La voix militante de citoyens d'ici et d'ailleurs

Questions sérieuses autour de la sécurité et la confidentialité des Blackberry

Par      • 30 Juin, 2007 • Catégorie(s): Economie et social  Economie et social    

Des blackberriesLes Blackberry sont ces terminaux mobiles multi-fonctions qui permettent de gérer votre messagerie Internet et de disposer d’un véritable « organizer » personnel. Ils ont la capacité de se synchroniser avec votre micro-ordinateur. L’engouement pour cette technologie n’est pas feint. Ce sont aujourd’hui 8 millions d’utilisateurs qui emploient cette technologie. C’est cette technologie qu’a choisie Microsoft pour équiper ces Windows Mobile. Côté français, nous ne sommes pas en reste puisque Bouygues, groupe si prudent d’habitude, vient d’intégrer la technologie canadienne à son catalogue.

La panne intervenue au mois d’avril sur un serveur Canadien a posé de sérieuses questions sur la dépendance des Etats-Unis vis à vis de cette technologie. Le CEO de la société RIM qui distribue le Blackberry l’a promis aux consommateurs américains : ça n’arrivera plus ! Les promesses n’engagent que ceux qui y croient. J’encourage les dirigeants de RIM à lire d’urgence Paul Virilio. Le Just-In-Time de l’économie mondiale fragilise considérablement l’emploi des technologies de communication.

Mais de nouvelles questions se posent après la publication de confidences issues de l’Institut des Hautes Etudes de Défense Nationale (IHEDN). LE le Secrétariat Général de la Défense Nationale a interdit l’utilisation des BlackBerry dans les Ministères de la République. Selon Alin Juillet, le Blackberry présente un risque non négligeable d’interception par une puissance étrangère. C’est l’absence de transparence sur le fonctionnement de la technologie utilisée par RIM qui est mise à l’index. La question doit se poser du rapport de la société avec le réseau Echelon sachant que le Canada en fait partie intégrante au même titre que la Grande-Bretagne, l’Australie et les Etats-Unis.

La France n’est pas la seule à se méfier des Blackberry puisque le SID (Software Initiative Deutschland) vient d’interpeller le ministère allemand de l’intérieur sur l’emploi de cette technologie.

L’iPhone d’Apple est aujourd’hui une technologie concurrente. Elle pose le problème de l’unicité de l’opérateur proposé et offre un moindre niveau fonctionnel. Nokia semble aussi s’intéresser à ce marché extrêmement juteux.

La position prise par Alain Juillet et le gouvernement français est une sage décision. Elle a le mérite aussi de sensibiliser nos industriels sur les risques et la fragilité des systèmes de communication internationaux dans un monde en proie à la guerre économique.

Source : Le Monde

Voie Militante Voie Militante

Tags :

Laisser une Réponse

*