La voix militante de citoyens d'ici et d'ailleurs

Les 20 propositions de la commission Attali

Par      • 20 Jan, 2008 • Catégorie(s): Economie et social  Economie et social    

La commission pour la libération de la croissance devait faire en sorte que ses propositions tiennent en 3 pages ! Au final, nous aurons droit à un rapport de près de 300 pages.

Comme en écho à la levée de bouclier sur la critique du principe de précaution inscrit dans notre constitution, ladite Commission se veut « écologiquement positive ».

Le journal les Echos à l’origine de la fuite des nos « cerveaux » présente les 20 propositions.

Parmi les bons points…

  • la priorité à l’éducation, aux savoirs fondamentaux et la recherche, le développement de l’université
  • la nécessité de pousser vers la généralisation du très haut débit
  • l’extension de la CSG, la liberté de travailler jusqu’à 65 ans

Parmi les mauvais points…

  • la réapparition de la TVA sociale qui n’a de social que le nom
  • la rhétorique idéologique autour du désengagement de l’Etat

Plus exotiques… les campus virtuels

Les grands absents…

  • l’énergie et les transports, grands absents de ces propositions
  • l’absence d’explicitation de la nature de la croissance dans une économie où le risque de rationnement est réel
  • la formation tout au long de la vie professionnelle des salariés
  • la santé et l’impact du vieillissement sur la croissance
  • la prise en compte du secteur non marchand et du monde associatif
  • les aides et autres exonérations en terme d’impact discriminant sur la concurrence dans le secteur marchand

Enfin, je voudrai parler de l’idée de la suppression des départements et l’extension de l’intercommunalité. Je pense que c’est une piste très intéressante. Mais il faudrait l’assortir d’autres mesures relatives à la gestion des organismes consulaires tels que les chambres de commerce et d’agriculture. Les régions doivent devenir les véritables coordonnateurs de l’aménagement du territoire et du développement économique. La multiplicité des acteurs dans ce champ constitue un frein à la mise en œuvre de politiques cohérentes. Au contact des institutions politiques de ce pays, nous sommes nombreux à croire qu’il y a un étage de trop à la fusée.

La vision des membres de la Commission – dont j’avais critiqué le caractère autiste ou hors sol dès sa constitution – me semble relever d’un monde que nous ne connaissons pas ! L’un de mes amis a pour habitude de dire : « Toi, tu connais des gens que je vois pas« . De là où il est, Jacques Attali ne doit pas vraiment voir la France et les gens qui y vivent. En tout cas, c’est mon sentiment profond.

Source : les Echos

Voie Militante Voie Militante

Les Commentaires sont clos.