La voix militante de citoyens d'ici et d'ailleurs

Fort ralentissement de l’emploi salarié

Par      • 9 Juin, 2008 • Catégorie(s): Economie et social  Economie et social   Social  Social    

La baisse du chômage est due pour l’essentiel à trois mécanismes : une pyramide des âges favorable, une hausse de l’emploi partiel et une politique de radiation tous azimuts.

Car, sur le front de la création de l’emploi, le compte n’y est pas. En effet, les créations de postes ont atteint leur plus bas niveau depuis 2006, en ne progressant que de 0,2 %(+39400 postes), soit trois fois moins que sur la même période en 2007 (+118500). Le salaire de base continue d’augmenter moins vite que l’inflation.

Même si la France continue d’être le 2ième pays du monde en terme d’investissements directs étrangers derrière les Etat-Unis avec 123.6 milliards de dollars, la compétitivité des entreprises françaises est toujours aussi basse. Dans ce domaine, nous sommes au 25ième rang mondial.

La taxe professionnelle, cet impôt imbécile, continue de peser lourd sur les conditions du dynamisme de l’offre. La base de la TP s’appuie en effet sur la valeur nominale des biens d’investissement. Elle est un frein à l’innovation. Les revenus de la rente (actions, obligations, loyers, stock-options) sont exonérés de cotisations retraite, famille et maladie même si l’ensemble des revenus est assujetti à la CSG. Il est temps de réformer notre fiscalité qui contribue à la désindustrialisaiton de notre pays et la perte de compétitivité dans tous les domaines.

Sources : Ministère du travail, l’Usine Nouvelle

Voie Militante Voie Militante

Tags : ,

3 Réponses »

  1. Oui, tu as raison Denis d’en vouloir à « l’impôt imbécile » (Chirac), mais quoi d’autre à la place ? Il faut des rentrées pour l’Etat. Et il est vrai que tant que les impôts locaux se calculeront selon des données datant de 1970… la France marchera sur la tête. La seule chose qui est certaine est que le gouvernement qui osera faire la révision de ce qui sert de base au calcul des impôts locaux, la valeur locative cadastrale, devra sans doute prévoir un moyen de compensation pour éviter une augmentation des impôts locaux, car cela créerait un problème d’équilibre financier pour les villes qui ont un fort pourcentage de logements sociaux. Voilà pourquoi cette grande idée se trouve sans cesse repoussée… et pourtant c’est une belle idée politique. Elle a un véritable sens…
    Imaginez le dilemme, il y aurait une baisse des impôts de 30 % pour les logements HLM et en une hausse globale de 10 % pour les logements non HLM.
    A quand l’impot intelligent… qui osera ?

  2. Rocard, 1er ministre de Mitterand, avait un projet de généralisation de la CSG. La 1ère gauche de droite l’a tué. En 2001, l’arbitrage de Jospin pour ne rien faire a été soufflé par un certain Laurent Fabius. La gauche a loupé son rendez-vous avec l’histoire que les radicaux ont Su construire intelligemment.

    Quant à la TP, oui, il y a un problème. Comment compenser cet impôt imbécile ? En transférant la recette de l’impôt sur les sociétés sur les collectivités locales ?

  3. « A quand l’impot intelligent… qui osera ? »

    Très bonne question Hélène …
    Il suffit de demander aux électeurs qui, à mon sens, orientent leurs votent plus en fonction d’un interêt personnel que celui d’un interêt collectif …
    Enfin, peut-être ?