La voix militante de citoyens d'ici et d'ailleurs

Les deux Christine

Par      • 28 Août, 2007 • Catégorie(s): Economie et social  Economie et social    

Christine Lagarde a annoncé, sans rire, que le gouvernement et les services du ministère des finances seraient attentifs à la hausse du prix du pain. La question est toujours la même : à quoi servent les contrôleurs du ministère dans une économie où les prix ne sont pas encadrés ? Loin de moi, l’idée de revenir à un régime de prix contrôlés. J’aimerais savoir quels sont leurs moyens de contrôle réels. Madame Lagarde essaierait-elle de nous faire croire qu’une hausse limitée du prix du pain serait le fait du « Prince » ? Implicitement, elle vient, par son intervention, de reconnaître qu’elle n’y pouvait rien, ce que nous savions déjà.

Dans un tout autre registre, Christine Arron vient de participer à sa 5ième finale des championnats du monde d’athlétisme. Donnée moribonde sur la plan sportif, elle a su prouver, par sa volonté, que rien n’est jamais écrit… sauf la hausse du prix du pain.

Sources : Le Monde, le Nouvel Obs

Voie Militante Voie Militante

4 Réponses »

  1. J’aime beaucoup le bon pain et Christine Arron, mais ma boulangère, dont j’ignore le prénom, a été la plus rapide. Les 3 centimes de hausse sur la baguette ont été appliqués dés la fin juillet… je rappelle que 3 cts d’Euros, cela fait 20 cts de Francs et, qu’une telle hausse sous l’ère de notre ancienne monnaie aurait fait hurler.

  2. Je salue ton retour.

    L’ancien temps… c’était Charles Louis Napoléon Bonaparte ? Il s’est réincarné.

    A part la gousse d’ail et le crucifix… Pour peu qu’ils augmentent eux aussi, dans une crise de foie(foi) des Français . ;+)

  3. Le retour après de saines vacances dans le Finistère ou j’ai croisé beaucoup de gens de gauche, des socialistes même !
    M’auraient ils convaincu de ne pas jeter aux orties ma petite carte rose? A croire que oui !
    Ils sont fous ces Bretons.

    J’y ai même croisé Clémenceau, ce vieil porte avions plein d’amiante dont on se souvient du périple Canal de Suez, Inde et retour à l’envoyeur. Et bien, après les belles paroles de l’époque (on allait le désamianter dans les règles de l’art, des industriels étaient intéressés), et bien, il pourrit tranquillement à quai, dans l’arsenal de Brest. Ne rêvons pas, ce mastodonte n’est pas prêt d’être désamianté : trop grand, trop compliqué, trop cher ! Les Américains ne se posent pas tant de questions avec leurs anciens navires : ils les envoient par le fond, pour soit-disant instaurer des récifs artificiels propices à la diversité biologique sous-marine…

  4. c’est tout de même le monde à l’envers d’entre des libéraux auto-proclamés (qui de plus se masturbent à longueur d’année sur les biens faits du marché) vouloir règlementer les prix…
    parce que si Largarde a été ridicule sur le prix du pain que dire de Darcos qui convoque les patrons d’hypermarchés pour imposer un blocage des prix sur les fournitures de rentrée ???