La voix militante de citoyens d'ici et d'ailleurs

Un point sur les candidats à la présidentielle de 2012 !

Par      • 17 Fév, 2011 • Catégorie(s): Elections  Elections    

Les relents maurrasso-pétainistes de Christian Jacob évoquant l’hypothétique candidature de DSK nous montrent, une fois de plus, à quel point la droite commence à douter d’elle-même dans la perspective de l’élection présidentielle de 2012. La joute du chef de groupe parlementaire UMP à l’assemblée nationale n’est pas sans rappeler les propos de Marine Le Pen vis à vis d’Eva Joly… en pire.

La campagne des présidentielles a été lancée par Nicolas Sarkozy à Grenoble le 30 juillet 2010. Très vite, elle aura amené Eva Joly à se déclarer aux universités d’été Europe Ecologie Les Verts, elle qui, dès aujourd’hui, se dit prête à se désister au 2e tour pour DSK sans savoir s’il sera candidat. Ira-t-elle jusqu’au bout ?  Avant elle, il y eut Dominique Villepin dont la constitution de République Solidaire le 19 juin 2010 constitue est en soi l’annonce de sa candidature. La candidature de l’ancien premier ministre avec lequel Sarkozy cherche à se réconcilier obérerait les chances de réélection de l’hôte actuel de L’Elysée. Villepin pourra compter sur le Parti Socialiste pour trouver ses 500 signatures. C’est l’adversaire à droite le plus sérieux pour l’actuel chef de l’Etat !

L’arrivée à la tête du Front National de Marine Le Pen le 16 janvier a également signé l’annonce de sa candidature pour 2012. L’omni-présence des militants du Front National sur Internet, l’annonce de candidatures systématiques aux élections cantonales de mars prochain, les jonctions qui se sont faites avec les identitaires par l’intégration  de Laurent Ozon et David Mascré au bureau politique du FN corroborent l’idée que Marine Le Pen n’est pas là pour faire de la figuration contrairement à son père.

Jean-Luc Mélenchon ne ménage pas sa peine. Il aura attendu la date symbolique du 21 janvier pour annoncer sa candidature. Delphine Bartho, le 19 janvier, faisait part, dans les colonnes de l’Express, de l’erreur du Parti Socialiste à avoir laissé partir Jean-Luc Mélenchon après le congrès de Reims de 2008. Le discours du député européen fait mouche dans une grande partie de l’opinion à gauche. Julien Dray appelle d’ailleurs le Parti Socialiste à écouter Jean-Luc Mélenchon.

Ségolène Royal, seule socialiste à faire campagne ?

Quel avenir pour l'éducation ?Consciente que l’une des raisons de sa défaite en 2007 était la totale impréparation du Parti Socialiste, la présidente de la région Poitou-Charentes a choisi de dégainer la première en déclarant sa candidature dès le 29 novembre 2010.Vu l’état de mobilisation des militants socialistes autour de leur projet, les candidats qui ne seront pas partis suffisamment tôt n’auront aucune chance d’être prêts devant les socialistes à l’occasion de la primaire à l’automne 2011 et, surtout, devant les Français au printemps 2012.

A la différence des autres candidats qui attendent sans doute le printemps,Ségolène Royal n’a jamais ménagé ses efforts. Reconnaissons-lui au moins deux grandes qualités : la pugnacité et la persévérance. Là où d’autres auraient baissé les bras, elle n’a jamais rien lâché. Elle dispose toujours d’un réseau de militants qui lui sont restés fidèles. Les départs de David Assouline, de Gérard Collomb, de François Rebsamem, d’Arnaud Montebourg, de Manuel Valls, de Vincent Peillon,  de Patrick Mennucci, d’Aurélie Filippetti entre autres, les hésitations de Jean-Louis Bianco sont, peut-être, la meilleure chose qui lui soit arrivée, l’obligeant à refondre totalement sa stratégie. Organisant, grâce à son réseau Désirs d’avenir,  des universités populaires participatives de grande qualité, elle a fait le choix d’aller à la rencontre des Français et, aussi, par ses voyages à l’étranger, de confronter son projet à d’autres expériences. Au cas où elle serait désignée au cours des primaires de l’automne prochain, elle ne refera pas l’erreur de s’appuyer sur un parti dont une grande majorité de cadres avaient donné consigne de ne pas faire campagne pour elle en 2007.

Crédit photos : l’équipeUne bouteille à la mer

Voie Militante Voie Militante

Tags : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

3 Réponses »

  1. L’électorat du parti socialiste a déjà bien compris que ce n’était pas la peine de voter pour ce parti.La raison en est le financement de la dépendance.Le PS annonce haut et fort que la dépendance sera financée par une récupération des sommes versées sur les successions.
    Ainsi,quand vous êtes ouvrier ou cadre moyen et que vous n’avez qu’une seule résidence principale pour tout bien;quand vous avez payé ce bien une bonne partie de votre vie pour laisser un « toit »à vos enfants,eh bien,le PS par l’intermédiaire de Mr Benoît Hamon déclare qu’il récupèrera les prestations sur la vente de votre bien.
    Où est le devoir de solidarité du PS?

    Pour les riches,il n’y aura pas de problèmes:ils peuvent se payer une maison médicalisée ou une auxiliaire de vie à domicile.
    Le PS ne soupçonne pas à quel point cette mesure,qui est en fait une confiscation des biens après le décès, conduira à ne pas voter pour ce parti.
    Dès que l’on sera vieux et assisté,mieux vaudra se suicider.
    Voilà l’avenir que nous propose le PS!!!
    Le PS fera une politique pour les riches .

  2. Ségolène Royal va gagner les Primaires car elle est la seule au PS à se préoccuper vraiment des gens.
    A servir et non pas à se servir.
    Les éléphants ne l’ont jamais soutenue et les bad lieutenants l’ont quittée?
    Cela est tout à son honneur.
    Elle ne s’est jamais compromise, ni avec les puissances de l’argent en France ni avec les dictateurs de par le monde.
    Elle a une ligne politique claire, une détermination à toute épreuve et un courage hors du commun.
    Maintenant elle a aussi la meilleure des stratégies: le pouvoir au peuple par le peuple pour le peuple.
    Qui donnera à Ségolène Royal la charge de le lui rendre enfin.

Laisser une Réponse

*