La voix militante de citoyens d'ici et d'ailleurs

De Voynet à Duflot : les matrones ne réussissent pas à l’écologie politique !

Par      • 27 Sep, 2013 • Catégorie(s): Ecologie  Ecologie    

Les Verts : le clan des femmes ?Si le départ de Noël Mamère me semble relever de la logique d’un non événement, en revanche, la manière dont Cécile Duflot conduit EELV n’est pas sans rappeler l’approche que fut celle de Dominique Voynet quelques années plutôt.

Plouf

Alors qu’Antoine Waechter amenait les Verts à 10,8% aux élections européennes de 1989, la maire de Montreuil obtint 1.57% aux élections présidentielles de 2007. Par sa gestion clanique du mouvement où les idées n’avaient pas grand place, Voynet était parvenue à pulvériser les Verts en un peu plus de 10 ans. En 2009, Dany Cohn-Bendit raviva la flamme verte en portant Europe Ecologie à 16.28% faisant jeu égal avec le PS. Trois années plus tard, sous la conduite de Cécile Duflot très occupée – avec l’aide de son ancien compagnon, Jean-Vincent Placé – à monnayer des places avec le PS,  Eva Joly fit jeu égal avec Dominique Voynet avec 2.31% aux élections présidentielles de 2012. Ironie de l’histoire : Noël Mamère fut le seul à dépasser la barre des 5% à l’élection présidentielle de 2002 ! Il fallut donc à peine 3 ans à Duflot pour ratatiner électoralement Europe Ecologie devenue EELV. Respect.

Un maroquin, sinon rien !

La rhétorique de Dame Cécile est aujourd’hui la même que celle de son aînée. Il faut investir les institutions pour peser davantage sur les choix et les décisions politiques des gouvernements socialistes. Compte tenu du bilan de celle qui fut ministre de l’environnement de Lionel Jospin, il y a de quoi s’interroger sur l’efficacité de la participation des Verts au gouvernement. Le PS qui a besoin d’alliés a fait des Verts son annexe électorale en charge de rabattre les quelques brebis égarées qui bêleraient à toujours plus d’écologie. Lorsque Noël Mamère crie haro sur le baudet, j’ai bien peur que ses raisons soient à peu près les mêmes que celles qui ont amené Dominique Voynet et Cécile Duflot à négocier un maroquin. Les Verts veulent des places. Ils veulent surtout les garder. L’écologie est le cadet de leurs soucis. Si diserte sur les questions environnementales, il est d’ailleurs révélateur que la ministre du logement de Jean-Marc Ayrault ait fait le choix de la question des Roms pour montrer son désaccord avec un ministre dont on dit qu’il murmure à l’oreille du Président. Même lorsqu’elle cherche à nous distraire, Dame Cécile n’y parvient qu’avec très grande difficulté.

Voie Militante Voie Militante

Tags : , , , , , , , , ,

2 Réponses »

  1. Fort bon article .
    « L’écologie est le cadet de leurs soucis » c’ est un malhaureux constat que nous autres écologistes avons fait depuis longtemps; lorsque, par exemple, nous avons vu Claude Taleb et Jérôme Bourlet De la Vallée se rapprocher de Jean Luc Recher, Maire d’Aubevoye et ardent défenseur des usines seveso, des déviations routières coûteuses et inutiles, des créations de zones industrielles en bordure d’autoroute…. En un mot, tout ce que nous autres écologistes rejettons.
    Par cette attitude, ils ont pietiner sans vergogne les luttes de centaines de militants bénévoles.
    Quant à « influer sur la politique », on lit d’un côté que Cécile Duflot reconnait avoir une muselière et d’un autre, sous la plume de Claude Taleb qu’il faut « l’ouvrir »…. drôle de contradiction.
    Seul bon point pour Claude Taleb il reconnait que « les français continuent d’apprécier les écologistes…. » Seulement, il ne réalise pas que ce sont les écologistes n’appartenant pas à EELV dont les Français parlent.

  2. @Philippe

    Claude est, de mon point de vue, l’archétype du gars qui a choisi l’écologie politique parce qu’il y avait de l’espace.

Laisser une Réponse

*