La voix militante de citoyens d'ici et d'ailleurs

La décroissance est notre horizon

Par      • 1 Juin, 2013 • Catégorie(s): Ecologie  Ecologie    

Graffiti décroissance pour notre salut sur un mur à NeuchâtelIl y a quelques mois, Yann postait un article intitulé « La croissance peut-elle repartir ?« . Il y montrait que la croissance des pays économiquement développés tend vers 0 depuis 50 ans. Nous sommes finalement arrivés plus ou moins à 0% de croissance du PIB.

Il est donc clair que la situation actuelle a pour racines des causes systémiques plutôt que politiques. Les politiques volontaristes qui mettent la croissance au cœur de leur stratégie sont donc nulles et mal-venues. Les crises que nous traversons aujourd’hui, qu’elles soient écologiques, démocratiques, financière ou économique sont, pour une partie importante, la conséquence de cette erreur de jugement (on pourrait même parler d’aveuglement).

Nous devons au contraire penser un système qui fonctionne sans croissance, voire en mesure de décroître, une perspective quasi inévitable afin d’obtenir une empreinte écologique soutenable. À défaut d’une telle politique, les tensions pour l’accaparement des richesses ne feront que croître, aussi bien au niveau local qu’international.

Crédit photographique : Martouf, CC-0 (Wikimédia Commons)

Voie Militante Voie Militante

Tags : , , , , , ,

3 Réponses »

  1. Avec 10 points de PIB qui se sont déplacés des salaires vers les profits, la décroissance me semble « socialement » à géométrie variable.

    Nous pourrions « organiser » un saut de croissance qui me semble stratégique en direction des économies d’énergie, la sortie simultanée du carbone et du nucléaire et de la fibre pour favoriser le télétravail !

  2. @ Denis

    La baisse de la part des salaires dans les coûts de production, donc la modération (et je reste polis) des salaire au regard de l’augmentation du PIB est une conséquence directe du manque de tension sur le marché du travail. Voir mon article sur le sujet http://www.voie-militante.com/politique/economie-et-social/revenu-de-base-solution-crise-du-travail/. Le système de redistribution de la richesse par le travail rémunéré est en train de devenir complètement inadapté.

    Comme la décroissance, la transition énergétique aura lieu ; la seule question est de savoir si elle sera subie ou correctement gérée.

    La fibre est un investissement nécessaire pour le future des NTIC, pour offrir une solution alternative à la bagnole, pour démocratiser Internet en offrant une chance de symétrisation des échanges. C’est clairement un outil pourvoyeur de croissance et d’emplois (le temps du déploiement), compter environ 15 ans. Les ordres de grandeur reste cependant assez symbolique.

    La sortie du nucléaire et du carbone, on parle donc concrètement de la transition énergétique, seront eux à mon avis plus pourvoyeurs d’emplois que de croissance. En-effet, l’énergie deviendra plus cher et pénalisera toutes les productions, donc la valeur ajoutée. Par contre, elle sera pourvoyeur d’emplois en grand nombre… mais c’est sûrement pas cela qui va résoudre notre « problème » de décroissance.

  3. @Kelson

    De fait, l’économie devient de plus en plus capitalistique. Mais, dans certains secteurs, le coût du capital n’a cessé de baisser sur la longue période. Normalement, cela devrait se traduire par une hausse de la productivité. Ce n’est plus toujours le cas. Une partie de cette productivité est aujourd’hui absorbée en externalités négatives du fait du gonflement des techno-structures qui ont cette vertu d’absorber une grande partie de l’emploi.

    Pour la transition énergétique, je suis d’accord. Elle sera subie. Nous sommes incapables de changer nos modes de vie autrement que sous la contrainte. Il est évident que d’isoler des bâtiments et des logements, c’est surtout un manque à gagner pour l’État !

Laisser une Réponse

*