La voix militante de citoyens d'ici et d'ailleurs

Social-écologie : de Laurent Fabius à Europe Ecologie !

Par      • 7 Nov, 2010 • Catégorie(s): Ecologie  Ecologie    

Vendredi soir, sur les quais de la gare de Bernay, alors que nous attendions le train de l’enfer, je discutais avec un de mes anciens camarades socialistes qui milite au sein du Pôle Ecologique. Il me rappela sa conviction en la social-écologie.

Un concept nouveau ?

Dans un texte du 17 juin 2003 publié dans les colonnes de Libération dont le titre est « Pour une social-écologie« , Laurent Fabius définit ce que doit être, de son point de vue, la social-écologie. Ohhh, rien à voir avec l’écologie sociale de Murray Bookchin qui voit dans l’écologie politique un moyen de s’extraire des mécanismes de domination et de hiérarchie ! L’ancien 1er ministre y expose, pour la 1ère fois, le concept de sous-traitance des socialistes aux verts sur les questions environnementales. Je cite : « Nous pouvons compter pour nous y aider sur les Verts, avec lesquels nous devons passer notamment un contrat global. » Dans ce texte, Laurent Fabius exprime son opposition à l’EPR sur lequel, aujourd’hui, il est désespérément muet. Le député de Seine-Maritime reprendra cette idée de social-écologie dans un ouvrage qu’il publiera en 2004 aux éditions Plon : « une certaine idée de l’Europe« . 7 ans plus tard, Géraud Guibert, porte-parole du Pôle Écologique du Parti Socialiste, nous explique que rien n’a changé au Parti Socialiste !

Elle est passée par ici… Elle repassera par là…

Il faudra attendre le jeudi 3 novembre 2005 pour voir réapparaître dans les médias ce terme de « social-écologie ». Dans Politis, l’ancien collaborateur de Laurent Fabius de 1984 à 1985 à Matignon, Jean-Paul Besset, livre un entretien et reprend le mot de son ancien patron à son compte. Je cite l’actuel député vert européen : « Je ne crois pas, en l’état actuel des choses, à l’émergence d’un mouvement politique ou à la transformation miraculeuse de tel ou tel parti, y compris les Verts, en porte-parole de l’analyse que je tiens. La solution naîtra de pratiques sociales qui, peu à peu (c’est la vision optimiste, pas forcément celle qui triomphera), recouvriront les anciennes pratiques sociales. De cette marée montante naîtra un mouvement politique naturel, ce que j’appelle une social-écologie, qui remplacera la social-démocratie. »

Europe Ecologie : le renouveau de la social-démocratie ?

La social-écologie ne serait-elle qu’une simple évolution de la social-démocratie ? C’est ce que semble croire aussi le très social-démocrate Pierre Moscovici. Dans un débat face à Jean-Paul Besset dont le contenu fut retranscrit dans le Nouvel Obs en décembre 2009, le fidèle compagnon de Dominique Strauss-Kahn nous explique son nouveau credo écolo non sans malice : « L’avenir, aujourd’hui, je suis d’accord, c’est la social-écologie. Mais pas le dépassement de la gauche et de la droite. » Le député du Doubs en remet une couche alors qu’il défend ses orientations au Conseil National du Parti Socialiste : « Ce texte, c’est le choix de la social-écologie : il faut produire différemment aujourd’hui, un nouveau mode de production économe en ressources naturelles, moins gourmand en énergie et en matières premières. »

Jean-Paul Besset  a été le rédacteur principal du manifeste d’Europe Ecologie dont le titre exact est « Manifeste pour un nouveau cours écologique et social« . Un bel hommage rendu à Laurent Fabius !

