La voix militante de citoyens d'ici et d'ailleurs

Et pendant ce temps… le monde a faim !

Par      • 11 Avr, 2008 • Catégorie(s): Agriculture  Agriculture   Economie et social  Economie et social   International  International    

We feed the WorldDu haut de ces 1.9 milliards d’euros gagnés sans véritablement « travailler », John Paulson peut contempler la misère du monde avec ce sentiment de suffisance qui sied aux repus de ce monde.

Jean Ziegler nous rappelle dans un texte récent que toutes les 5 secondes un enfant de moins de 10 ans meurt de faim dans le monde alors que les capacités de la planète permettent de nourrir 12 milliards d’habitants !

Sous la pression de la demande des agro-carburants, le prix des céréales augmente dangereusement au point où des émeutes de la faim éclatent partout dans toutes les régions du Monde. Depuis 2000, le prix des aliments a augmenté de 75% !!! Depuis 1 an, Jacques Attali nous rappelle que l’indice FAO du prix des aliments a augmenté de 35%. Ajoutons à cela l’attitude spéculative de certains agriculteurs – heureusement pas tous – qui préfèrent laisser leur production dans leurs hangars afin de bénéficier d’un cours le plus haut possible. Nul n’est parfait.

Le prix des aliments augmente

Jacques Attali le rappelait très justement. L’augmentation du prix des aliments en provoquant l’explosion de l’urbanisation, l’augmentation du chômage et une désertification des campagnes des pays du Tiers-Monde va amplifier la baisse de la production agricole et la dépendance alimentaire. Là où il faudrait que ces pays pillés par les intérêts de l’occident, de l’Inde et de la Chine devraient investir dans leur agriculture, leur pêche et leur forêt. Les règles de l’OMC et l’ouverture des marchés à des produits américains et européens subventionnés tuent les marchés intérieurs et la production locale. Les conditions climatiques catastrophiques de l’année 2007, le changement climatique en cours risquent de ne rien changer à l’affaire. La surconsommation de viande contribue à faire exploser le coût des aliments !

Pour conclure, je voudrai ici rappeler avec force que les OGM sont un leurre de plus qui provoque l’appauvrissement des agriculteurs du Sud en renchérissant le prix des intrants par l’augmentation de l’utilisation des pesticides.

Même si vous y voyez un raccourci simplificateur et outrancier, je crains qu’il y ait hélas un mécanisme de vase communicant entre la richesse de John Paulson et la misère du monde. Pas vous ?

Autres éclairages

Crédits photo : Notre-Planète.info, We Feed The World

Voie Militante Voie Militante

3 Réponses »

  1. Mise à jour: M. John Paulson auquel vous faites référence, « le dirigeant du fonds spéculatif assez clairvoyant pour prévoir que des centaines de milliers d’Américains seraient réduits à la faillite immobilière » et qui a gagné 3,7 milliards de dollars en 2007 sur le marché des subprimes, parie aujourd’hui sur « la rentabilité extraordinaire de l’agriculture ». Aucun scrupule donc. Si vous voulez en savoir plus, lire par exemple:

    – article intitulé « John Paulson [Paulson & Co] fait des affaires avec la crise agroalimentaire », paru dans le journal « PerfomanceBourse.com », édition du 06/05/2008 (j’ai mis le lien dans le champ site web)
    – article intitulé « Crise alimentaire: les géants font des affaires d’or » paru dans le journal québecois « Le Soleil », édition du 3 mai 2008

  2. @Estelle

    Merci pour cette information sur laquelle je vais rebondir.

  3. Le commentaire d’Estelle m’a remis en mémoire un article d’un journal( de gauche) de Chicago, traduit par Courrier International(14/11/2007), sur les pratiques scandaleuses de ces géants américains qui ‘envoient’ de l’aide alimentaire dans des conditions qui enrichissent les transporteurs américains. L’article en anglais est accessible en ligne mais pas celui de courrier international.
    com/article.asp?obj_id=79552
    http://www.inthesetimes.com/article/3342/who_does_us_food_aid_benefit/
    ( mot clé US Food aid).
    Dans le magazine agricole MAG hebdo (libre et entrepreneur) (sic) de mai 2008 j’ai découvert un article de Jacques Carles, secrétaire général du MOMA (mouvement pour une organisation mondiale de l’agriculture), qui montre une percée d’autres idéologies dans une revue où J M Sylvestre tient une chronique régulière.
    L’article intitulé « Le (vrai) début de la faim » assène quelques vérités : un simple écart de 2% dans la production de blé a suffi à faire doubler son prix. Cherchez l’erreur . Jacques Carles rappelle qu’il reste le double de terre arable que de terres cultivées et qu’il faut une vraie politique agricole mondiale.