La voix militante de citoyens d'ici et d'ailleurs

Redéfinir le périmètre de l’intervention économique du secteur public

Par      • 11 Août, 2007 • Catégorie(s): Economie et social  Economie et social    

Le gouvernement Jospin de 1997 à 2002 est celui qui a le plus privatisé dans l’histoire de notre République. Ces privatisations faites sous la pression idéologique d’une social-démocratie convertie à l’économie de marché totalisante (voire totalitaire) ont été faites sous contraintes politiques, sans réelle réflexion sur les activités politiquement, socialement, économiquement et culturellement stratégiques.

L’annonce faite par Christine Lagarde de la poursuite du processus de privatisation de France Télécom relève de la même idéologie : celle du court terme et de la satisfaction de l’intérêt privé au détriment de l’intérêt collectif. Pire, France Télécom est même empêché par l’ART de baisser ses prix afin de ne pas gâcher le commerce de ses concurrents « privés ».

L’intervention de l’Etat dans l’économie a été théorisée par un économiste libéral de génie : Maurice Allais. Nos libéraux de pacotille ont oublié le monopole naturel, la protection de l’industrie naissante. Au nom de l’exercice d’une concurrence libre et non faussée, ils organisent au travers de l’Union Européenne, de l’OMC l’oligopole dans tous les secteurs d’activité. La World Company n’a pas comme préoccupation l’organisation de la concurrence.

La présence d’un secteur public dans l’eau, l’énergie (de quelque origine qu’elle soit), les transports, les communications, les médias, la culture, la monnaie doit nous rappeler que la mise en réseau de la société n’appartient pas aux marchands. Ce périmètre serait incomplet si nous n’y ajoutions pas les fonctions régaliennes de l’Etat, l’éducation et la santé.

Voie Militante Voie Militante

3 Réponses »

  1. En tant que socialistes nous nous devons de protéger les services publics qui sont une garantie d’équité pour tous.

    Ils doivent forcément (pour moi) comprendre ce dont chaque être humain a besoin : l’eau, l’énergie, la santé, les transports, l’éducation, les moyens de communications (les médias, le courrier…), la culture etc…

  2. De l’huile sur le feu…

    http://www.theyesmen.org/

  3. Ne pas renoncer, ne pas dire oui à tout, bêtement au nom du business !