Crédit photos : Atelier floral, Forums Lenodal

Voie Militante Voie Militante

Tags : , , , , , , , ,

18 Réponses »

  1. Juste une précision par rapport à ce qui me semble sous entendu dans ce billet sur la social écologie (en gros, je serai un Fabius boy caché continuant le travail pour mon « patron »): j’

  2. Juste une précision par rapport au sous entendu fielleux que vous faites sur un diable nommé Besset qui répercuterait la ligne sociale écologique de son « patron » Fabius. Les faits valent mieux qu’un long discours: j’ai effectivement était chargé de mission à Matignon du temps de Fabius, j’y suis resté un an, ni plus ni moins, j’ai quitté volontairement cette fonction pour aller en Nouvelle Calédonie m’intéresser à mes risques et périls à la situation coloniale et la révolte kanak et, depuis 1985, je n’ai pas eu ni cherché le moindre contact avec Fabius. Pas vraiment de quoi tisser une complicité politique. Je reprends effectivement à mon compte l’expression social écologie en tant que nouveau mouvement émancipateur possible de l’humanité (comme la social démocratie a su l’être à une époque »). Le débat que j’ai eu avec Moscovici dans le Nouvel Obs auquel vous faites référence montre bien d’ailleurs les différences.
    Jean-Paul Besset

  3. @Jean-Paul Besset

    Vous voyez du fiel là où il n’y en a pas. Et je ne pense pas vous décrire comme un diable et, encore moins, comme un sous-marin de Fabius. Mon texte est purement factuel. Je comprends qu’il puisse vous déranger.

    Nous, militants des Européennes qui avons concouru activement à vous faire élire, avons été trompés sur la marchandise. Lors des Européennes, Dany, Eva et José nous ont vendu un espace d’écologie politique autonome ! AUTONOME. Nous y avons cru. Avec les Régionales, ce fut… à gauche toute ! Où est la logique dans tout ça ? Se faire élire coûte que coûte quitte à en perdre son âme ? Dans le texte du Manifeste, vous mettez dos à dos le libéralisme et la social-démocratie en arrivant à la conclusion selon laquelle l’écologie politique n’aurait pas d’autre choix que de faire alliance avec la social-démocratie. C’est extrêmement curieux, non ?

    A force de dire que les écolos sont de gauche, ils finiront par préférer l’original à la copie comme en 2007. Lors du passage du train d’enfer, la majorité des militants présents étaient ceux du Front de Gauche et du NPA. Où étaient les Verts et les « divers » ? La stratégie des régionales aura coûté à Europe Ecologie le départ de près de la moitié de ses forces vives. C’est ça la sinistre réalité.

    Et merci de votre passage.

  4. @ tous les commentateurs

    n’êtes vous an train de rejouer la damnation de faust pour reservir une soupe
    au choux difficile à avaler ?

    continuez à vous battre sur des pécadilles tant que vous aurez le ventre rempli, vous
    n’irez point à l’essentiel des choses …

  5. @Bernard Frau

    Etre responsable, c’est savoir définir et gérer des priorités.

    Lulla a sorti une grande partie de son peuple de la misère et de la mort.

    Tout le monde, sans exception aucune, s’accorde à le reconnaître.

    Ah si ! Il y a une exception : Bernard Frau.

    Vos propos sur Lulla et le Brésil sont trop énormes pour être vraiment sincères, c’est clairement de la provocation, ou alors vous estimez qu’il vaut mieux laisser mourir un homme pour sauver un arbre.

    C’est votre façon « écologique » et humaine de voir les choses ?

  6. Nerveux le camarade social-démocrate Besset ! Pourtant il n’y a pas de quoi ! Il n’y a pas en effet de honte à avoir été de ceux que l’on appelés des Fabius boy! Il faut savoir assumer son passé !

    Cela dit la réalité des faits est bien celle qui aujourd’hui montre un Laurent Fabius en quête de renouveau de légitimité, se posant comme un sage, loin des querelles d’appareils se consacrant à la culture et aux peintres impressionnistes. Ah l’impressionnisme cette catégorie de l’art qui définit cette qualité particulière de savoir saisir l’instant pour l’immortaliser sur la toile. Merveilleux non ?

