La voix militante de citoyens d'ici et d'ailleurs

DSK président en 2012 : oui et alors ?

Par      • 1 Juin, 2008 • Catégorie(s):  

Vendredi soir, j’échangeais avec un électeur de droite qui me confiait avoir voté Sarkozy même s’il ne l’aimait pas. Mais pas du tout. Aujourd’hui, ses mots – et ses idées – ne sont pas très éloignées de celles de Nicolas Dupont-Aignan, un homme de droite respectable comme il en existe si peu aujourd’hui qui a déclaré récemment : « En conscience, je regrette d’avoir voté Sarkozy. »

Dans la foulée, il me déclarait qu’il aurait voté pour Dominique Strauss-Kahn sans état d’âme si ce dernier s’était présenté face à Sarkozy. Il reconnaît en lui un homme d’état, compétent. Lors de la campagne interne, j’avais indiqué à Fabien Raflik, représentant dans notre département du courant DSK, que je n’aurais pas voté pour DSK à la Présidentielle s’il avait été notre candidat. Quelle andouille j’aurais été ! Je ne sais pas dire si j’aurais pu tenir mes « engagements verbaux » compte tenu des exceptionnelles qualités de repoussoir de Nicolas Sarkozy.

Pour 2012, dans l’hypothèse où DSK serait notre candidat, nous serons nombreux à la gauche du PS à voter pour lui ou pour un autre « libéral-socialiste ou social-démocrate » de gauche dès lors que nous pourrons nous débarrasser de cette équipe de branquignols ! Dès lors que nous pourrons nous débarrasser de la chienlit idéologique qui enfonce un peu plus chaque jour notre pays dans la crise morale, sociale, économique et financière.

Nous avons le devoir de cultiver ce qui nous rassemble plutôt que chercher en permanence ce qui nous différencie. Nous passons suffisamment d’énergie et de temps à les cultiver. Avanti.

Voie Militante Voie Militante

Tags :

5 Réponses »

  1. Attelage hétéroclite

    La nouvelle coalition du PS formée sur la base d’un non au « Tout libéral » incarné par le duel naissant Royal/Delanoe illustre de manière flagrante le vide idéologique qui devient la marque essentielle de notre Parti.
    Faute de pouvoir donner de la substance,on se raccroche aux branches sans se soucier de savoir s’il ne vaudrait mieux pas procéder à un bon élagage et surtout soigner les racines, s’il en est encore temps…
    Tu as voté,j’ai cru comprendre ,contre la déclaration de principes arguant du fait que dans sa méthode elle n’était absolument pas conforme aux valeurs de démocratie qui sont la caractéristique essentielle de notre Parti.Mais tu en as approuvé le contenu.
    Je te rejoins totalement sur le premier point mais pas sur le second .L’abandon de certains termes par rapport à la déclaration de 1990 notamment celui qui concerne la lutte des classes, consacre la scission jusqu’alors rampante au sein du Parti.
    Avec ce document,le Parti socialiste a bel et bien opéré sa mue.Il permet dès lors,des combinaisons diverses dont cette troika dominicale à peine surprenante qui s’inscrit dans la palette décidemment riche d’une pensée libérale désormais souveraine au sein de ce qui fut le premier parti de gauche en France…
    Ce n’est surement à toi qu’il est utile de rappeler que DSK ,comme Attali,est un quasi tranfuge,acceptant l’adoubement
    du Président de la République pour la direction du FMI.Le FMI,ce sigle international qui résonne si douloureusement au sein des populations du Tiers-Monde…
    Il n’est vraiment pas possible de passer cela sous silence si l’on veut comme tu nous y exhortes à juste titre,cultiver tout ce qui nous rassemble.Un compromis ne doit pas etre une compromission…
    Nous avons au moins en commun notre refus de laisser à quelques caciques le soin de penser à notre place.La démocratie délégataire a ses limites.Quand elle « patine » à ce point,c’est que quelque part elle est dévoyée.Carriérisme,
    argent,gout du pouvoir sont autant de tares qui cangrènent le corps politique dans son ensemble.Les difficultés à réformer le cumul des mandats sont à cet égard très révélatrices…Il ne faut donc pas craindre d’associer cette forme de démocratie à celle permanente et effective des citoyens.Ceux-ci élaborent,les élus réalisent la synthèse,les citoyens la valident ou demandent aux élus de revoir leur copies si nécessaire.Ce n’est qu’au prix de ce travail que l’on pourra affronter les défis actuels.L’ultime défi en politique,c’est de rendre la Démocratie la plus authentique possible.Nous en sommes encore loin n’en déplaisent aux profiteurs du systeme.
    Bien à toi jpp

