La voix militante de citoyens d'ici et d'ailleurs

Pouvoir d’achat : des idées ou du pétrole ?

Par      • 17 Mar, 2008 • Catégorie(s): Economie et social  Economie et social    

La victoire de la gauche et du Parti socialiste aux élections locales cache le vide sidéral de notre pensée collective. Toutefois, n’en oublions pas l’essentiel. Comment, dans ce pays, la gauche peut-elle être en capacité de l’emporter au niveau national ? Sur le plan local, l’image de la gauche est bonne. Les exécutifs locaux adoucissent l’âpreté de la politique d’une droite de plus en plus clientéliste.

Le Parti socialiste, face à l’érosion du pouvoir d’achat, propose les mesures dont la réalité fait qu’elle relève davantage de la perspective d’aller poser un Airbus sur Jupiter. Je préfère en rire, même si, sur le fonds, on ne peut être que d’accord avec des idées simples.

  • augmentation des salaires et du Smic
    -> Question : comment et par qui ? Mais pourquoi pas !
  • création d’un chèque transport
    -> Question : comment et par qui ? Mais pourquoi pas !
  • baisse de la TVA sur les produits de 1ière nécessité (pain et lait notamment)
    -> Question : ça pèse combien dans le budget des ménages ?
  • augmentation de 50% de la prime pour l’emploi
    -> Pourquoi pas ! Mais, rentre-t-elle dans le calcul des retraites ?
  • respect de la loi SRU
    -> D’accord… c’est le seul moyen de déserrer le prix des loyers
  • pacte de stabilité global des prix
    -> En Russie, ils n’y croient plus.
  • contrôle préventif sur la formation des prix
    -> Pourquoi pas la mise en place de Soviets économiques ?
  • chasse au mécanisme d’entente
    -> Bonne idée. Euhhh, comment ? Ça ressemble furieusement à la chasse au Dahu !
  • TIPP flottante
    -> Ne vaut-il pas mieux aider au financement de voitures propres et des énergies propres ?
  • augmentation immédiate de 5% des petites retraites
    -> Très bien. Mais comment ?
  • Rattrapage des traitements de la fonction publique
    -> Sur quelle base ? Sans contrepartie ?

Là où le bas blesse, c’est que notre Parti ne fournit aucune explication sur le financement de ses mesures.

Pour rappel, la France n’est pas dans une économie administrée. Le problème majeur reste en France la question du financement de la protection sociale et le fait que notre fiscalité favorise la rente. Il faut instituer au plus vite une Cotisation sur la Valeur Ajoutée afin que tous les revenus soient soumis aux mêmes règles en matière de fiscalité. Jospin et Fabius n’ont pas voulu faire cette réforme en 2001. Dommage !

Voie Militante Voie Militante

Les Commentaires sont clos.