La voix militante de citoyens d'ici et d'ailleurs

Europe Ecologie : Jean-Paul, c’est qui le bureau exécutif ?

Par      • 6 Nov, 2009 • Catégorie(s): Ecologie  Ecologie    

En tant qu’adhérent des Amis d’Europe Ecologie, j’ai été mis en copie d’une lettre de Jean-Paul Besset dans laquelle j’apprends qu’il y aurait un bureau exécutif Europe Ecologie. Et pour une nouvelle, c’est une drôle de nouvelle alors que certains nous avaient vendu l’idée que la seule structure politique d’Europe Ecologie était un CAP… Inutile de vous la rejouer façon Cyrano  de Bergerac !

Dans sa réponse, Gaby Cohn-Bendit, président des Amis d’Europe Ecologie, rappelle au député européen mandaté par ledit bureau exécutif d’Europe Ecologie, quelques éléments qui auront pu lui avoir échappé :

« […] nous ne pouvions accepter qu’Europe Ecologie ne soit qu’un ensemble de structures de directions : CAP National, CAP régionaux dont la constitution était toujours dépendante des verts. Ils décidaient quand ils voulaient prévenaient qui ils voulaient cooptaient qui ils voulaient. Il n’y a que le Cap National qui fut coopté par consensus et ou les non-verts avaient une certaine légitimité puisqu’ils avaient été élus députés européens. »

Les Amis dEurope Ecologie

Dans cette lettre de réponse, personnelle, Gaby Cohn-Bendit réaffirme à Jean-Paul Besset son rôle actif au sein du rassemblement. Quels étaient les Verts présents aux universités d’été du Pôle écologique et du MEI ? A qui doit-on la présence d’Eric Loiselet et d’Antoine Waechter dans le rassemblement ? Comme Dany, il rappelle très justement le sectarisme de certains Verts et le fait qu’ils décident, en régions, de la présence ou non de non Verts sur leur liste. Gaby rappelle la stigmatisation – et c’est un euphémisme – dont il vient d’être l’objet avec la constitution des Gros Cons Amibes d’Europe Ecologie dont un joyeux membre a pu écrire sur Facebook, parlant de Gaby : « Faut le dézinguer ! »

Jean-Paul Besset évoque la possibilité de la participation des Amis d’Europe Ecologie aux instances d’Europe Ecologie. Alors chiche Jean-Paul… faisons-le ! Mais, entre nous, j’en doute.

Voie Militante Voie Militante

Tags : , , , , , ,

28 Réponses »

  1. @Denis et Florent
    l’organisation est surréaliste et la cooptation n’est en rien un gage de démocratie.
    il se trouve Denis que tu parlais de nébuleuse ;cela devient de plus en plus flou voire proche du chaos.
    pour Florent ta « théorie » sur le consensus avec barème et pourcentage est tout simplement fumeuse et je
    rappelle qu’il fallait utilisé le capital de 17pts des européennes et s’appuyer dessus. le constat est le suivant:
    les verts le dilapident.les électeurs n’appartiennent à personne.
    max de beuzeville

  2. Mon cher Denis,

    C’est tout simplement dû au fait que le militantisme écologiste est plus exigeant que le vote écologiste

    On peut tourner et retourner comme on veut le problème dans sa tête, si on prend, dans l’ensemble des électeurs/sympathisants Europe Ecologie ceux qui sont en mesure de se déplacer à une réunion, formuler un avis, venir distribuer un tract ou simplement se manifester d’une manière ou d’une autre (bref … militer …) on trouve une majorité de Verts ou très proches des Verts.

    Et donc quelquesoit le mode décisionnel retenu, on ne peut pas en imaginer d’un minimum démocratique (consensus ou AG dans ces conditions sont démocratiques a minima) qui ne prenne très largement en compte les positions des Verts.

