La voix militante de citoyens d'ici et d'ailleurs

74 morts : la grande réussite du gouvernement français en Afghanistan

Par      • 16 Août, 2011 • Catégorie(s): Monde  Monde    

L’engagement français en Afghanistan ne date pas de la présidence de Nicolas Sarkozy. La création de la FIAS fut décidée par Jacques Chirac fin décembre 2001 sous mandat de l’ONU et sous commandement de l’OTAN, après les attentats contre le World Trade Center à New York. Nous n’étions pas tenus de le faire. A cette époque, Lionel Jospin et les socialistes français n’avaient pas trouvé grand chose à y redire. Aujourd’hui, les caciques du Parti Socialiste demandent à l’unisson le retrait de nos forces avant la fin 2014.

L’article 5 du Traité de l’Atlantique Nord

Même si l’entrée en guerre des États-Unis contre les talibans afghans est antérieure à ce traité, il n’en demeure pas moins qu’il est difficile de reprocher son incohérence à Nicolas Sarkozy. Le Président français a fait voter, par l’UMP, la réintégration de la France dans l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord le 17 mars 2009.

Depuis que la France sous Nicolas Sarkozy est entrée dans le commandement intégré de l’OTAN, notre pays est tenu par l’article 5 du Traité de l’Atlantique Nord : « Les parties conviennent qu’une attaque armée contre l’une ou plusieurs d’entre elles survenant en Europe ou en Amérique du Nord sera considérée comme une attaque dirigée contre toutes les parties, et en conséquence elles conviennent que, si une telle attaque se produit, chacune d’elles (…) assistera la partie ou les parties ainsi attaquées (…) y compris [par] l’emploi de la force armée, pour rétablir et assurer la sécurité dans la région de l’Atlantique Nord« .

Le travail des forces françaises ?

Gérard Longuet, le nouveau Borsalino ?Lundi sur France Inter, Gérard Longuet, l’actuel ministre de la défense du gouvernement Sarkozy, a déclaré, suite aux demandes répétées, par les parlementaires socialistes français, de débat  sur l’engagement des troupes françaises en Afghanistan que  « Ce n’est pas le débat parlementaire qui règle le problème. Ce qui règle le problème, c’est le travail de nos troupes sur le terrain. » Il a tout juste oublié de qualifier précisément la nature du travail des forces militaires françaises en Afghanistan. Pacification ? Protection des populations ? Construction d’infrastructures ? Guerre contre les talibans ? Arrachage des champs de pavots ? Culture de la pomme de terre ? Entretien des matériels militaires français ? Occupation de troupes désœuvrées ? Solidarité nord-atlantique ?

Les ministres et les gouvernements depuis 2001 se succèdent sans que nous en sachions davantage sur la nature de notre engagement en Afghanistan. Toujours est-il que du haut de ses 74 militaires morts au travail, la France peut s’enorgueillir de sa pleine et entière réussite ! Pas sûr, toutefois,  que les familles de ces militaires partagent la vision enthousiaste de l’autorité politique française.

Voie Militante Voie Militante

Tags : ,

2 Réponses »

  1. Cela me rappel un dialogue que j’avais entendu entre Emmanuel Todd et Hervé Morin en 2008, il va sans dire que j’apprécie beaucoup la lucidité d’Emmanuel Todd.

    Sources:
    http://www.hervemorin.fr/archives/2008/2200
    (…)
    SERGE MOATI
    La chair à canon, oui, alors ?

    HERVE MORIN
    …dire cela, c’est honnêtement à la limite de l’insulte. Considérer…

    EMMANUEL TODD
    Oui, oui, tout à fait ! Tout à fait ! Absolument…

    HERVE MORIN
    …c’est à la limite de l’insulte…

    EMMANUEL TODD
    …non, non, pas à la limite : c’est une insulte !

    HERVE MORIN
    …c’est une insulte ! Eh bien, je vous remercie pour cette insulte ! Mais, considérer qu’un président de la République, que les membres du gouvernement décident d’envoyer des troupes dans un pays, en considérant qu’on ne prend pas en compte leur question de leur sécurité, honnêtement, vous pourriez dire autre chose que cela. Parce que, qui peut penser…

    EMMANUEL TODD
    Ah non, non, non ! Je ne dirais pas autre chose ! Quand on envoie des jeunes soldats dans une guerre perdue, on prend une responsabilité morale exceptionnelle !

    HERVE MORIN
    …non, parce que ce n’est pas une guerre perdue…

    EMMANUEL TODD
    Et on déshonore son pays !