La voix militante de citoyens d'ici et d'ailleurs

Grèce : Quand l’Europe assassine un peuple !

Par      • 21 Fév, 2012 • Catégorie(s): Europe  Europe    

17 heures de négociation nous dit-on. Un accord à l’arraché. « Historique » disent certains, « l’aide de la dernière chance » disent les autres. Ce matin, les commentaires ne cessent d’affluer sur cet énième sauvetage de la Grèce. Cette musique nous l’avons déjà entendue, trop entendue, assez entendue. Car au-delà de l’indécent maelström  d’autosatisfactions, c’est bien le peuple grec qui se trouve emporté par le tourbillon de la finance !

La cure d'austérité infligée au peuple grec !Soyons honnêtes, la Grèce voit sa dette restructurée, c’est à dire que les créanciers privés, les banques, devront s’asseoir sur une partie de leurs remboursements. C’est un élément positif. Mais après tout, ne sont-ce pas ces mêmes banques qui ont précipité la chute de ce pays ? L’effacement d’une partie de la dette serait donc une contrepartie normale, juste et cohérente. Mais à quel prix ?

Au prix d’une nouvelle politique d’austérité, de rigueur. C’est à dire au prix d’une erreur monumentale, au prix d’une décision à contre courant de ce qu’il faut faire. L’austérité n’a jamais créé de richesse, de croissance, de développement économique. Au contraire, l’austérité aura pour conséquence d’appauvrir, d’asphyxier encore un peu plus ce pays, comme si c’était encore possible.

Finalement, si les banques acceptent d’effacer une partie de la dette grecque, c’est pour mieux se renflouer avec l’argent des créanciers publics, Europe et FMI et tête ! Cet argent les grecs n’en verront pas la couleur. Cet argent, ces fonds, auraient du être réinjectés, en tout cas en partie, dans le circuit de l’économie réelle du pays. Dans les politiques de l’emploi, dans les aides aux entreprises, dans la réforme fiscale nécessaire au pays… Bref dans des secteurs utiles, des secteurs qui génèrent la richesse et la croissance d’un pays.

Mais aujourd’hui malheureusement, on privilégie encore la rente plutôt que l’emploi, l’actionnariat plutôt que le salariat, la spéculation plutôt que l’innovation !

En attendant, les fonctionnaires sont sacrifiés et ceux qui restent voient leurs salaires amputés, les minimas sociaux sont supprimés, allocations chômages en tête, les retraites sont rabotées… Quelle logique ? Quelle cohérence ? En encourageant la machine à précariser, on oublie, en Grèce, comme en France d’ailleurs, qu’un chômeur que l’on remet au travail, c’est un cotisant de plus et donc une personne de plus à contribuer au redressement de son pays ! S’attaquer au chômage, vraiment, courageusement, c’est s’attaquer à la pauvreté certes, mais c’est aussi s’attaquer à la dette, c’est remettre son pays sur les rails du redressement économique !

L’Europe assassine, sous nos yeux complices, tout un pays, tout un peuple. C’est un génocide économique qui est mené sur les bords de la mer Egée. Et le pire ici, c’est de voir avec quel mépris, avec quel cynisme on considère les victimes de ce génocide ! Pour preuve, ce « tweet » d’un militant UMP de notre circonscription, révélateur d’un certain état d’esprit,  qui alors que les grecs descendaient dans la rue pour crier leur colère, écrivait : « Vous oubliez que c’est qd même une gde partie de la population grecque qui trichait pour pas payer d’impôts. Qui sème le vent… ».*

Il y a encore du chemin…

Crédit photos : ATTAC ; Paperblog.

*Benjamin Maugy, militant UMP du Neubourg, soutien de Jean-Pierre Nicolas Député UMP de la 2e circonscription de l’EURE, le 13/02/2012 sur Tweeter.

Voie Militante Voie Militante

Tags : , , , , ,

2 Réponses »

  1. @Jerome

    Merci pour cet article, ce qui n’impressionne le plus dans cette affaire c’est que nos dirigeants continuent d’appliquer des recettes néolibérales du FMI (celles qui ont toujours échouées) et qui échouent devant leurs yeux! (la Grèce est à -7% fin 2011) plus les faits sont contraires plus ils accélèrent! plus cela échoue plus ils en rajoutent! j’ai du mal à comprendre.

    Est ce que l’Europe est incapable de résister à ses pulsions auto destructrices? est ce par aveuglement idéologique comme pour la défunte Union Soviétique? une folie collective? ou le cynisme complet de la classe dirigeante qui a décidé de se servir dans les caisses tant qu’il y reste quelque chose? (moi je penche surtout pour la dernière hypothèse un peu mêlée des deux autres)

    A propos de « Benjamin Maugy », hélas il suffit de se promener sur les forums des journaux  » mainstream » pour rencontrer ce type de commentaires. Des anciens m’avaient racontés il y a quelques années que juste avant la débâclé de 1940 quand les réfugiés belges arrivaient en France, certains Français (la France aillant la plus grande armée au monde a cette époque!) les regardaient d’un oeil semi moqueur, semi condescendant….tout le monde sait ce qu’il advient ensuite.

    Les prochains sur la liste devraient être le Portugal, l’Espagne, l’Italie puis….

  2. L’oligarchie tente désespérément de maintenir la Grèce dans l’€uro à nos frais, pour deux raisons principales à mon avis :

    – Le marché des CDS étant me semble t il principalement détenu par quelques banques américaines (JP Morgan Chase, Citigroup, Bank of America, HSBC et Goldman Sachs). Nos « amis » américains doivent faire très fortement pressions pour ne pas risquer de les déclencher. Ce marché n’étant pas régulé ces banques n’ont certainement pas les moyens de payer. Crise systémique garantie!

    – Comme le rappelait Paul Jorion dans son post http://www.pauljorion.com/blog/?p=33834, le défaut de la Grèce risquerait de faire s’effondrer le système des assurances vie et par la le dernier bastion de l’ultra-libéralisme zombie. Le mythe s’effondrerait alors définitivement et finirait de délégitimer l’oligarchie.

    Je pense aussi qu’il faut rajouter plus humainement l’expression du désir de domination, pouvoir décider de l’avenir de l’Europe et humilier 10 millions personnes doit être excitant pour certains politiciens-bureaucrates gris sans envergures situés à Bruxelles …

    Mais dans tous les cas, un système qui ne peut supporter qu’un pays de 10 millions d’habitants fasse défaut n’est pas en forme. C’est comme un rhume, sur un individu sain c’est bénin mais sur un cacochyme secrétaire du PCUS c’est mortel :-)