La voix militante de citoyens d'ici et d'ailleurs

Gordon Brown fournit des réponses de gauche à la crise !

Par      • 25 Nov, 2008 • Catégorie(s): Europe  Europe    

On les disait, ces travaillistes britanniques, à ce point si favorables au marché que l’annonce par Gordon Brown de la baisse de la TVA et de l’augmentation des taux d’imposition pour les plus fortunés a de quoi surprendre.

Artisan du plan européen de sauvetage des banques et de l’assurance, le premier ministre britannique est parfaitement conscient de la nécessité de soutenir la demande intérieure. Mais en alourdissant la fiscalité des plus nantis d’un pays qui compte un tiers de travailleurs pauvres créés très largement par sa propre politique, il nous ramène à la question de la pertinence du dogme libéral.

Les libéraux pensent, en effet, que, sans intervention de l’Etat, l’allocation optimale des ressources se fait naturellement. Le gonflement des bulles spéculatives des années Clinton et Bush, la crise des années 1930, les politiques de stop and go des années 1960 nous ont montré évidemment tout le contraire.

Sarkozy et Brown : des réponses différentes quant à la crise

Sarkozy et Brown : des réponses différentes quant à la crise

En France, la première mesure du chef de l’Etat en 2007 fut d’octroyer davantage d’argent à ceux qui en avaient déjà et notamment à quelques uns de ses amis qui n’en avaient sans doute toujours pas assez. Or quand on a tout, on a plus besoin de rien. Au lieu de s’investir dans l’économie réelle, ces liquidités nouvelles se sont reportées dans les bulles immobilières et dans les marchés spéculatifs de matières premières. Autrement dit, les libéraux, croyant bien faire, ont contribué à alimenter le déséquilibre.

La suppression des postes dans la fonction publique relève du même aveuglement alors qu’il convient de soutenir l’emploi. A côté de 360 milliards, que valent 36000 emplois ? De l’or pour notre économie qui va en avoir tant besoin. Les réponses verbales de la droite française, si elles cherchent à emprunter les accents du bonapartisme, masquent une autre réalité. La réponse de la droite à la crise est découplée d’une réalité qu’elle ne peut pas comprendre du fait de son grand éloignement avec la réalité. Gordon Brown montre, par son action, en quoi le travaillisme britannique s’inscrit dans la tradition des mouvements de gauche. Nous finissions par en douter. Allez : encore un petit effort, Gordon !

Crédit photos: Top News Light Reading, Challenges, timesOnLine

Voie Militante Voie Militante

Tags :

Une Réponse »

  1. Comme quoi y’a aussi du bon chez les rosbifs ! ;+)

    J’ai entendu hier un discours de gauche, tout à fait intéressant, vers 1h, sur France 2 dans Expression Directe.
    Les couleurs et la réalisation faisaient penser à un épisode de Derrick, mais le fond était à mon sens ce que les français ont envie d’entendre en ce moment.

    Mais… ça ne venait pas du PS, trop occupé à se crêper le chignon, eh oui, ça venait du Modem !!!
    C’est inquiétant, si on ne se réveille pas très vite de ce cauchemar, on est foutu pour 2012 mais aussi 2017 !