La voix militante de citoyens d'ici et d'ailleurs

Oups le FMI s’est trompé… mais on ne change pas une politique qui échoue !

Par      • 20 Jan, 2013 • Catégorie(s): Economie et social  Economie et social    

1°) Le FMI, par l’intermédiaire de son économiste en chef, vient de s’apercevoir que les politiques de rigueur ne marchaient pas !

Dans cette étude intéressante, parue en octobre 2012, l’économiste en chef du FMI, Alain Blanchard (un Picard !) montre que les politiques de rigueurs ne fonctionnent pas.

Le problème c’est le “multiplicateur keynésien” et c’est très simple à comprendre !

Jusqu’ici, le FMI pensait qu’une baisse de dépenses publiques de 10 Milliards d’Euros  induisait une perte de croissance de 5 Milliards d’Euros, soit un multiplicateur keynésien de 0.5. Magique, non ?

Sauf que le FMI vient de s’apercevoir qu’une baisse de dépense de 10 Milliards induisait une perte de croissance de 9 à 17 Milliards !  Là, cela change tout. Les rentrées fiscales s’effondrent ! C’est donc une course poursuite vers l’abîme.

2°) Le FMI, par l’intermédiaire de sa directrice Christine Lagarde, encourage le Portugal dans l’accroissement de sa politique de rigueur. 

Fin novembre, le gouvernement de centre-droit a adopté un budget d’une rigueur sans précédent afin de réduire coûte que coûte son déficit public. Les impôts vont massivement augmenter.” (latribune.fr)

« Les autorités portugaises et les Portugais ont été extrêmement courageux et fermes dans l’application de réformes difficiles et douloureuses » a-t-elle souligné.

Pendant ce temps : Pour combattre la faim, une école portugaise a ouvert sa cantine pendant les fêtes. (lemonde.fr)


Une seule institution, deux français et une complète divergence de vue.… l’ineptocratie dans toute sa splendeur !

Sources : l’étude du FMI, latribune.fr, lemonde.fr / Crédits photos : fr.wikipedia.org, latribune.fr

Voie Militante Voie Militante

Tags : , , , ,

4 Réponses »

  1. @Yann

    Le multiplicateur semble mieux marcher à la baisse qu’à la hausse !

  2. @Denis

    Oui le problèmes des rendements décroissants, il faut de plus en plus de prêts pour avoir de moins en moins de croissance.

  3. @Yann

    Je pensais surtout au fait que l’État et les collectivités territoriales ont complexifié à outrance les appels d’offre et amènent les entreprises à « revaloriser » leurs tarifs. A la fois, toute cette complexité a la vertu de maintenir dans l’emploi des salariés de manière totalement artificielle.

  4. @Denis

    Ce problème de rendements décroissants est hélas loin d’être uniquement français. Regarde le japon qui en est a son 9 ou dixième QE , qui a une dette de plus de 200% de son PIB…tout cela pour arriver dans sa 23ième année de « décennie perdue » avec une croissance anémique. Il y a un problème bien plus global.

Laisser une Réponse

*