La voix militante de citoyens d'ici et d'ailleurs

La désindustrialisation de la Normandie s’accélère-t-elle ?

Par      • 1 Déc, 2007 • Catégorie(s): Economie et social  Economie et social    

Gare aux gorillesIl n’y a pas une semaine sans apprendre qu’une usine « normande » va se délocaliser ou s’arrêter.

C’est ainsi que ces dernières semaines ont gonflé, un peu plus, les rubriques nécrologiques de l’économie normande. Novandie devrait quitter Deville les Rouen pour la Beauce. Les nouvelles savoneries de France à Yainville ont été placées en redressement judiciaire. L’usine de sous-traitance électronique Sanmina, filiale du groupe américain Sanmina-SCI Corporation, implantée à Tourlaville (Manche) devrait cesser son activité. Millenium, au Havre, propriété du groupe américain Millennium Inorganic Chemicals, emploie 287 salariés. Selon toute vraisemblance, elle fermera ses portes en 2008. L’entreprise CPI, l’un des fleurons de l’informatique normande, connaît aujourd’hui quelques difficultés que l’on espère passagères.

Le panorama serait incomplet si j’oubliais de parler de la fermeture de YSL à Bernay, de la fermeture du site de Georgia Pacific à Brionne.

Les créations d’emploi qui correspondent à la destruction massive de l’emploi industriel peinent à suivre. L’augmentation de la production à Sandouville fait que Renault recrute aujourd’hui un millier d’intérimaires. Le chantier EPR de Flamanville mobilise 600 salariés. C’est là la seule magie du nucléaire !!! WebHelp à Caen va créer 150 emplois. La croissance du trafic du port du Havre (+26% en 2007) semble montrer un accroissement des activités liées à la logistique. Hélas, cette hausse se solde par un accroissement du trafic des camions. Du coup, le port du Havre met en chantier la deuxième phase de port 2000 qui devrait être livrée entre septembre 2009 et mai 2010. Sur le Havre encore, bien en verve, l’armateur Louis Dreyfus est prêt à investir 160 millions d’euros dans la liaison Le Havre-Portsmouth auprès des chantiers navals de… Singapour

D’autres entreprises innovent. La coopérative laitière Isigny Sainte-Mère a engagé 16,5 millions d’euros d’investissement sur trois ans pour développer des produits haut de gamme tels que les poudres de lait infantiles. La hausse du prix des denrées agricoles semble revitaliser des projets industriels qui en avaient le plus grand besoin. Multiclos, de son côté, spécialisé dans la huisserie en PVC, a vu son chiffre d’affaires augmenter de 25%. Un contre-coup à la hausse du prix de l’énergie !

La multiplicité des intervenants dans le domaine économique, le chevauchement des compétences entre la Région, les Conseils Généraux, les Communautés d’agglo, les Communes, les Chambres exigent la refonte complète de l’intervention de ces différents acteurs. La nécessité de coordonner l’action publique face au désengagement de l’Etat est une nécessité impérieuse. L’emploi et le développement économique doivent être la priorité numéro 1 des élections municipales et cantonales de 2008. Si nous ne le comprenons pas et si nous ne faisons rien, la destruction d’emplois industriels risque de nous coûter très très cher. Le renchérissement du coût de l’énergie est une aubaine pour relocaliser de nombreuses activités. Alors, sachons en profiter en faisant sauter tous les potentats locaux dont la seule raison d’être est d’allouer les fonds sur des critères qui échappent à la raison du XXIième siècle. A l’observation de certains spécimens de nos « grands singes » politiques, on en finirait par croire que nous n’avons pas encore quitté l’esprit de la IIIième République.

Source : les Echos

Autres éclairages

Voie Militante Voie Militante

Tags : , ,

2 Réponses »

  1. Je suis consternée à la lecture de ce billet. C’est affolant de voir des milliers d’emplois qui disparaissent ainsi dans notre région.
    Aujourd’hui meme j’entendais que Dassault l’avionneur qui est financé par l’argent du contribuable (nous, vous) envisage de délocaliser. Mais quand va t’on enfin se dire qu’il faut que les entreprises qui délocalisent doivent payer leur part des charges induites par les mises au chômage. Sans compter le désastre social au delà des seuls licenciés ; comment faire croire à des jeunes qu’en travaillant bien à l’école ils vont s’en sortir quand ils voient que les gens (leurs parents, leurs voisins, …) indépendamment de leur niveau d’étude, de leur temps de travail, parfois avec des heures supplémentaires non rémunérées, se font jeter par des actionnaires que seule la maximisation des profits intéresse.
    Oui l’économie libérale nous emmene à la catastrophe et nous avons besoin de régulation ! Le socialisme d’aujourd’hui ce n’est pas le Gosplan, c’est la régulation de l’économie de marché. Et nous en avons besoin de toute urgence. Apres les RV manqués de la présidentielle, et des législatives, il y a urgence pour les municipales et les cantonales !

  2. Je vous applaudis des deux mains Catherine !
    Encore une fois, nous sommes en phase !
    Mais malheureusement tant qu’ils n’en auront pas fini avec leur « gueguerre » à la noix au sein du PS les vrais problèmes ne seront pas débattus et il n’y aura pas de propositions concrètes pour stopper ce processus…
    Je suis contente d’être suppléante/sympathisante et non suppléante/adhérente pour les cantonales !