat, le député européen sortant PPE-UMP salua l’action du Président français à la tête de l’Union Européenne. Je lui rappelai alors que, malgré le cessez-le-feu, aucun accord de paix n’a été signé entre la Russie et la Géorgie. Je lui indiquai que Gordon Brown avait refusé la création d’une cellule de commandement et de planification au niveau de l’Union Européenne alors que Sarkozy avait « vendu » l’adhésion au commandement intégré de l’OTAN à cette condition. Je lui fis remarquer que Jean-Claude Junker, président de l’Eurogroup, s’oppose à ce que les plans de relance aillent au delà des 400 milliards. Je lui rappelai enfin que, sur la question des paradis fiscaux, Nicolas Sarkozy s’est tû sur le Nevada, l’Etat du Delaware, le Wyoming, Hong Kong, Macao. Et l’Union pour la Méditerranée… vous avez des nouvelles ?

Jean-Paul Gauzès nous répondit que « 6 mois, c’est court« . Effectivement… courte fut la réponse ! Sur la défense : « Les tendances fédéralistes n’ont aucun poids« , ne sachant pas, comme souvent ce fut le cas au cours de l’entretien, s’il s’agissait de l’expression du bon sens près de chez nous à la Giscard ou bien plus simplement de l’expression de convictions molles.

De la crise

La France qui gagne en Rollex et Ray-Ban !

Dans le cadre de la préparation de cet entretien, j’ai lu avec beaucoup d’attention les programmes du PPE et de l’UMP. Ce qui, pour l’humaniste de gauche viscéral que je suis, m’est parfaitement insupportable, c’est le recours systématique de la droite conservatrice à un discours anxiogène qui attise les peurs. Un jour, cela finira par nous jouer un bien mauvais tour !

Selon le parti du Président, comme l’a si bien dit mon camarade Claude Taleb dans un excellent billet, nos valeurs seraient menacées. Il faut faire face à la chute de la natalité. En France ? Il faut aussi préserver le mariage. Pourquoi ? Il est menacé ? Le PPE parle de crise de valeurs liée au surendettement. Il propose un modèle de croissance qui passerait par l’éthique. Je ne vois pas bien ce que cela veut dire. J’ai alors demandé à Jean-Paul Gauzès s’il ne croyait pas plutôt à une crise systémique poussée par l’idéologie de Mr Hayek et mise en musique par Thatcher, Reagan et Bush, père et fils. Je lui ai demandé si l‘UMP et le PPE, en se trompant sur le diagnostic, n’étaient pas en train de se fourvoyer sur les réponses à la crise. Plus humoristique, j’ai demandé à Jean-Paul Gauzès, si nous n’allions pas finir un jour par porter plainte contre l’idéologie libérale.

Non sans humour, le député européen m’opposa que, compte tenu du succès des idées libérales et conservatrices, il faudrait sans doute condamner un grand nombre d’électeurs. C’est sur cette question que Jean-Paul Gauzès fut le plus convaincant . « La crise ne m’a pas surpris. » Elle est, selon le député européen UMP-PPE imputable à la « folie de gens plutôt jeunes » et à ce « goût effréné pour l’argent« . C’est vrai qu’à 50 ans, sans rollex et sans ray-ban, dans ce bas monde, on est bien peu de chose. Jean-Paul Gauzès aime à se définir comme un homme cohérent ! Besancenot n’aurait pas dit mieux.

Du modèle social français et européen

Les communistes ont façonné notre France !

Dans la droite ligne de ce que fit Nicolas Sarkozy avec Jean Jaurès (Le Pen l’avait fait avant lui) et avec Guy Moquet, l’UMP, dans son programme, vante les mérites du modèle social français. « Le système français joue un rôle d’amortisseur social face à la crise. » Mais d’où vient ce modèle ? De la social-démocratie ? Des mesures du gouvernement de 1945 très inspirées par les ministres communistes du gouvernement De Gaulle ? J’ai alors, aux côtés de mon camarade Philippe Méoule, posé la question de la cohérence à privatiser, à liquider les services publics (je pense notamment à la gendarmerie en milieu rural) dans le cadre de la mise en œuvre de la RGPP.

