La voix militante de citoyens d'ici et d'ailleurs

FMI : baiser de la mort pour DSK

Par      • 1 Nov, 2007 • Catégorie(s): Economie et social  Economie et social    

La mort politique programmée de DSKLe fauteuil doré offert à DSK par Nicolas Sarkozy à la tête du FMI ressemble à bien des égards à un baiser de la mort. Le peu d’opposition à la candidature du chantre français de la social-démocratie à la tête de l’institution financière montre le peu d’influence dont dispose aujourd’hui l’institution.

Le surcroît de liquidités des pays asiatiques, la résorption de la dette des pays d’Amérique du Sud amènent les pays émergants à vouloir créer leur propre institution financière. La vrai question aujourd’hui est : à quoi sert le FMI ? DSK devra en définir le périmètre sous tutelle américaine. Difficile d’être le chantre de la vertu financière lorsque le principal pays contributeur est à l’origine de 1300 milliards de dollars de créances hypothécaires douteuses ? Le déclin de l’influence du FMI, jadis instrument de domination et de contrôle des économies du sud, n’est que le stigmate de la perte d’influence réelle des pays du Nord sur l’économie mondiale.

Henri Emmanuelli, toujours très inspiré, déclarait il y a peu : « Je m’interroge pour la possibilité pour un socialiste, compte tenu de ce qu’est le FMI, de s’épanouir à la tête de cette institution. »

Autres éclairages

Voie Militante Voie Militante

Une Réponse »

  1. Aprés que DSK soit passé sous la toise de l’approbation sarkosienne, ce qui est en soi une pantalonade, suivie de la petite mise en scéne du second candidat juste pour la galerie, et puisqu’il prétend réformer ce bras armé du néo-colonialisme, j’attends de lui qu’il assume sa nomination et qu’il rende publics les comptes et les pratiques du FMI, juste avant de l’envoyer par le fond ; pas plus, pas moins…