La voix militante de citoyens d'ici et d'ailleurs

Européennes 2009 : La campagne impossible.

Par      • 11 Mai, 2009 • Catégorie(s): Europe  Europe    

Aussi loin que je me souvienne, je suis un européen convaincu. L’Europe, je suis tombé dedans quand j’étais petit. Je n’en suis plus à me demander si il faut une Europe, mais quelle Europe il nous faut.

Je me souviens, de mes premiers pas de militant. C’était en 1992, lors de la campagne de Maastricht. Je collais pour le OUI. Je me souviens de cette vieille version du Traité, en papier recyclé, qui reposait sur ma table de chevet et que je n’ai jamais lu. A l’époque l’Europe était pour moi, comme un réflexe, une évidence. En 1992, le OUI l’a emporté, de peu, de très peu. Résonnent, encore en moi, ces mots de haine, de violence, de rejet dont l’Europe faisait l’objet. Puis la page s’est tournée, l’Europe a continué sa route, mais je n’ai rien oublié.

Plus proche de nous, je n’oublie pas que le Parti, dans lequel je milite toujours, a été le théâtre d’un déchirement féroce, entre camarades, sur un sujet qui devait faire l’union, sur l’Europe, cette Europe que nous avions, nous socialistes, largement contribué à construire. Près de 15 ans après Maastricht, les mêmes haines, la même violence, le même rejet ont refait surface, sous d’autres formes certes, mais tout de même. Au final, le Traité Constitutionnel a été rejeté par les français.  De peu, de très peu.

La relation entre l’Europe et la France repose donc sur une histoire compliquée, torturée. Parler d’Europe en France, relève toujours au minimum de la gageure, bien souvent de l’exploit. L’Europe apparaît toujours comme lointaine, désincarnée, bureaucratique, technocratique. L’Europe interdit ceci, régule cela. Pas étonnant qu’elle ne fasse pas l’unanimité. La faute à qui ? Principalement à ceux qui, au pouvoir en France, considèrent l’Europe comme la coupable toute désignée, de leurs propres échecs. Facile et pratique de taper sur l’Europe, elle est si loin l’Europe, que personne n’ira vérifier.

Et pourtant, demain, le 7 juin prochain, on vote pour nos eurodéputés. Un vote important, fondamental même, mais tellement difficile à rendre séduisant. On craint une forte abstention, alors on balance des spots à la télé, pour dire « L’Europe c’est génial, allez voter« . Quelle dérision !

Il n’y a qu’à voir les listes des différents états majors politiques, pour se rendre compte du peu de cas que font les uns et les autres, de cette élection. Il faut se rendre à l’évidence, cette campagne intéresse peu, elle ne fait pas rêver.

Mais va falloir y aller. Va falloir militer, mobiliser, convaincre. Comme à chaque campagne. Nous militants nous avons une responsabilité et nous l’assumerons… en attendant qu’un jour l’Europe prenne toute sa place au cœur de la vie politique de notre Pays… Mais ça c’est une autre histoire…

Crédit photo : MJS

Voie Militante Voie Militante

Tags : , ,

2 Réponses »

  1. Tu as raison. L’Europe est là ! Quand faisons-nous ? J’avoue, pour ma part, avoir beaucoup de peine à voir certains partis politiques français faire de cette élection un enjeu franco-français oubliant de nous expliquer quelle était leur vision de l’Europe ! D’ailleurs, en ont-ils une ?