La voix militante de citoyens d'ici et d'ailleurs

Union européenne : activer le tarif extérieur !

Par      • 10 Mai, 2009 • Catégorie(s): Economie et social  Economie et social    

1ère zone des échanges internationaux, l’Union Européenne souffre, au même titre que les Etats-Unis, des délocalisations qui sont à l’origine des destructions d’emploi massives. Ces mutations font croire à nos politiques aux vertus de la logistique et à la construction de hangars en oubliant que, pour consommer, il faut aussi produire. Quand un bassin d’emploi perd un emploi industriel, c’est au minimum 3 emplois périphériques qui sont détruits !

Ces idéologues de l’incompétence instituée

Hayek, un idéologue mortifère !

Pour les tenants de l’ordre naturel et de la main invisible, il faudrait donc laisser faire. La concurrence aux vertus salvatrices et régénératrices devrait pouvoir s’exercer dans un cadre libre et non faussé. Depuis 1980, nous avons pu voir s’exprimer ces gouvernants dogmatiques et idéologues qui ont cru que Friedrich Hayek avait compris l’économie. La belle affaire ! Ces incompétents – je pense à Alan Greenspan et à tous ces dirigeants de la social-démocratie européenne – ont mis l’économie mondiale à feu et à sang. Les bulles ont succédé aux bulles sans que personne n’en ait tiré le moindre enseignement.

L’intervention de l’Etat dans l’économie a été théorisée par un économiste libéral de génie : Maurice Allais. Nos libéraux de pacotille ont oublié les enseignements d’un maître : le monopole naturel, la protection de l’industrie naissante. Maurice Allais a voté non au projet de TCE qui valide la vision clientéliste de l’économie privilégiant l’oligopole et le monopole comme forme principale de l’organisation des marchés. On est bien loin de l’ordre naturel et de la main invisible !

La théorie de l’avantage comparatif : une chimère du XIXe

La Chine et l’Inde auraient selon certains économistes, du fait de l’abondance de leur main d’œuvre, un avantage comparatif absolu. C’est ce qui a amené les travaillistes anglais, dans la droite ligne des politiques de Margareth Thatcher, à désindustrialiser leur pays, croyant aux vertus de la spécialisation dans la finance et l’assurance. Ils peuvent en mesurer aujourd’hui toute l’intelligence ! Schizophrène, Gordon Brown est en train de faire le contraire de ce qu’il a pu mettre en place sous Tony Blair, alors qu’il était ministre de l’économie. Le salut du Royaume-Uni passe-t-il par l’arrivée au pouvoir de conservateurs devenus socialistes face à des « socialistes » devenus conservateurs ?

Conscient de l’inanité des politiques de ses prédécesseurs, Barak Obama veut aujourd’hui réparer les dégâts et taxer les délocalisations. Comment pouvons-nous continuer à accepter d’importer des produits de pays où les disparités en terme de réglementation sociale, fiscale et écologique contribuent à une concurrence parfaitement faussée ? L’Europe s’est construite notamment avec l’aide des tarifs douaniers. Nous avons un outil à notre disposition : le Tarif Extérieur Commun. Il est temps que l’Union Européenne prenne son autonomie vis à vis des diktats de l’OMC et de son directeur, le très « libéral-socialiste » Pascal Lamy. A nous, par nos votes le 7 juin 2009, de modifier un rapport de force en faveur d’une Europe solidaire, sociale et écologique ! Alors, votons !

Autres éclairages

Crédit photos : Blue Trans International, Nobelprize.org, Indepence Institute

Voie Militante Voie Militante

Tags : , , , ,

2 Réponses »

  1. Appliquons des quotas d’importation par rapport au emploi fournis en France, c’est ce que fait l’Afrique du Sud et apparemment ça fonctionne. Impossible de vendre un produits sans un minimum de production en France.

    Pour le reste on taxe à l’importation.

    Je pense que l’obligation de produire en partie en France pour commercialisé en France, permettra de maintenir, voir à l’heure actuelle de recréer des emplois (délocalisés), sans une fois de plus partir sur un système d’assistanat alimenter par des taxes. Il faut valorisé le travail par la travail

Laisser une Réponse

*