    Chacun connaît la capacité impressionnante de Laurent Fabius à se saisir promptement de ce qui peut de près ou de loin servir ses ambitions quitte ensuite, sans l’ombre d’un regret, sans état d’âme à passer à autre chose. L’instant aujourd’hui est bel et bien de saisir cette grande aspiration de transformation « écologiste et sociale de la société », Fabius ne s’y trompe pas! Il faut lui reconnaître ce talent de savoir ramasser une situation dans une formule slogan qui sera à coup sur reprise par les médias. La formule Social Ecologie en est un bon exemple.

    Force est de constater que les convergences décrites par Denis de façon très factuelles d’ailleurs laisse prévoir un ralliement d’EE/Les Verts à Laurent Fabius.
    Jean-Paul BESSET s’offusque de ce que certains « osent » l’écrire. Il aurait peut-être été mieux avisé de ne pas reprendre à son compte ce slogan fabiusien de social-écologie. Du coup il n’aurait pas eu à se défendre sur le thème « je n’ai pas eu ni cherché le moindre contact avec Fabius ».

    Cordialement

  7. Social-écologie, social-démocratie… beurk !
    J’ai entendu Rocard sur France Culture jeudi matin, à propos de la social-démocratie, pathétique !
    La social-écologie fera autant de mal à l’écologie que la social-démocratie en a fait à la gauche.
    J’aime la politique mais les politiques ne me font plus du tout envie !!!

  8. @ Denis

    Quand vous dites dans votre réponse:
    « Lors du passage du train d’enfer, la majorité des militants présents étaient ceux du Front de Gauche et du NPA. Où étaient les Verts et les “divers” ? »

    Vous travestissez la vérité pour la rendre compatible à votre propos.

    Lors du passage du « train d’enfer » nous étions à Bernay au moins 6 adhérents Europe Ecologie ou sympathisants sur la quinzaine présents dont une conseillère municipale et une Conseillère Régionale …
    C’est peu, hélas, mais c’est proportionnellement beaucoup plus que ce que vous dites !

    La stratégie des Régionales n’a absolument pas coûté le départ de près de la moitié de ses forces vives comme vous dites… A moins que vous considériez représenter à vous seul la moitié des forces vives :-)))
    Nous avons justement grâce à ces Régionales été rejoint par de nouveaux militants. Et c’est tant mieux ! Même si cela représente pour vous une « sinistre réalité »…

    Et puis le reproche d’être « à gauche toute » fait plutôt sourire quand on sait que vous vous êtes présentés pour être secrétaire fédéral du PS il y a 3 ans…

    Allez, avec un peu plus d’objectivité et de lucidité, on pourra vous écouter d’avantage surtout que vos avis peuvent sur certains sujets être très documentés et éclairant !

    Frédéric Lamblin

  9. @Frédéric

    J’y étais. Je n’ai pas vu les 6 militants !!! Désolé… je suis resté au système décimal et à l’addition. ;+) Mais tu as très certainement raison. A Sotteville, c’était encore pire, semble-t-il !!! Tout le monde était parti à L’arrivée du train. Info vérifiée auprès du GANVA à 14 h 30. Ah oui, je fais partie du réseau Sortir du Nucléaire. Et toi ?

    En recoupant les données d’autres régions, nous arrivons à ce chiffre d’une perte de la moitié des militants. C’est peut-être encore pire à moins que les 180000 inscrits sur le portail des Européennes furent du bidonnage. C’est possible… Mais, là, ce serait un Scoop. Et concernant le pays Risle-Charentonne, c’est encore pire. Quant à la campagne des Européennes, cher Frédéric, dois-je te rappeler que tu en fus complètement absent (sur consignes ?) et que nous nous sommes retrouvés à 4 ! Alors, disons 1/4… ;+) Dois-je te rappeler les réunions à Rouen où les gens de L’Eure étaient plus nombreuses que celles de Seine-Maritime ? Et puis, 16% et toutes ces greenflies !

    Pour moi, le PS, c’est de l’histoire ancienne. Un jour, au téléphone, je t’ai dit toute la joie qui fut la mienne de recevoir l’investiture des Verts. C’était en 2008. Et tu le sais mieux que quiconque. Je ne renie pas mon histoire au PS. Elle fut très formatrice. Pour l’avenir, j’ai toujours dit que je soutiendrais Royal si elle se présente. Pour les autres, je tâcherais de cultiver des poireaux en 2012.

