La voix militante de citoyens d'ici et d'ailleurs

Martine Billard explique pourquoi elle quitte les Verts !

Par      • 16 Juil, 2009 • Catégorie(s): Ecologie  Ecologie    

Paul Ariès et Martine Billard en appellent à la construction d’un grand parti écologiste de gauche.

Sur son blog, Martine Billard vient d’expliquer assez longuement les raisons de son départ des Verts. Elle donne trois explications :

  1. l’incompréhension des réalités du monde du travail
  2. un parti de plus en plus institutionnel
  3. l’effacement du clivage droite/gauche

Je me permets juste ici de reproduire une partie de ce texte. Je tiens à préciser que ce sont là les explications de Martine Billard.

« J’ai rejoint les Verts en 1993 pour l’écologie, le féminisme et la politique autrement. C’était un parti bouillonnant, parfois imprévisible mais toujours vivant. Ce n’est plus le cas aujourd’hui où tout débat véritable est étouffé au profit d’un seul objectif, obtenir le plus d’élus possibles. Certains appellent cela du pragmatisme, malheureusement cela tourne souvent à l’opportunisme.

La politique autrement a aussi été rejetée au rang des vieilleries à jeter au rebut : le cumul des mandats s’étend et se revendique (la moitié des parlementaires nationaux, bon nombre de conseillers régionaux). La course aux postes est constante et manifestement déjà relancée par le récent succès d’Europe Ecologie. La démocratie interne s’est réduite à une peau de chagrin et le fonctionnement clanique imprègne beaucoup de décisions : la transparence est en net recul et nombre de demandes d’éclaircissements y compris au sein des instances de délibération des Verts (Conseil national interrégional) restent lettre morte. »

Là où je décèle, pour ma part, une forte contradiction chez Martine Billard, député de Paris, c’est qu’on ne peut pas amener ses idées au pouvoir si on a pas d’élus !!! Autrement dit, comment concilier pouvoir, institutions, partis et militantisme ? Quant à sa démarche, sur la forme et sur le fond, je reste très perplexe sur la vision de Martine Billard lorsqu’elle dénonce la dérive centriste des Verts au travers de leur ralliement à Europe Ecologie. La gauche a perdu la bataille des imaginaires. La logique d’Europe Ecologie est d’en fabriquer un nouveau qui permet de concilier question sociale et question environnementale. Changer le logiciel… passer au logiciel « libre » et dépasser nos prisons imaginaires, voilà la feuille de route !

Crédit photos : l’ancien blog de Martine Billard,

Voie Militante Voie Militante

Tags : , , , , , , ,

8 Réponses »

  1. Martine Billard est comme tout citoyen en droit d’adhérer à un parti comme de le quitter et elle peut considérer que celui dont elle est membre ne correspond plus à ses aspirations, elle n’est d’ailleurs pas la seule à s’inquiéter, au delà de l’espoir suscité par le rassemblement de l’Ecologie et de son succès aux Européennes, de la possibilité d’une dérives centriste des Verts au travers d’Europe Ecologie. Il n’empêche que pour l’instant ce n’est pas le cas et que ces craintes sont essentiellement fondées sur des propos de Daniel Cohn-Bendit sur la double appartenance Europe-Ecologie Modem ou Europe Ecologie-PS, qui n’engageaient que celui qui les prononçait puisqu’ils n’avaient fait l’objet d’aucun débat, et sur une tribune dans Libération de Gabriel Cohn-Bendit d’une rare stupidité qui n’engageait là encore que son auteur qui ne représente que lui même. Le meilleur moyen de lutter contre d’éventuelles dérives est encore de peser au sein des Verts parce qu’on peut avoir de sérieux doutes sur ce que peut-être une « gauche écologiste » avec un Mélanchon qui s’oppose à la signature de la charte sur les langues régionales et qui se fait le défenseur du colonialisme chinois.

  2. @Pierre

    Jeter l’opprobre sur Gaby Cohn-Bendit avec lequel je viens de m’entretenir par téléphone ne me semble pas particulièrement « intelligent »…

    Je ne crois pas d’ailleurs qu’on ait à nous deux la somme de l’intelligence de cet homme. ;+)

  3. Selon Mr Minaert Gaby Cohn Bendit ne représente que lui même..
    Il aurait « publié un tribune dans Libération de Gabriel Cohn-Bendit d’une rare stupidité qui n’engageait là encore que son auteur qui ne représente que lui même. »
    Je connais bien, très bien Gaby, je connais ces combats, ses luttes contre les Staliniens, contre les intolérences diverses et variées, son combat pour le lycée expérimental à St-Nazaire, ses combats pour l’éducation en Afrique, etc….
    Mr Minaert doit être excessivement brillant, mais surement fort jeune pour ne pas être connu comme l’est Gaby.
    Gaby, ne rérésente que lui-même ? C’est déja beaucoup je trouve, être soi même, libre de penser et d’agir ! Mais je sais que son carnet d’adresses est plus épais que l’ensemble des livres et des tomes du Capital de Marx…
    Si un jour, vous faites une grande action, ou plusieurs petites Mr Minaert, faites le savoir….
    Gilles Denigot, docker, syndicaliste, de gauche et élu vert.

