La voix militante de citoyens d'ici et d'ailleurs

Corinne Lepage, un déficit de vision et d’ambition européenne !

Par      • 6 Mai, 2009 • Catégorie(s): Elections  Elections    

Dans le cadre de l’initiative des Blogs en campagne, nous avons hier soir interviewé, dans les locaux de Paris Normandie, de 19 à 21 h 00, Corinne Lepage avec Laure Leforestier, Claude Taleb, Dominique Gambier, Philippe Méoule, Edgar Menguy, Stéphane-Emmanuel Raynaud de Fitte et Nourredine Haida. Nos billets sont par ailleurs consultables sur la plate-forme mise à notre disposition par Paris Normandie.

L’Europe des petits pas et le bon sens près de chez vous

Corinne Lepage

Je ne reprocherai pas à Corinne Lepage ses convictions européennes. Ce que je peux en revanche reprocher à Corinne Lepage, c’est au final de cautionner cette Europe des petits pas, cette Europe molle, sans aucun idéal qui avance cahin-caha. Elle nous a dit désormais attacher plus d’importance au « Comment on fait » ! Pourquoi pas ? Je persiste à croire, pour ma part, que c’est cette absence d’idéal qui est à l’origine du désamour des électeurs européens.

Alors qu’elle nous a déclaré que « l’élargissement sans l’approfondissement politique a été d’une irresponsabilité totale« , je regrette, pour ma part, que la parole n’ait pas été donnée aux peuples européens pour pallier l’inconséquence des gouvernants comme nous avions pu le faire lors du vote sur le TCE. Eux ne l’auraient pas accepté ! Giscard appelait ça le bon sens.

Et l’écologie dans tout ça ?

Quand Claude Taleb et Dominique Gambier lui ont posé la question de la cohérence du projet démocrate européen à s’allier avec les libéraux au cas où ils ne disposeraient pas suffisamment de sièges, la candidate du Modem pour la région Nord-Ouest nous a opposé sa liberté. Ce « pragmatisme » reste pour moi une énigme quant à sa finalité.

Lorsque je lui ai posé la question de savoir si elle ne servait pas d’alibi « écologiste » à François Bayrou et au Parti Démocrate Européen dont les préoccupations en matière d’environnement semblent dans les textes – en tout cas – très éloignées de celles de Corinne Lepage, elle m’a opposé le fait que, pour elle, l’écologie n’appartenait pas aux seuls écologistes : « Les verts doivent être partout dans tous les partis. » Au regard des engagements du Modem et du PDE sur la thématique du développement durable, je me permets de douter de la force de persuasion de Corinne Lepage. Je doute même qu’elle était associée de près ou de loin à la rédaction des plates-formes du Modem et du PDE pour ces européennes. Elle ne connaissait d’ailleurs pas l’existence du programme et du manifeste du PDE.

Dans ces plates-formes, pas un mot sur la question des OGM à laquelle l’ancienne ministre d’Alain Juppé reste très défavorable ! Pas un mot non plus sur le nucléaire sur lequel Corinne Lepage semble prendre quelque peu ses distances. « Je suis en harmonie avec la base du Modem« .

De la clairvoyance de François Bayrou

Souvenez-vous. Il y a deux ans, François Bayrou faisait sienne l’interdiction des déficits publics alors qu’il se présentait à nos suffrages. Il ne s’agissait alors que des déficits de fonctionnement et non des déficits d’investissement. Mais, à l’heure où le secteur privé détruit de l’emploi, on mesure toute l’idiotie gouvernementale à détruire 1 emploi sur 2 à l’occasion des départs en retraite dans la fonction publique. Le Président Sarkozy ne fait rien d’autre que d’appliquer la promesse du candidat Bayrou. Face à Bayrou, dans l’entre-deux-tours, c’est Royal qui avait raison !!! Et Bayrou avait tout faux. Elle nous a déclaré partager les valeurs – et les erreurs ? – avec François Bayrou.