    Il peut m’arriver de dire des âneries. Mais je me soigne. Et je te remercie de ton passage.

    NB Si tu veux écrire sur VM, sache que tu seras toujours le bienvenu !

  10. Je viens seulement d’ouvrir Voie Militante, parce que cet après-midi, je voulais m’oxygéner en regardant et (surtout) écouter Jean-Luc Mélenchon. Je n’ai pas été déçu, bien au contraire !
    Denis, tu sais bien qu’un Gaulliste n’est ni de droite, ni de gauche : il aime son pays et ses compatriotes. C’est un peu pour cela que j’ai plaisir à écrire sur VM.
    Je tiens à terminer ce petit commentaire par une pensée de cet après-midi, qui me va bien, et que j’emprunte à Agnès Bihl : « Pour faire le pire, on a une imagination sans bornes ». Et JL Mélenchon d’ajouter : « C’est pour cela qu’il faut lutter pour une utopie réalisable ».

  11. Il y a des dimanches qui devraient obligatoirement être consacrés au repos et à l’inspiration : les bords le l’Eure, les couleurs d’automne, les amis … Nombreux hier, les hommes armés dans les champs sous la pluie, à quoi pensaient-ils en traquant leurs lièvres ?
    Sur ce blog au moins on est en direct sur les pensées. Et là… les munitions s’éparpillent.
    Manifestations à Bernay autour du train. Echec, réussite, qui peut le dire?
    Au café on a parlé des hélicoptères, super, il se passe quelque chose à Bernay !
    Il y en a marre de vos comptes de militants apothicaires ; peu importe qui du NPA , du Front de gauche, des Verts, des autres, étaient là avant les autres ! A vous lire tous on dirait que les militants ne sont là que pour représenter leur groupe, pour compter leur troupe ou recruter…. C’est lassant, et je me modère avec cet adjectif.
    On peut être engagé à divers degrés, ne pas faire de campagne électorale sans être un renégat ou un traître à la ‘cause’. Pas étonnant que les gens hésitent à s’encarter !
    Vos comptes et vos chamailleries, c’est l’arbre qui cache la forêt des vraies questions de société.
    Bernayenne de longue date, j’ai constaté d’autres choses vendredi et samedi: des gens qu’on ne voit pas aux manifs et qui étaient là, parfois par hasard, mais qui ont eu l’occasion de discuter, d’apprendre. Dans les médias et dans la rue se sont posées les questions sur le fond : le scandale des cette industrie juteuse et dangereuse. Pourquoi tant de CRS, ces RG qui filmaient ? Ce déploiement de force et d’argent autour du nucléaire soi disant civil ; tout cet argent, cette énergie, pour les intérêts de qui ? Je ne suis pas une incurable optimiste mais ce train a permis un peu plus d’infos. C’était le but à Bernay.

    Le but d’une manif c’est quoi ? Se montrer face au pouvoir et aux rivaux ou toucher ceux ‘qui ne font pas de politique’? Citoyens restons.
    Le problème de la France c’est NS dit de Villepin. Il y a pire encore comme problème : les privilégiés sont unis, les autres se taisent ou, quand ils parlent, ils se tirent dans les pattes ou ne cessent de faire du prosélytisme !
    @Fred,
    j’ai exercé bien des métiers, celui de prof m’a appris à ‘bien faire et laisser dire’ ; les profs (et tous les fonctionnaires dans une moindre mesure) sont la cible de tous les fantasmes, de toutes les jalousies et divers délires (allez sur le blog d’un député de Seine et Marne, ça n’est pas prêt de s’arrêter ).
    http://yvesjego.typepad.com/blog/2010/11/connaissez-vous-un-service-public-inaccessible-200-jours-par-an.html
    Je l’ai déjà écrit sur ce blog, peut-être en réponse au même commentateur, que je ne connais pas. A-t-il vu tes mains ?
    Ne pas perdre de l’énergie à se justifier, il n’y a pas plus sourd que celui…

Laisser une Réponse

*