    Salutations écologistes

    Julien Lecaille

    PS : Je l’ai déjà signalé, mais il n’y a pas d’existence des « Amibes d’Europe Ecologie » ni de membres des « Amibes d’Europe Ecologie » mais un groupe Facebook, ce qui a bien moins d’importance que le groupe Facebookl « Je ne suis pas alcoolique, j’ai juste beaucoup d’évènements à fêter ! » (117887 membres) :)

  3. Très cher Julien,

    Si ce que tu affirmais était vrai, reste à expliquer le score « remarquable » de Dominique Voynet en 2007 avec 1.57%. Pour rappel, René Dumont était à 1.34% en 1974 et Europe Écologie à 16.28%. Il est même possible de nier la réalité et aussi le fait que les Verts, en régions, n’ont pas fait le plein militant lors de la dernière campagne des Européennes. Il semblerait que les Régionales mobilisent un peu plus. Tant mieux.

  4. Je n’ai pas dit que tu étais sectaire et je sais encore faire la part des choses. Mais, je dois te l’avouer… Pour la deuxième fois de ma vie, le sectarisme, je l’ai rencontré en politique ! J’aurais préféré m’en dispenser vu l’énergie inutile que nous passons à pédaler – ou rétropédaler – à vide avec de tels « personnages ».

  5. Denis,
    Qu’il est dommage de passer son temps dans des polémiques stériles plutôt que de mettre son énergie à construire des propositions de poids pour un débat régional où les écologistes devront faire face au rouleau compresseur Le Maire… C’est vrai, c’est une « énergie inutile que (tu) pass(es) à pédaler – ou rétropédaler – à vide ». « Minorité de blocage », l’expression me semble hélas bien refléter ta position…

  6. @laetitia

    Je n’appartiens à aucune minorité de blocage. Je suis membre d’Europe Ecologie, du réseau social Convergence-s que j’ai rejoint à la demande d’Eric Loiselet revu aux Amis d’Europe Ecologie, des Amis d’Europe Ecologie et de Terre Démocrate. Je crois ne pas avoir la même conception de la vie politique que celle que je vois à l’œuvre en Haute-Normandie et ailleurs. Je tiens plus que jamais à assumer mon rôle de crapaud fou là où d’autres jouent la partition des écureuils égoïstes. Maintenant, je ne crois pas que ce soit dû à tout le monde de savoir écouter des musiques dissonantes et de les accepter !

    Ma position est claire : vouloir réduire l’assise du rassemblement Europe Ecologie au seul parti vert est une erreur et je ne suis pas en accord avec cette vision qui s’inscrit dans une logique de contrôle que je récuse. Je crois que nous sommes à un moment historique où il convient d’aller au delà. Avec Gaby, les Amis et tant d’autres, nous y concourons là où d’autres font le choix – légitime – d’une vision « alimentaire » et/ou de contrôle de croissance politique. Ce n’est pas la mienne. Et merci de respecter ce point de vue qui est le mien comme je respecte celui des autres. Un peu de tolérance que diantre et merci de m’éviter ces leçons qui, à la longue, deviennent un peu pénibles. Je crois que j’ai passé l’âge de me faire tancer.

    Je pense, par ailleurs, que Voie Militante et mes billets ne s’arrêtent pas à ce sujet. J’écris dans AgoraVox, dans NaturaVox et je crois avoir fait la preuve d’une expression en faveur d’un projet d’écologie politique. Tout le monde peut-il en dire autant ?

  7. @Denis : le contexte particulier de l’élection présidentielle de 2007, celle qui suivait le traumatisme de celle de 2002, n’a échappé à personne, et même aux Verts qui ont choisi en toute conscience de présenter Dominique Voynet à cette élection en connaissant le score vraisemblable qu’elle risquait de faire.

    Le score de 2009 a été une très heureuse surprise, mais guère différente des fréquents succès électoraux des Verts dans des enjeux presque dépourvus de tout enjeu de pouvoir.

    Je suis et reste fier du courage qu’on a pu avoir de présenter Dominique au suffrage des électeurs en 2007. A contrario je trouve assez écoeurant certains excès d’électoralisme dans lequel versent divers militants depuis 2009

    Alors quand je vois Gaby conjuguer électoralisme, opportunisme, et absence de connaissance politique du terrain, effectivement cela m’interpelle. Je suis assez heureux qu’il prenne du recul et cesse cette agitation en partie contre-productive pour qu’on puisse préparer plus sereinement les régionales, c’est déjà bien assez compliqué comme cela.

