La voix militante de citoyens d'ici et d'ailleurs

L’économie mondiale se lézarde !

Par      • 22 Jan, 2008 • Catégorie(s): Economie et social  Economie et social    

Le décrochage des bourses asiatiques à l’annonce du plan de soutien de 150 milliards de dollars à l’économie américaine annoncé par Georges Bush révèle la grande fragilité du système économique mondial. Pour l’essentiel, ce plan entend, par des allégements fiscaux, renverser la vapeur récessive qui s’empare du continent Nord-Américain. Autrement dit, conformément à la vision monétariste, le Président des Etats-Unis et ses conseillers font une erreur de diagnostic. Le problème de l’économie américaine est la faiblesse de son économie réelle et de sa production  industrielle. Elle se traduit par un déficit commercial de 700 milliards de dollars. Ces mesures n’ont pour seule vocation à injecter de la liquidité. De l’eau sur un feu, selon la force de la flamme, peut contribuer à faire beaucoup de vapeur sans que l’incendie soit maîtrisé !

L’Asie  – et notamment la Chine et le Japon  – est le contributeur principal à l’absorption du déficit budgétaire américain. L’arrivée massive de fond souverains dans les banques américaines montre que l’ampleur du désastre financier ne se cantone pas à la seule administration fédérale. L’effondrement du dollar sous l’effet du maintien à la baisse des taux d’intérêts limité par la reprise de l’inflation devrait se poursuivre. En novembre 2007, la dette publique des Etats-Unis atteignait la barre des 9000 milliards de dollars, soit un taux sensiblement identique à la France.

La dette privée des américains (140% du revenu annuel contre 68% en France) atteint également des sommets et la crise des subprimes n’est que la partie émergée de l’iceberg. Avec un PIB de près de 14000 milliards de dollars, la dette privée approche les 20 000 milliards de dollars. En fait, la mondialisation qui a transformé les pays du Nord en principaux moteurs de la consommation mondiale fait craindre aux pays producteurs une grave récession par le tarissement de la demande. Les marchés intérieurs des pays émergeants du fait de salaires toujours très bas ne leur permettent pas d’absorber leur production. C’est le grand paradoxe de cette économie mondiale où les excédents chinois servent aux Américains à consommer alors que le peuple chinois ne dispose pas de véritable système de protection sociale.

Sans pilote et sans régulation, l’économie mondiale est en train de déraper gravement.  Les rhétoriques guerrières et nationalistes n’arrivent jamais par hasard.

Voie Militante Voie Militante

Les Commentaires sont clos.