La voix militante de citoyens d'ici et d'ailleurs

Oui à une écotaxe pour faire payer les camions qui entrent en France !

Par      • 10 Nov, 2013 • Catégorie(s): Ecologie  Ecologie    

La pollution des poids lours engendre de graves maladies repsiratoires et aussi de l'asthme !L’écotaxe – ou éco-redevance – est un impôt dont l’objet est de faire payer les transporteurs des dégâts qu’ils causent à nos routes financées par nos impôts. C’est donc un impôt parfaitement juste. La pollution des poids lourds est aussi à l’origine de graves maladies respiratoires et aussi d’une grande partie des cancers du poumon. Le seul problème est que, au nom du principe d’égalité devant l’impôt, les entrepeneurs et agriculteurs français n’ont pas à payer plusieurs fois l’impôt comme s’apprête à le faire le gouvernement. Les entreprises s’acquittent déjà de l’impôt sur les bénéfices, de la CET composée de la CFE et de la CVAE.

Des portiques à la frontière !

A l’heure où certains braillent à la préférence nationale ou à la démondialisation, pas une seule voix ne s’est fait entendre sur l’opportunité de se saisir de l’écotaxe pour taxer l’entrée des camions (1) sur notre territoire ! Imaginé par la droite, cet impôt, dans sa forme actuelle, est d’une imbécilité rare. Il vise à sanctionner, par la mise en place de portiques sur nos axes routiers intérieurs, l’activité de nos propres entreprises en renchérissant les coûts de production et les prix. Bravo à la droite et aux écolos de cautionner de telles âneries au milieu d’une crise économique sans précédent !

Ce qui pose aujourd’hui problème, c’est avant tout le passage de toutes ces hordes de camions venus d’Europe de l’Est et du Sud, qui, en dehors du paiement de la TIPP, ne s’acquitte d’aucun impôt, alors qu’ils nous défoncent allègrement toutes nos routes… payées par nos impôts.

(1) Il faudrait se pencher sur la problématique du retour de camions liés à des exportations, en imaginant un mécanisme d’exonération qui passe au travers des fourches caudines de la Commission Européenne

Voie Militante Voie Militante

Tags :

8 Réponses »

  1. @Denis

    L’analyse de Sapir sur ce sujet http://russeurope.hypotheses.org/1656.

    Dans tous les cas cela devrait être une taxe favorisant le local contre le lointain. Il est aberrant que les éleveurs de porcs fassent tuer leurs bêtes en Allemagne pour les rapatrier ensuite en France…

  2. @Yann

    Il est pas clair !

  3. Que dire de la Belgique et de son trafic routier?
    Les transporteurs ne paieront pas de taxe puisqu’ils la répercutent sur la facture des clients.
    Encore une fois, c’est « Monsieur Toutlemonde » qui la paiera.
    Les écologistes en ont assez de voir que la seule solution aux problèmes se trouvent dans le portefeuille…

  4. C’est une bonne idée qui hélas ne suffirait pas car la plupart des camions polonais qui défoncent nos routes sont parqués en France et font le transport intérieur sans jamais passer la frontière. Pour éviter de rouler à vide, les chauffeurs polonais ou roumains sont dispatchés vers les villes françaises par autobus, mini-car ou autos et vont récupérer un camion au plus près de la commande … Entre les courses, ils campent souvent dans les camions dans des parkings, pendant de longs jours non payés.
    Avec le dumping social associé, il n’y aura bientôt plus d’emploi français pour les chauffeurs routiers, mais de plus en plus de camions, puisque ces pratiques abaissent le coût de transport.

  5. @veto22

    Benoît Hamon proposait de revenir sur la directive « Détachement des travailleurs » qui permet d’embaucher les travailleurs des pays européens au prix payé dans leur pays d’origine.

    http://www.europe1.fr/Politique/Hamon-supprimer-la-directive-europeenne-sur-le-detachement-des-travailleurs-1696365/

  6.  » taxer l’entrée des camions sur notre territoire »
    Encore faudrait-il avoir… des frontières !
    « un mécanisme d’exonération qui passe au travers des fourches caudines de la Commission Européenne »
    C’est plutôt au travers de la Commision européenne qu’il faut donner le coup de fourche.

    Nos entreprises, nos routes, notre territoire… Vade retro, Esprit de Marine, sort de ce blog !

  7. @Pascal

    Nous avons encore des frontières ! On peut encore croire à la France en étant de gauche, sans être nationaliste. Beurk ! Et ce n’est pas parce qu’une blonde peroxydée se met à brailler plus fort que d’autres que nous serions obligés de nous taire.

  8. @ Denis,

    Je sais que Benoît Hamon voudrait se faire entendre de l’Europe sur ces chauffeurs détachés dans des succursales françaises mais je n’y crois plus : la directive Bolkenstein est une hydre dont la tête coupée repousse sans cesse, à l’image du traité constitutionnel européen que 2 peuples avaient rejeté et qui réssucita à Lisbonne. !
    Il faudrait aussi que les services de police et gendarmerie aient les moyens de mieux contrôler la triche en tous genres (chauffeur fantôme dans des camions qui n’ont qu’un seul chauffeur pour 2 mouchards, le second horographe étant bien planqué, heures non payées, etc.), ce qui pose aussi de gros problèmes de sécurité, vu l’épuisement nerveux dess chauffeurs mis en concurrence.

Laisser une Réponse

*