La voix militante de citoyens d'ici et d'ailleurs

Aphorismes de John-Maynard Keynes

Par      • 20 Jan, 2013 • Catégorie(s): Economie et social  Economie et social    

Il y aurait peut-être deux éléments qui ont profondément changé depuis que John Maynard Keynes a quitté notre bas monde. Quoi que…

Autodestruction

Le 1er élément, c’est la déplétion des ressources sur lesquelles s’est construite la croissance de l’Occident, sur fond de colonialisme économique.

Les pieds nickelés ont pris le pouvoir et c'est pour longtemps !« La même règle autodestructrice du calcul financier régit tous les aspects de l’existence. Nous détruisons la beauté des campagnes parce que les splendeurs de la nature, n’étant la propriété de personne, n’ont aucune valeur économique. Nous serions capable d’éteindre le soleil et les étoiles parce qu’ils ne rapportent aucun dividende. »

« Il sera temps pour l’humanité d’apprendre comment consacrer son énergie à des buts autres qu’économiques […] L’amour de l’argent comme objet de possession, qu’il faut distinguer de l’amour de l’argent comme moyen de se procurer les plaisirs et les réalités de la vie, sera reconnu pour ce qu’il est : un état morbide plutôt répugnant, l’une de ces inclinations à demi criminelles et à demi pathologiques dont on confie le soin en frissonnant aux spécialistes des maladies mentales« .

Morbidité

Le 2e élément, c’est la contagion de cette morbidité au pouvoir politique, qui, du coup, restreint considérablement le champ d’application de l’action publique ! Les hommes au pouvoir cherchent d’abord à s’y maintenir, parfois à s’y engraisser par simple mimétisme. Il y aurait beaucoup à dire sur la réalité de leur pouvoir.

« Le capitalisme est cette croyance stupéfiante que les pires des hommes feront les pires choses pour le plus grand bien de tout le monde. »

Source : Jean Gadrey

Voie Militante Voie Militante

Tags : , , ,

Laisser une Réponse

*