Sur cette question, le brillant député européen était terriblement sec, évoquant vaguement l’héritage.

Autres questions sans réponses

Comme je n’ai pas eu le temps de poser toutes mes questions, je me permets de les évoquer ici dans cet espace de démocratie participative que ne renierait sans doute pas Ségolène Royal !

  • J’ai lu dans le programme du PPE la phrase suivante : « L’Union européenne devrait élaborer un plan d’action pour promouvoir la démocratie dans le monde musulman. » Pouvez-vous préciser la façon dont vous comptez procéder ?
  • Dans les 30 propositions de l’UMP, j’ai pu lire ceci : « La misère et l’humiliation donnent des arguments aux fondamentalismes et au terrorisme« . Et chez nous ? C’est vrai… Nous avons un dangereux terroriste de l’ultra-gauche, Julien Coupat, qui croupit en prison sous l’effet de lois d’exception pour des dégradations sur caténaires. C’est vrai… Nous avons aussi tous ces dangereux syndicalistes qui séquestrent les patrons français. Monsieur Gauzès, expliquez-vous ce regain de violence en France de la même façon que vous l’expliqueriez si bien ailleurs ?
  • L’UMP, parti auquel vous appartenez, réclame un Stockholm de l’environnement. Or, après le bonus écologique, le gouvernement a institué la prime à la casse et financé la fabrication du moteur M6R. Votre parti écrit que les écologistes n’ont pas le monopole de l’écologie. Pensez-vous que les mesures prises soient véritablement écologistes ?
  • Le PPE appelle à « accorder davantage d’importance aux technologies énergétiques propres comme l’énergie nucléaire. » Selon un rapport publié par le Département de l’intérieur (DOI) américain, le potentiel éolien aux États-Unis pourrait satisfaire l’ensemble de la demande en électricité du pays avec 20% générée par des parcs éoliens en mer Atlantique. Vous en pensez quoi des éoliennes en France et en Haute-Normandie ?
  • Le PPE reste favorable aux OGM. Or, l’Autriche, la Hongrie, la Grèce et le Luxembourg en plus de la France et de l’Allemagne ont fait le choix d’interdire le Monsanto MON810. Les OGM allaient, nous avait-on dit nous permettre de produire des médicaments. Pouvez-vous nous en citer un seul ?
  • La stratégie de Lisbonne devait nous permettre d’aller vers l’Europe de la connaissance. En Inde, ils ont Bengalore ! Nous, on en parle. Chez eux, ils la font ! Et nous, quand allez-vous vous décicer à la faire alors que les enseignants-chercheurs sont toujours en grève dans nos universités s’opposant massivement à une réforme voulue par la majorité à laquelle vous appartenez ? Ces râleurs auraient-ils tort d’avoir raison ?
  • Le PPE, dans son programme, nous annonce : « Toute augmentation dans un domaine doit être compensée par une diminution de même ampleur dans un autre domaine. L’Union n’a pas le droit de s’endetter. » Le PPE rejette l’idée de créer une taxe européenne pour financer le budget communautaire ». Et vous parlez de taxe carbone ! N’y-a-t-il pas là une contradiction ?
  • En terme démocratique, le traité de Lisbonne qui reprend l’essentiel des propositions institutionnelles du TCE n’est-il pas un déni de démocratie ? Que pensez-vous des propos de Jean-Louis Bourlanges qui, sur France Culture, disait qu’on avait eu tort de recourir à la voie référendaire ?

Je pourrais comprendre que vous n’ayez pas le temps de répondre à ces quelques questions compte tenu de la charge qui est la vôtre. Vous nous disiez ne pas comprendre les raisons du désintérêt des Français vis à vis des élections européennes. Permettez-moi de vous dire que je crois que votre pratique de la démocratie, malgré la grande compétence et les indéniables qualités qui sont les vôtres, n’est pas étrangère à ce désintérêt.

Crédit photos : Shall we talk, J’ai failli attendre, Karimbitar, MailOnLine, Savoir Plaisir

Voie Militante Voie Militante

Tags : , , , , , , ,

Les Commentaires sont clos.