La voix militante de citoyens d'ici et d'ailleurs

Grèce : l’Europe va-t-elle se noyer au milieu du gué ?

Par      • 14 Mai, 2012 • Catégorie(s): Europe  Europe    
« Acropolis, Adieu ! Pourquoi la Grèce doit quitter l’euro » écrivait cette semaine “Der Spiegel”.

Wolfgang Schäuble, le ministre allemand des finances vient d’annoncer que « la zone euro peut supporter une sortie de la Grèce ».
Alors que Angela Brüning Merkel déclarait il y a deux mois qu’une sortie de la Grèce serait « catastrophique », car « les gens du monde entier se demanderaient : qui sera la suivant ? », pour conclure que « ce serait une énorme erreur politique de permettre à la Grèce d’abandonner l’euro» (sources pauljorion.com/blog 14/05/2012 )

On se demande ce qui a changé en 2 mois !?


Cela serait drôle si ce n’était pas dramatique pour les Grecs !… et pour tous les européens. Pour ceux qui se demandent à quoi pouvait donc ressembler la crise des années 30, la Grèce, après 5 années de dépression, est un bel exemple. La chute ne semble pas avoir de fin.

Nous arrivons à la fin des atermoiements, des mensonges, des faux semblants car il n’est plus guère possible d’acheter très chèrement du temps comme jusqu’ici.

L’Europe au milieu du gué risque de couler, l’alternative est maintenant simple : soit on revient en arrière (monnaies nationales) ce qui n’a absolument pas été préparé, soit on avance vers une Europe fédérale , ce que les pays “riches” refuseront probablement.

L’Europe était depuis quelques mois dans l’oeil du cyclone, maintenant la tempête repart de plus belle avec un navire Europe en piteux état,  accrochons-nous cela va secouer et il y aura des noyés !

Nota Bene :
– Il serait possible et souhaitable d’envisager des monnaies transnationales comme par exemple une méditerranéenne, une latine et une nordique avec des parités ré-ajustables comme avant l’ €uro.
– Une Europe fédérale pourrait difficilement se décider dans l’urgence or, le temps est un luxe que nous n’avons plus.

Ci-dessous l’énOOOOOOOOrmité du problème grec !

(Crédits photos : lemonde.fr, les-crises.fr, Greek Europe Reporter)

Voie Militante Voie Militante

Tags : , , , , ,

3 Réponses »

  1. Il faut arrêter l’angélisme à propos des Grecs.

    Il suffit de réquisitionner une partie de la fortune des armateurs Grecs pour que la question de la dette soit immédiatement réglée.

    Mais c’est difficile, techniquement, ce sont les Grecs (et les Américains) qui ont inventé les pavillons de complaisance qui visent à rendre les navires insaisissables.

    Justement pour protéger les riches Grecs des colonels.

    La sortie de la Grèce de la zone euro est clairement la meilleure solution, les banques ont eu le temps de provisionner cette goutte dans l’ouzo : La Grèce, c’est 2% du PIB de l’Europe et un pays de « bandits budgétaires » !

    Et 99% de la « branlette » politique et « bloguienne » !

  2. @Patrick ROBERT

    Point d’angélisme de ma part. Le peuple grec souffre mais les armateurs, l’église, l’armée, les politiciens…donc l’oligarchie non seulement ne paie pas d’impôts mais en plus planque ses milliards d’euros en Suisse et autres…

    Les industries de l’armement française et allemande ont bien profité de la Grèce, ainsi que les banques européennes.

    Le problème c’est :
    – qu’au travers du FESF entre autres, le contribuable européen donc français est garantie de la dette grecque…
    – La BCE possède beaucoup de dettes grecque il va donc falloir au contribuable européen donc français recapitaliser la BCE…etc

    Après il y a l’Espagne, l’Italie….

  3. @Patrick

    Une grande part de la dette grecque est due, historiquement, au budget militaire et aux armements fournis par l’Allemagne et la France.

    Je suis, par ailleurs, très heureux de constater que les solutions que tu proposes soit de taxer les riches. Il me semble que c’est là la solution à beaucoup de nos problèmes.

    Denis, « branleur » blogueur anarcho-catho-socialo-ecolo-rocardo-mendésiste de gauche

    NB Je tiens à préciser que ma référence à Michel Rocard est celle du Rocard du PSU, avant 1977. ;+)