  4. Martine Billard nous dit « J’ai rejoint les Verts en 1993 pour l’écologie, le féminisme et la politique autrementé »… c’est à dire à l’époque du « ni droite-ni gauche » d’Antoine Waechter!? C’est du grand n’importe quoi! Et aujourd’hui, elle rejoint Mélenchon qui a voté Maastritcht et Nice, c’est à dire la 3ème partie du TCE! Voir, l’intervention au sénat de Mélenchon ( on croit rêver!) : http://www.comite-valmy.org/spip.php?article258

  5. Pour plus d’information sur sur Martine Billard, lire la déclaration d’Alain Lipietz, ancien député Européen (Vert) et auteur de « Face à la crise : l’urgence écologiste  » : http://lipietz.net/spip.php?page=blog&id_breve=357

    – Quelques extrait du blog du député Vert, Al. Lipietz:

    « Prenons le cas de Martine, élue en 2007 en tant que Verte soutenue par le PS et recueillant au second tour la majeure partie des voix du Modem » (…) « Eh bien, que Martine refasse campagne en disant à ses électeurs : « Je me suis faite élire par vous en tant que verte, les Verts ont trahi et sont passés à droite avec EE, je pense que votre vote de 2007 est aujourd’hui représenté par Mélenchon ». Si elle le pense vraiment, elle remet son mandat en jeu et voila tout. Ne pas le faire est indigne de ce qu’elle a été ». (…) « Dans ce cas, difficile de ne pas parler de trahison du mandat populaire » (…) « Faire autre chose, du poste que l’on vous a confié, que ce pour quoi on vous l’a confié, je ne vois pas comment appeler ça autrement. C’est un mauvais coup de plus porté à la démocratie représentative, qui, avec ses insuffisances, n’en a déjà pas besoin. »

    « Et, de ce point de vue, il est somme toute cohérent que Martine rejoigne Mélenchon. Celui-ci, jadis chaud partisan du traité de Maastricht, fut de ces députés socialistes qui n’hésitèrent pas à tenter d’[utiliser une minorité de blocage au sein du Congrès de Versailles pour imposer aux peuples d’Europe le maintient des traités de Maastricht et Nice, en empêchant même qu’on puisse leur demander leur avis par referendum. »

  6. Je ferai remarquer à Monsieur Denigot que je ne conteste en rien l’épaisseur du carnet d’adresse de Jean-Gabriel Cohn-Bendit, pas plus le créateur du lycée expérimental de St Nazaire, mais je maintiens en revanche que quand il intervient dans le domaine de l’écologie politique ou pour parler d’Europe Ecologie il n’a aucun mandat de personne et ne représente donc que lui même.

    C’est d’ailleurs amplement démontré. Jean-Gabriel Cohn-Bendit voulait qu’on se rapproche de membres qu’il qualifie d’écologistes du gouvernement de Nicolas Sarkozy, cela n’a évidemment pas été fait, il aurait voulu des listes communes avec le Modem, les Verts ont dit non et ce fut non, il aurait voulu qu’on puisse être membre du Modem ou du PS et candidats du rassemblement des écolos, tous les candidats venant d’autres partis que les Verts et les régionalistes ont du en démissionner, il voulait qu’on accepte et présente des personnes exclues des Verts pour avoir été contre eux dans de précédentes élections, cela n’a pas été accepté et, en règle générale, être soutenu par Gabriel Cohn-Bendit était le meilleurs moyen d’être refusé sur les listes.

    Au final les « Amis d’Europe Ecologie » n’ont servi à rien, Tout ce qu’ils ont cherché à imposer a été retoqué, ils ont surtout nuit au rassemblement, une partie des militants se sentant agressés par leurs initiatives se sont mis en position de défense et ils ont ainsi empêché une vraie réflexion sur le rassemblement.

  7. @Pierre Minaert

    C’est cela qui nous différencie viscéralement. Nous sommes des gens libres de nous exprimer sur les sujets que nous voulons. Nous ne sommes inféodés à aucune ligne, aucun parti comme tu peux l’être. Et les Verts ne sont pas les seuls légitimes à parler d’EE et d’écologie politique ! Nous avons toute la légitimité pour le faire, ne t’en déplaise.

    Si Gaby et les Amis d’Europe Ecologie n’avaient pas été là, qui aurait parlé d’EE ? Nous attendons toujours la convention, telle soeur Anne ! Gaby et Dany nous ont demandé de nous mettre en mode off. Je crois, pour ma part, que c’est une erreur. Nous verrons bien le 21 mars.

    Sinon, bonne année à toi.