  8. @Julien

    Que tu le veuilles ou non, que tu apprécies sa personnalité ou pas, le rôle de Gaby a été décisif dans les étapes du rassemblement Europe Ecologie. Nous avons encore besoin de lui. Je crois qu’après le coup de blues auquel tu n’es d’ailleurs pas étranger avec d’autres, Gaby semble avoir repris du poil de la bête.

    La charge abjecte à laquelle vous vous êtes livrés a été d’une violence inouïe, irrationnelle alors que c’est Dany en son nom propre qui s’est exprimé, à juste titre, sur le sectarisme de certains Verts. Votre comportement l’a d’ailleurs très largement prouvé. Je ne parle pas des mails me concernant que j’ai eu en copie qui n’avaient comme objet que de me stigmatiser et de me discréditer. J’ai aussi des « amis » chez les Verts. ;+) J’avoue avoir été interpellé quant à la tonalité employée par leurs auteurs.

    Je ne peux pas te laisser sous-entendre comme tu le fais que la vision de Gaby et des Amis qui regroupent verts et non verts (je tiens à le souligner) est matinée d’opportunisme et d’électoralisme. Le fait de vouloir continuer l’élargissement de la base politique d’Europe Écologie n’est pas réductible à ces deux termes. Ce n’est pas parce que nous sommes en désaccord total sur cette vision dans laquelle tu mets ton propre parti comme garant d’un contrôle politique de qualité de croissance que tu peux te permettre de qualifier la démarche de Gaby et des autres de la sorte. En politique, au moins, évitons la décroissance ! Mais là, rien n’est sûr eu égard aux comportements auxquels nous avons eu à faire et qui laisseront de profondes cicatrices à n’en pas douter !

    Je trouve que tes raccourcis sont hasardeux – et permets-moi de te le dire franchement – quelque peu « manipulateurs ». Car, là-encore, il y aurait à dire sur des méthodes avec lesquelles je suis en désaccord total. Je ne tiens pas non plus à faire l’amalgame.

    NB J’ai toujours voté vert jusqu’à ce que Dominique Voynet reprenne les rennes du pouvoir au sein des Verts. J’ai entendu la sénatrice-maire récemment. Elle n’a pas changé d’un pouce. Puis j’ai voté blanc. De guerre lasse, comme le discours des Verts – inaudible – se fondait avec celui de la gauche, j’ai décidé d’adhérer au PS en 2005. J’ai cru que, pour faire de l’écologie, c’était le meilleur endroit. Ma désillusion fut abyssale. Au sein du PS, je n’ai d’ailleurs que peu ou prou parlé d’écologie. J’ai milité activement et voté pour EE. En revanche, je ne voterai pas pour des listes dont la logique fut la même que l’esprit qui anima les Verts en 1994. Je pense que nous sommes très nombreux dans ce cas. Europe Ecologie est l’objet politique non identifié que j »attendais depuis 1994 ! Nous n’avons pas le droit d’attendre encore 15 ans à regarder que le train passe. La logique de Dany et de Gaby, c’est la seule manière de gagner en 2012 face à une droite qui est en train de tuer l’esprit même de notre République. L’écologie politique est le seul imaginaire qui nous reste comme outil de conquête : la gauche a perdu la guerre idéologique. Si le productivisme est la thèse, si Gorz, Latouche, les décroissants sont l’anti-thèse, alors Europe Ecologie peut être la synthèse, non ?

  9. @Denis,
    J’ai noté ton engagement en faveur des éoliennes, de la fibre optique, ou encore de la décroissance. Mais quelle est ta position au sujet de l’EPR, du port méthanier de Saint Jouin Bruneval ou du contournement est de Rouen ? Avoir une plume, c’est bien, mais ne néglige pas les combats de terrain !

