La voix militante de citoyens d'ici et d'ailleurs

Sarreguemine et la productivité ?

Par      • 19 Déc, 2007 • Catégorie(s): Economie et social  Economie et social    

Pour conserver l’emploi dans un cadre déflationniste du fait d’une compétition mondiale exacerbée, les industriels disposent en fait de peu de moyens. Ou bien, au travers de recherche et développement, ils obtiennent des brevets qui protègent leurs produits innovateurs. Encore faudrait-il qu’ils maintiennent leurs centres R & D considérés souvent comme improductifs ! Ou bien, ils délocalisent, gagnant ainsi sur les coûts. Ou bien, par l’amélioration constante des techniques et des process, ils acquièrent la productivité nécessaire. L’argent public versé aux entreprises a servi dans le cadre des 35 heures, le plus souvent, à intensifier le travail tout en bloquant les salaires. Une double peine qui aurait sans doute pu être évitée !

A bien des égards, l’accord de Sarreguemine visant à rétablir la semaine de 40 heures est surprenant. François Gérard, directeur du site de Continental a déclaré à L’agence Reuters : « Notre premier objectif est de gagner en compétitivité. Nous sommes la dernière usine du groupe à travailler aussi peu« . A vrai dire, j’ai dû mal à suivre le raisonnement. En quoi, l’augmentation de la durée travaillée peut-elle contribuer à améliorer la productivité ? Tout juste, permet-elle de satisfaire à une augmentation de la demande. Le même objectif aurait pu être atteint avec des intérimaires et/ou des CDD ou de l’embauche supplémentaire. Le paiement des heures de RTT – monétisées selon l’expression à la mode – à 125% engendre un surcoût notoire. Quelque chose m’échappe ?

En réalité, l’accord a été arraché aux salariés sous la menace à peine voilée de la direction d’envisager la fermeture du site si l’accord sur ce sujet n’était pas obtenu. Une étrange façon de penser le dialogue social, ne trouvez-vous pas ?

Xavier Bertrand qui n’a peur de rien décidément et qui ne serait pas fâché d’être 1er ministre a déclaré : « C’est la meilleure réponse à tous les Cassandre qui ne manquent pas d’intervenir sur ce sujet« . Ce soir, je me sens un peu Cassandre, pas vous ?

Source : Le Monde

Voie Militante Voie Militante

2 Réponses »

  1. Très juste Denis, j’écoutais hier sur RTL (eh oui nul n’est parfait), le responsable CFTC de l’usine Continental de Sarreguemine, qui, au delà de la justesse de l’ensemble de ses propos, a dit cette phrase qui m’a marqué : « 35 ou 40 heues, cela n’empêchera jamais Continental de délocaliser en Chine. Ce n’est pas l’augmentation de la durée du travail qui nous permettra de nous battre contre les pays comme l’Inde ou la chine ».

    Juste et tellement lucide.

  2. Rappelons que les 35h00, pour les entreprises, ont permis d’annualiser le temps de travail, ce qui était réclamé par le patronat. Beaucoup d’entreprises ont désormais des accords qui permettent d’imposer une grande flexibilité aux salariés, en fonction du carnet de commandes (souvent entre 28 et 42h00 de temps de travail effectif par semaine selon la charge). Oui, effectif, car avec les 35h00, les temps de pause ont été décomptés du temps de travail, les pointeuses et autres systèmes de badgeage installés sur les postes de travail.
    Rappelons encore que ce type d’accord ne donne pas le droit aux RTT, que seuls 1/3 des salariés du privé connaissent.
    Rappelons enfin que ces 35h00 tant décriées par la droite ont permis aux entreprises Françaises de faire un bond considérable en termes de productivité, car, on a demandé aux salariés de produire en 35h00 ce qui était précédemment produit en 39h00. N’oublions pas que tous les ans le BIT positionne la France dans les toutes premières places de la productivité industrielle !
    Alors oui, Cassandre aussi… mais ce qui m’énerve un peu, c’est d’entendre critiquer les 35h00 par des personnes qui ne savent pas ce dont il s’agit (professions libérales, mon boucher, le céréalier de mon village).
    Les 35h00 n’ont pas été offertes, elles ont entraîné des modérations salariales pendant 3 à 4 ans dans les entreprises (modérations = gel des salaires)… et ras le bol de ces chantages à l’emploi !