Turquie et vision européenne (la suite)

Corinne Lepage

En réponse à une question d’Edgar Menguy, Corinne Lepage s’est dite farouchement opposée à l’adhésion de la Turquie. Elle a dénoncé la dérive « communautariste » turque. Même si, pour ma part, je reste opposé à l’adhésion de la Turquie, je suis en désaccord avec Corinne Lepage sur l’argumentaire de dérive « communautariste ». Sur ce point, je rejoins Claude Taleb.  Et, pour tout dire, je trouve cet alibi quelque peu glauque. Mon opposition à l’adhésion de la Turquie est basée sur la question des limites, de l’imbécillité à élargir sans que l’Europe politique ne se renforce. On ne peut pas croire pouvoir renforcer le projet européen par la périphérie. Alors que le Modem préconise la constitution d’un noyau dur sur la base de l’Eurogroup, je crois, pour ma part, à une intégration politique autour de la France, l’Allemagne, le Benelux, l’Espagne et l’Italie.

L’Europe sociale avant l’Europe politique

Lorsque Corinne Lepage nous a déclaré qu’elle voyait « l’Europe sociale comme aspirateur« , j’avoue avoir ressenti un début de tétanisation des mandibules. Dans les représentations imaginaires des topiques des économistes et philosophes classiques et marxistes, le mode de production conditionne les rapports sociaux qui déterminent les institutions et la culture. Nous pourrons tous au moins nous accorder sur le caractère anti-humaniste viscéral de cette représentation idéologique. Et je vous avoue être en désaccord fondamental avec une vision – ou plutôt une absence de vision – qui ne comprenne pas l’urgence de la nécessaire ré-autonomisation des institutions vis à vis de l’économique et du social sur le plan européen. Ce n’est pas de social dont a besoin l’Europe. L’Europe a aujourd’hui besoin d’imagination créatrice vis à vis d’une pensée dont le conservatisme nous condamne à subir plutôt que de choisir. J’ai, sur ce point, un désaccord fondamental avec Corinne Lepage, comme je peux l’avoir avec d’autres partis.

Mention spéciale à Edgar Menguy

Évidemment, je pourrais vous parler des mots durs et justes de Corinne Lepage vis à vis de la forme régionale du scrutin européen. Je pourrais vous parler de son engagement à faire toute la transparence sur le lobbying qui entoure sa candidature. Je pourrais vous parler du raté de Paris-Normandie du fait de l’absence de journaliste politique lors de cette rencontre. Je pourrais vous parler du cumul des mandats et du duel sur cette question entre Dominique Gambier et Laure Leforestier. Je suis d’ailleurs complètement d’accord avec Laure ! Le cumul des mandats est en train d’asphyxier –  pour ne pas dire plus  – la démocratie française.

En fait, je voudrais finir par la question d’Edgar Menguy sur ce que pourrait rapporter à la Haute-Normandie l’élection de Corinne Lepage au parlement européen. J’ai indiqué très clairement à Edgar, alors que nous échangions à bâtons rompus, qu’il me semblait qu’il s’agissait là d’un des marqueurs principaux entre la gauche et la droite. Corinne Lepage lui a répondu qu’elle ne concevait pas son mandat européen de la sorte, qu’elle n’était « pas très clientéliste, pas très électoraliste. » Encore un effort, Madame Lepage… Je regrette, pour ma part, le fait que vous n’ayez pas rejoint le rassemblement Europe Ecologie. Il y avait là matière à secouer le paysage politique français. Au final, votre choix me semble extrêmement conservateur.

Voie Militante Voie Militante

Tags : , , , , , , , , , , ,

2 Réponses »

  1. Tous ensemble, mais avec des limites
    L’Europe quel beau rêve pour certains, enfin, quelques uns, s’ils correspondent au profil !
    À force de nous vendre une Europe humaniste et paradisiaque, on en oublierait qu’aujourd’hui elle est plus une nécessité qu’un choix.
    Evitons les cours d’histoire aussi rétrospectifs que partisans, le taux d’absentéisme ne peut se permettre ce luxe.

Laisser une Réponse

*