  10. @laetitia

    Sur l’Epr, tu pourras lire tout le mal que j’en pense dans ce blog. De formation scientifique, j’ai très vite compris en quoi l’homme, en faisant le choix du nucléaire, allait dans un champ qu’il ne maîtrisait pas. Et comme le dit si bien Virilio, si le train a engendré l’accident ferroviaire, si le nucléaire a engendré Tchernobyl, l’EPR, comme chaque nouvelle technologie, entraîne avec elle un risque et aussi un accident d’une toute autre amplitude que l’accident ferroviaire. Le risque zéro n’existe pas ! Et puis, il y a les déchets. La fusion est un mythe entretenu par une techno-science autonome du pouvoir politique !

    -> http://www.voie-militante.com/?s=penly

    Mon orientation définitive contre l’énergie nucléaire date de la lecture de la Supplication. Avant je pouvais « comprendre ». Maintenant, nous n’avons plus le droit d’accepter que cette forme d’énergie continue son extension !!! En fonction de mon emploi du temps, je serais très heureux de manifester aux côtés de Claude Taleb, Bernard Frau et Jean-Claude Mary.

    Sur la question du terminal méthanier de Saint Jouin Bruneval, sache que ma dernière marche sur la côte fut une randonnée sur Antifer ? J’aime ce coin de paradis qui, hélas, a été mis au service d’intérêts privés et qui a dévasté cet endroit magique. Le terminal méthanier est une hérésie : nous avons du gaz pour à peine 10 ans, 20 ans ou 25 ans dans le meilleur des cas !

    Maintenant, sur la campagne des Verts haut-normands, j’avais mis en garde à « exploiter » des combats locaux et valider l’image caricaturale du gentil petit écolo qui prend soin des hérissons… et des habitants de Saint Jouin Bruneval. Je persévère. Ce n’est pas dans ce champ qu’on acquiert de la crédibilité. En 2004, un socialiste aujourd’hui au Conseil régional avait déclaré : » Les écolos, j’en fais mon affaire. Oui, ils l’auront leur garage à vélos au sous-sol de l’hôtel de la région. » Europe Écologie a su, je le crois, sortir l’écologie politique du bac à sable dans lequel certains se complaisent à nous faire jouer. Il y a autant d’électoralisme à être présents sur ces combats que de ne pas y être, je le conçois. Oui, il faut y être. Mais attention à ne pas se faire enfermer dans la caricature ! Pas facile en tous cas de trouver le savant dosage !

    -> http://www.voie-militante.com/?s=bruneval

    NB Elu, membre d’associations, père de famille, chef d’entreprise, féru de mycologie, de géologie, de minéralogie, de paléontologie et de phytothérapie, dans une maison en travaux, tu le comprendras… mon emploi du temps est parfois un peu saturé mêm si je dors peu. Je ne crois pas que l’engagement écologiste se mesure à la profondeur de ses tatouages et de ses cicatrices. J’essaie d’être utile là où je pense avoir quelques « capacités ».

  11. @Denis
    je suis agacé par le genre de questions qu’on te pose pour te justifier.elle n’ont aucun sens sinon te mettre
    dans l’embarras jusqu’ou va se nicher la bêtise humaine.tu as une vision globale de l’écologie et pas une
    vue étriquée du sujet;mais puisque nous sommes aux questions chiantes et que tu restaures ta maison
    as-tu posé des toilettes sèches;voilà un sujet écologique!
    bonne soirée
    max de beuzeville

  12. @max

    C’est pas le côté le plus désagréable. Pour les toilettes sèches, c’est compliqué ! ;+)

