La voix militante de citoyens d'ici et d'ailleurs

A chacun sa tasse de thé ?

Par      • 4 Nov, 2010 • Catégorie(s): Monde  Monde    

Droits de l’homme ou intérêts économiques ?

Liu Xiaobo

Liu Xiaobo

Les autorités françaises se sont gardées de féliciter le prix Nobel chinois de la paix, contrairement aux américains. Les mêmes américains qui viennent de recevoir une raclée selon les termes de son plus qu’honorable représentant l’ont fait. Question:  les américains anti Obama savent-ils combien ils ressemblent aux autorités chinoises ?

Un commentateur américain refusait qu’on affuble du qualificatif de droite extrême le mouvement de ‘tea party’ Il préfère ‘libertarian’ : mener leur vie à leur guise, sans intervention de l’Etat. Quelle liberté ? Celle de la loi de la jungle, la loi du plus fort, du ‘rat race’ ?

Les droits ‘humains’ (concession linguistique politiquement correcte et réductrice- la déclaration universelle des droits de l’homme, étant née de la révolution  et de l’abolition des privilèges) ont évolué. Ils impliquent, pour leur défenseurs, les droits à la sexualité et au sentiment religieux privés, à la sécurité économique et, surtout, à la dignité humaine. La déclaration d’indépendance américaine contient un article sur le droit à poursuite du bonheur. Mais, si le bonheur des uns fait le malheur des autres, ces déclarations ne prévoient rien.

Le flou artistique de cette déclaration fondatrice (certains maux sont supportables, la prudence est de mise avent la révolte) rend le mot libertaire terrifiant : on voit comment les droits des actionnaires et des spéculateurs prendre le pas sur tous les autres au niveau mondial.

Le lien avec ces ‘tea parties’ ? La ‘Boston tea party’ de référence est toujours citée comme déclencheur de la lutte pour l’indépendance américaine : non aux impôts payés à l’Angleterre !(ces impôts n’étaient pas redistribués comme aujourd’hui en service public, faut-il le préciser) Qui sait et qui explique que derrière ce prétexte se cachait une révolte contre des projets plus vaste de la couronne anglaise : abolir l’esclavage et faire une frontière au niveau des Appalaches afin que cesse la spoliation et le massacre des populations indiennes. Insupportable frein à la liberté !

Ces conceptions libertariennes (je ne peux traduire par libertaire, connoté trop positivement) s’insinuent partout : les villes privées (20000 gated communities en 1997) comptent sans doute plus de 10 millions de personnes aux USA ; les agents de recensement n’ont pu avoir accès à certaines de ces villes en juin 2010 ! Certaines interdisent les familles : pas question de payer des impôts locaux pour les écoles, alors qu’ils payent des polices privées. Elles pourraient aussi demander leur ‘indépendance’ ! Certaines se vantent d’être à l’abri de la pollution : les nuages et les vents chargés en toxiques les contournent sans doute, comme ils l’ont fait de la France en 1986 !

Ces villes privées, nées en Afrique du Sud au temps de l’Apartheid font florès à travers le monde. Un bon film mexicain, la Zona de Rodrigo Plà (2007) nous entraîne dans une de ces villes…

Source : André Kaspi, 1976, l’indépendance américaine, Archives Gallimard

Crédit photos : Kotaku, JGB & Gated Communities

Voie Militante Voie Militante

Tags : , , ,

11 Réponses »

  1. @Marie-Noëlle

    Bel article qui met en lumière les paradoxes d’une liberté artificialisée !

  2. @Marie-Noelle

    puisque c’est la saison du thé chez marie noelle :

    je chosirai :
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Matcha

    mais pour les britaniques, un thé vert arrosé d’un nuage de lait et
    accompagné de :

    http://www.suite101.fr/content/recettes-faciles-pour-un-tea-time-a-langlaise-a1802

    en revanche, l’article est très intéressant sur le fond ….

    serait ce la pureté de façade qui cacherait les tourments réels ….

  3. Ici, au Québec, ça va encore plus loin dans l’imposture : un « Tea Party » a récemment vu le jour sous le nom de « Réseau liberté-Québec »… C’est de l’usurpation d’identité !
    http://www.facebook.com/pages/Contre-le-Reseau-Liberte-Quebec/170959606254753

  4. @Bernard
    merci, je sens que je vais trouver l’apaisement avec le Matcha que je ne connaissais pas…Je boirais à la santé des visiteurs de Nice? Ah non alors!
    @ Mathieu
    imposture, c’est bien le mot, lien facebook intérésant, vive la résistance!