  2. Notre Denis Szalkowski depuis qu’il a déclaré sa flamme à notre parigot « jospiniste » Delanoë n’en finit pas d’être drôle !

    Hihi, on n’a pas fini de se marrer !!!

  3. Les contributions de Denis m’inspirent respect et intéret
    permanents.Au moins,lui,il prend des risques et s’il se trompe,il l’admet.Cela se nomme spontanéité et honneteté.Des vertus rares en politique.Je préfère,à tout prendre,les atermoiements sincères aux rigidités doctrinaires.Avec lui,
    je ne doute pas une seconde qu’on pourra reconstruire. JPP

  4. Je reste attaché aux mêmes convictions qui sont celles d’un socialisme humaniste fidèle aux valeurs de Léon Blum, Pierre Mendès-France et Michel Rocard (du temps du PSU) et de l’écologie politique matinée d’un zeste noir.

    La question centrale du socialisme au XXIième est la redéfinition des périmètres que nous avons abandonnés au marché, Lionel Jospin en tête lorsqu’il privatisa à tour de bras. Je suis pour une reconquête volontariste des territoires sociaux et économiques perdus de la République, confiés au marché parfois par facilité ou paresse ou simple beaufitude intellectuelle. Ce n’est même pas une question idéologique. C’est, je pense, une question de survie pour l’humanité.

    Alors oui, dans mon état d’esprit actuel, de tous, je préfère Delanoë – même si je ne partage que très peu son goût du libéralisme – pour la raison suivante. Si c’est royal, le PS vole en éclats et, dans ce cas de figure, pour 2012, ce serait un désastre pour notre pays. Et en toute honnêteté, je ne le vois pas candidat du tout aux élections présidentielles. Ce ne serait sans doute pas le pire.

    En discutant dimanche AM avec un représentant de la gauche du Ps, il me confiait qu’en 2012, il ne ferait pas la même erreur qu’en 2007. Son épouvantail s’appelait alors Ségolène. J’aurais tant aimé qu’elle nous présente ces vœux en lieu et place d’un homme qui m’apparaît plus à l’aise dans le rôle de « guignol ». Le pire est qu’on finit toujours par se lasser des mauvais acteurs. Sarkozy n’aura duré que 9 mois.

    NB Merci de prendre le temps de me lire mon cher Martin ! Martin ?

  5. @ martin

    « a notre PARIGOT jospiniste Delanoë »
    quel nationalisme normand ! je pensais que les socialistes étaient des gens ouvert mais là tu me fais de la peine.
    Mes parents il ya 20 ans lorsqu’il sont arrivés de paris pour s’installer en normandie ont eu le droit à cette acceuil a coup de parigot (et de bougnoule pour ma mère …)
    excuse moi de réagir à ce mot mais ca me choc qu’on puisse encore être « xénophobe régionaliste au 21éme siècle dans un parti où l’ouverture d’esprit est une valeur importante » . J’ai de la peine voir de la pitié pour toi mais je te tens la main et souhaite contribuer à ouvrir ton esprit.

    Quand a denis il fournit un trvail de réflexion formidable et cherche la solution et les idées pour relancer le parti en tout cas il y réfléchi et propose plutôt que de bêtement suivre une personne.Grâce à son blog j’apprends, j’apprends tous les jours et comme je suis demandeur de toujours plus de savoir en particulier politique son blog est une mine d’info exceptionnelle. Pour ce qui est de delanoë pour le moment je trouve que c’est celui qui à fourni le plus d’idées et de réfléxion sur ce que doit être le socialisme moderne du 21éme siécle; Bien entendu d’ici à novembre tout peux changer et aucun choix n’est arrêté pour personne. D’ici là beaucoup de chose peuvent évoluer..