  13. Salut Denis,

    Je ne suis pas venu sur ton blog ce week end, et pourtant que de réactions!
    « Votre acharnement à ferrailler donne encore plus de poids à l’expression d’un point de vue qui est tout, sauf marginal. Il a de surcroît l’avantage de donner du crédit à une parole. Je tiens à vous en remercier. » disais tu.
    C’est vrai, je confirme que ce point de vue n’est pas marginal. Toutefois, cet acharnement tend à diluer l’excellence et la précision de ta pensée dans le flot de réflexions vulgaires et absconses. La tentation de modérer les propos de certains doit être grande pour toi. C’est donc tout à ton honneur de publier ces calembredaines.
    Pour faire court enfin, j’ai été intrigué par les propos de Julien Lecaille : « On peut tourner et retourner comme on veut le problème dans sa tête, si on prend, dans l’ensemble des électeurs/sympathisants Europe Ecologie ceux qui sont en mesure de se déplacer à une réunion, formuler un avis, venir distribuer un tract ou simplement se manifester d’une manière ou d’une autre (bref … militer …) on trouve une majorité de Verts ou très proches des Verts. »
    J’étais très récemment chez mon frère à Loos, près de Lille. Il reçoit bien les invitations de Julien. Il va sans dire que Maxime ( c’est son prénom ), est ce que Julien appelle un électeur/sympathisant Europe Ecologie. Alors pourquoi ne milite t’il pas? C’est peut être parce que son engagement se situe ailleurs que dans le registre traditionnellement entendu par les partis politiques et que ce qui est donné à voir est particulièrement éloigné de la perception qu’il a de l’écologie politique… Mais je ne veux condamner qui que ce soit… Simplement, il faut comprendre qu’il est agaçant de lire d’un « oui-vert », qu’un « non-vert ne s’investit pas. Moi qui m’investit au Capr Haute Normandie, qui participe comme animateur aux ateliers programmatiques, par exemple, je commence à en avoir assez de ces « oui-vert » qui font de l’entre soi et qui n’osent pas s’interroger sur l’absence de militants « non-vert », pire qui les dénigrent…ça sent curieusement la discrimination à l’égard de ceux qui ne sont pas encartés…

    Salutations ébroïciennes.

  14. Si je comprends bien, c’est Julien l’auteur des amibes ? Bravo. C’est d’autant surprenant qu’à la lecture de son blog, on sent que l’auteur est plutôt sympathique, cultivé et militant. Mais où se place sa militance?
    J’ai pu voir aussi qu’il était passionné de bd. Je lui conseille donc la relecture d’Approximativement , de Genèses apocalyptiques, du pays des trois sourires ou de Mildiou, excellents titres de Lewis Trondheim, qu’il a mis en lien sur son blog.
    Étant « amis » sur Facebook, Julien peut me joindre pour des explications éventuelles…

  15. @Antoine

    Sur le « militantisme », je crois que tu touches un point sensible.

    Sur Julien, si j’ai partagé ton enthousiasme, j’ai vite compris que nous n’étions d’accord sur presque rien ! Avec les Amibes, le désaccord fut total.

  16. C’est la politique, ca rend fou :)

    Sinon je défrendrais que l’apprentissage et la compréhension de la réalité du monde politique, de ses rapports de force, de ses modes de fonctionnement est un apprentissage long et complexe.

    Je suis pour démultiplier les formes spontanées, rapides, ludiques d’engagement; mais par ailleurs le pouvoir réel ne s’apprivoise et ne se conquiert qu’avec beaucoup plus de travail, de lucidité et d’humilité.

    L’un des grands, des très grands avantages des européennes était qu’à l’inverse des présidentielles, les élections européennes ne distribuent presque aucun pouvoir décisionnel. C’est malheureusement l’un des facteurs de la réussite des listes Europe Ecologie, cette absence d’enjeu, ce n’est pas une base très solide pour penser la suite.

  17. En tant que participant à la campagne des européennes comme un des seuls « non-vert » (avec une histoire de gauche, associative, et aucun passé « douteux » -pour les verts- dans une organisation centriste ou autre) dans un groupe EE de la région parisienne je peux témoigner qu’obtenir jusqu’au droit de militer et une reconnaissance comme membre du réseau était un combat de tous les jours. Toutes les infos passaient par les listes internes des Verts, on ne nous prévenait pas pour les réunions ou changements/annulations d’actions de campagne, de manière générale les 75% de signataires non-verts du groupe n’ont reçu qu’un ou deux messages collectifs en 8 mois de campagne. Franchement, si la plupart d’entre eux n’ont pas d’expérience politique, comment voulez-vous qu’ils militent dans ces conditions? J’ajoute qu’à chaque fois que j’ai essayé d’introduire des non-verts dans la campagne ils n’ont pas été encouragé à participer.