  5. L’auteur du « Choc des civilisations », Samuel Huntington, politologue en vue écrivait dans les années quatre-vingt: « Les architectes du pouvoir aux Etats-Unis doivent créer une force qui peut-être ressentie, mais pas vue. Le pouvoir reste fort tant qu’il reste dans l’obscurité: exposé à la lumière du jour, il commence à s’évaporer ».

    Le plus fascinant reste sans doute cette évocation du « voile », cette capacité de la classe dirigeante à faire adhérer la majorité à ses objectifs, comme si ses intérêts propres étaient les mêmes.
    Il est vrai que l’exportation de ces concepts, en gros depuis Nixon, lui permet de relativiser.

  6. @mat

    Que faut il faire pour remettre en place ces maudit anglois …
    câlice; tabernak !!!!

    ça donne quoi un kellermann qui jure comme un charretier ( en vieux) charentais ?

    ceci : http://linuxreviews.org/man/nice/index.html.fr
    ou cela : http://www.nice-acropolis.com/visiteurs.php

  7. Il n’en demeure pas moins que les Etats-Unis sont la première puissance économique du monde, la Chine la deuxième et que la Chine en tant que puissance économique est une pure création occidentale.

    On peut gloser à l’infini, c’est une donnée objective.

    Et moi, je n’oublierai jamais ce souvenir d’enfant : les croix sur les tombes de tous ces gamins venus se faire massacrer pour nous libérer.

    Et « les américains » ne sont-ils pas des européens comme vous et moi ?

  8. @Patrick

    Entièrement d’accord avec vous pour dire que la Chine, telle que Deng Xiao Ping l’a vouluE à partir de 1977, est une invention de l’Occident au même titre que le fut le Japon à la fin du XIXe. La Chine nous permet de disposer des grille-pains à 10 euros. N’est-ce pas merveilleux ?

    Mais j’avoue toute ma « perplexitude » quant à la chute de vos propos ??? ;+)

  9. @Patrick
    Loin de moi tout anti-américanisme systématique…
    Ceci dit la notion de puissance économique n’est pas un argument: à quel prix? Cette ‘donnée objective’ les pose-t-elle en modèle pour autant? La croissance chinoise repose certes sur la mondialisation de leur implantation commerciale, l’Afrique en fait déjà les frais, décidément continent toujours ‘colonisé’. Préconisez vous le boycott des produits chinois ? Qui en a d’ailleurs les moyens, puisque tout le monde, surtout les plus pauvres veulent consommer à tout prix.
    Mais après tout l’Inde et la Chine ne refont-elles pas le coup des anglais en Inde, qui ont démantelé leur industrie textile pour dominer ce secteur?
    Ses opposants reprochent justement à Obama d’être trop européen! Si être européen c’est avoir des connaissances en économie, en histoire et en géographie etc…, alors vive le concept d’Europe!
    Quant à nos ‘libérateurs’, leur sacrifice justifie-t-il les conflits au Vietnam,à Grenade, en Irak …sans oublier les conduites de l’après guerre. Il ne fallait surtout pas laisser les soviétiques avoir le monopole de la victoire sur les nazis.
    Souvenir d’enfance: les bases américaines en France et les premiers mots d’anglais sur les murs: US go home! A Bernay et dans des petits cimetières alentour, je montre souvent les tombes des petits jeunes morts en 1940, anglais, écossais, canadiens, américains…
    N’oublions pas que les économistes américains de l’époque savaient que cette aide serait le point de départ de la relance et la fin de la grande dépression de 1929. Tout le monde le dit : rien de tel qu’une bonne guerre !
    Un bon roman d’espionnage basé sur des faits authentiques: La vie aux aguets de William Boyd
    Lire aussi en anglais les analyses de George Montbiot
    http://www.monbiot.com/archives/2003/10/21/the-flight-to-india/

  10. @ eguor
    phrase très éloquente de ce monsieur effrayant, le ‘ressenti’ dans l’opinion publique c’est : peur, superstition, crédulité, émotions, manipulation, rumeur…Et ça marche!

  11. @eguor

    Nixon a été le premier à inventer le concept du Story Telling.