La voix militante de citoyens d'ici et d'ailleurs

Hugo Chavez, apprenti dictateur ou dictateur ?

Par      • 5 Août, 2009 • Catégorie(s): Monde  Monde    

La résurgence des procès staliniens en Iran orchestrés par le « frère » de Hugo Chavez, Mahmoud Ahmadinejad (ou la mort de Michael Jackson), est-elle la seule raison du silence de la gauche française face à la décision prise par le Président vénézuélien de faire taire 34 médias d’opposition ? Selon le Figaro, ce serait au total 200 médias qui seraient condamnés au silence à très court terme.

Le silence accablant de la gauche française sur Chavez

Le silence accablant de la gauche française sur Chavez

Comment peut-on se taire ? Elu en 1998 démocratiquement, militaire de formation et de profession, Chavez avait tenté un coup d’état en 1992. En décembre 1999, il fait porter la durée du mandat présidentiel à 6 ans.  En 2001, pendant un an, il obtient les pleins pouvoirs en gouvernant par décret – sans passer par l’Assemblée – dans six domaines :

  • économique et social,
  • infrastructures,
  • transports et services,
  • sécurité civile et juridique,
  • sciences et technologie,
  • organisation et fonctionnement de l’État.

En 2007, il tente de faire taire la télévision d’opposition RCTV accusée d’avoir soutenu le coup d’état raté contre lui en 2002. En décembre 2007, le peuple vénézuélien refuse de prolonger le mandat présidentiel de 6 à 7 ans et la fin de la limitation du nombre de mandats pour le Président. En 2009, il ressert le couvert et obtient le droit de se représenter en 2012.

En droit, c’est l’intention et  la préméditation qui qualifient la nature criminelle de l’acte d’un délinquant. Les intentions de Hugo Chavez me semblent, pour ma part, extrêmement claires. Clairement, le doute n’est plus permis : le populiste Hugo Chavez se couvre progressivement des habits d’un dictateur bien ordinaire.

Source : le Figaro

Crédit photos : Rue89, la Bataille socialiste, Questions critiques

Voie Militante Voie Militante

Tags : , , ,

2 Réponses »

  1. Vous faites erreur sur Chavez, c’est le contraire exact de la réalité que l’on vit là-bas.(je vais au Venezuela
    depuis 25 ans). Il y a une loi des médias dans la contributions qui au contraire ouvre les fréquences aux télés et radios associatives . Y a- t- il quoi que ce soit de semblable en France. Et les médias d’opposition (imaginez en France un Besancenot élu avec TF1 OU M6 comme unique canal d’information que se passerait-il. Je suis désolée que l’ignorance et la désinformation soit aussi présente dans les médias de « Guache  » en France. Ces médias là ont tout fait jusqu’à promouvoir de façon honteuse un coup d’état ? ET Chavez ne les « ferme » pas juste comme ça, c’est faux et démagogique de présenter les choses ainsi ils n’ont pas voulu respecter la loi donc il faut bien ou qu’ils la respecte ou qu’ils passe par une fréquence satellite ou cable comme RCTV qui n’a jamais cessé d’émettre mais la bande hertzienne (qui n’est pas extensible)est on va dire… reconquise par le peuple . Au contraire les médias associatifs ne se sont jamais aussi bien portés (enfin avant ils n’existaient pas ) voyez VIVE TV(voir sur le net) qui est une télé faite par le peuple lui même sans publicité (il y a des ateliers à VIVE TV pour apprendre à filmer à s’exprimer devant une caméra à élaborer des sujets .. (je rêve ici c’est inimaginable)sans intention marchande aucune. L’ex présidente de Vive était avant, à l’origine d’une petite télé d’un quartier pauvre et devinez ce qu’elle est devenue?… MInistre de l’information. Donc je vous conseille avant de traiter Chavez de dictateur aussi légèrement de vous pencher sur le cas des medias français et Sarkozy
    je cite: http://risal.collectifs.net/spip.php?article2491
    « Au Venezuela, le bombardement médiatique va à l’encontre du projet politique actuel. Les multiples chaînes de télé privées font l’apologie de la jouissance égoïste et immédiate de l’entreprise culturelle capitaliste. Au-delà même, les médias se sont substitués aux partis d’opposition affaiblis. Ils ont coorganisés le coup d’État en 2002. Face à ce phénomène puissant et contre-révolutionnaire, se développent des médias alternatifs, télévisions et radios, publics et associatifs, nationaux, régionaux ou locaux. “Quand la TV devient révolution !”

  2. @espi

    La vérité…pure et simple, merci!
    L’occident me dégoute à faire la morale et à critiquer le reste du monde parce qu’il ne marche pas comme lui, il ne leur laisse même du temps pour se développer et se stabiliser, avec ce dénigrement perpétuel, alors qu’il n’y a pas de quoi être fier de notre Europe…quel narcissisme!