La voix militante de citoyens d'ici et d'ailleurs

La France en voie de sous développement numérique

Par      • 18 Fév, 2009 • Catégorie(s): Economie et social  Economie et social    

Le nouveau ministre de l’identité nationale, Eric Besson, aurait dénoncé ce week-end le piratage à grande échelle. Ce point reste à vérifier. Les Besson et Besson sont de sortie et la déclaration du ministre fait suite à celle non moins fracassante de Luc Besson. Pêle-mêle, le cinéaste y dénonce l’intérêt de gros acteurs de l’Internet tels que Google et Free qui, mettant en avant la culture de la gratuité et implicitement le téléchargement illégal, développent un modèle économique appauvrissant pour les « autres » et lui-même. On pouvait trouver meilleur porte-parole.

Eric Besson et Vivendi

Si elle était avérée, l’étonnante déclaration du ministre dans un domaine qui fut le sien fait suite à celle de Vivendi qui déclare que la fibre optique ne sert à rien… sauf au piratage. Pour rappel, Eric Besson a été Président délégué général de la fondation Vivendi de 1996 à 2001 alors que la gauche était au pouvoir. A ceux qui n’ont rien compris à la nature de l’engagement politique d’Eric Besson en lisant la fiche Wikipédia du ministre, je tiens à rétablir cet élément de vérité. Mais là n’est pas l’essentiel du propos.

La France entrée en récession… numérique

Un pouvoir aux services de quelques amis !

Un pouvoir aux services de quelques amis !

Le taux de connexion à Internet des foyers français est aujourd’hui de 61%. Parmi ces « heureux » français, on compte 65600 foyers d’entre eux connectés directement à la fibre optique. En Norvège, ils sont 65.6%. La rente gazière aura au moins servi à quelque chose.

La France , alors qu’elle dispose d’un service universel de téléphonie, n’a toujours pas de service universel en terme de haut débit. Si nous disposons au niveau Adsl d’un bon débit en matière de download ou téléchargement, la faiblesse du upload (256 Kbps à 1 Mbps) constitue un véritable handicap pour l’internalisation des services Internet à l’entreprise. Dans ce domaine, nous prenons un retard considérable. L’asymétrie du débit nous amène à supporter des coûts supplémentaires que n’ont pas à supporter certains de nos concurrents « planétaires ».

A l’heure où la France est entrée en récession, l’argent du plan de relance pourrait au moins servir à financer la généralisation d’un plan fibre adossé à une mission de service universel en matière de haut-débit. Dans la période récente, ce sont les départements qui ont dû prendre en charge cette dépense. Je pense tout particulièrement au département de l’Eure. La tempête qui s’est abattue dans le Sud-Ouest devrait nous faire comprendre toute l’urgence de la mesure.

La Corée du Sud : l’exemple à suivre

Alors que les Coréens du Sud disposent déjà d’un accès 100 Mbps, le gouvernement s’appuyant sur les opérateurs locaux vient de lancer un plan de 25 milliards de dollars pour passer toute la Corée à 1 Gps en 5 ans. En parallèle, les opérateurs envisagent de multiplier par 10 les réseaux sans fil. Le plan numérique coréen entraînerait la création de 291000 emplois.

Contre-sens historique

Davantage préoccupé par le strass et les paillettes du Fouquet’s, le petit prince français a su s’entourer d’amis dont les intérêts vont strictement à l’encontre de l’intérêt général. Cet intérêt général aurait voulu que l’on mette en place au plus vite un mécanisme de licence globale afin de rémunérer les artistes à partir des téléchargements des internautes. Je rejoins Luc Besson quand il affirme que les charognards de l’économie numérique s’appellent Free et Google. Au lieu de cela, nous avons eu droit à la loi DADVSI, la loi Hadopi et la riposte graduée. Bientôt, nous allons avoir droit à une nouvelle loi – la loi Création et Internet – dont les parfums annonciateurs s’avèrent encore plus liberticides.

A contre-sens de l’histoire et en application des principes d’un Friedrich Hayek qui voyait en Pinochet un modèle de gouvernance politique, le pouvoir français nous enfonce un peu plus dans la crise en vue de la satisfaction de bien petits intérêts personnels.

Si Hegel parlait de la fin de l’histoire, à la vitesse où vont les choses, j’ai peur que nous ayons à parler bientôt de la fin de la France.

Sources :

Crédit photos : Amazon, Tell Tech Communication,

Voie Militante Voie Militante

Tags : , , ,

2 Réponses »

  1. Il est scandaleux de voir telles pratiques de la part de nos politiciens qui ne font d’autres que nuire au développement économique de la France pour les beaux yeux de leurs amis PDG. Et dire que Mr Sarkozy veut  » amener la croissance »… Triste décalage entre politique de développement et politique d’intérêts…