La voix militante de citoyens d'ici et d'ailleurs

Bernard Kouchner : delirium pas mince !

Par      • 16 Sep, 2007 • Catégorie(s): International  International    

Interviewé ce soir, Bernard Kouchner a déclaré « Il faut se préparer au pire […] la guerre »… avec l’Iran. Cette déclaration doit être mise en rapport avec la brillante intervention de Dominique de Villepin sur cette question, cet après-midi dans l’émission Ripostes de Serge Moati. Selon l’ancien premier ministre impliqué aux côtés de l’Angleterre et de l’Allemagne dans la négociation avec l’Iran, il faut que les Américains s’impliquent directement dans la négociation. C’est ce que veulent les Iraniens. Les provocations irresponsables de leur Président Mahmoud Ahmadinejad ne sont pas représentatives de la volonté du grand peuple iranien. Reprenant la phrase de l’ancien Président, Dominique de Villepin a tenu à rappeler que « la guerre était la pire des solutions. »

Cette déclaration irresponsable de notre ministre des affaires étrangères est aussi parfaitement imbécile. Je ne crois pas à ces vertus manipulatrices. Robert Gates, le chef de la diplomatie américaine, a encore rappelé aujourd’hui même que la voie diplomatique était celle que privilégiaient les Etats-Unis.

Manifestement, les sunlights médiatiques ont tapé sur le carafon de Bernard Kouchner. Si l’incompétence a été le critère retenu par Sarkozy pour montrer aux Français que la gauche ne valait pas un caramel, je préconise aux gens victimes de l’ouverture sarkozyenne de fuir au plus vite ce qui ressemble à une œuvre de débilité profonde. dont l’intelligence reste à démontrer. En dépit de toute notre histoire, de notre culture, la France s’apprêterait à rejoindre le commandement intégré de l’OTAN nous enlevant au passage toute liberté vis à vis des Etats-Unis. Chez notre nouveau Président, la volonté de rupture est avant tout une absence de vision tout court. Il ne faut pas oublier que la voix et l’indépendance de la France ont contribué à la paix dans le monde au pire moment de la guerre froide !

Je me souviens de mon échange avec une femme qui m’avait dit : « Avec Chirac, on aura jamais la guerre« . Elle avait voté Chirac en 1995 et 2002. Qu’est-ce qui a donc bien pu amener cette femme à voter Sarkozy en 2007 ?

Sources : Le Monde, AFP

Autres éclairages sur Bernard Kouchner

Voie Militante Voie Militante

Une Réponse »

  1. Je ne veux pas non plus que mon pays entre en guerre contre l’Iran.

    Néanmoins, il faut oser parler d’une chose, qui fait réfléchir…si Kouchner était pour la guerre en Irak, c’était par profond respect de la démocratie, parce qu’il croyait que cela amènerait une solution pour les Irakiens. Force est de constater que non aujourd’hui, et c’est une position plutôt facile a priori, mais justement dans ce cas il faut oser annoncer que l’on estime pas le peuple Irakien assez mur pour mériter la démocratie (je le dis en termes assez bruts volontairement) et qu’ils doivent rester sous la tyrannie…position que je ne crois pas facile à assumer.

    Pour l’Iran le problème est peut être différent, car son dirigeant n’est pas a proprement parler un dictateur, il a l’aval du peuple. Néanmoins il en opprime un certain nombre et représente une menace sur le plan internationnal, ce qu’il revendique presque.

    Les républicains états-uniens ont gaché leur crédibilité avec l’Irak, l’Iran se moque ouvertement de l’ONU, et l’anti-américanisme calculateur de la Russie et de la Chine rend les sanctions du conseil de sécurité envers l’Iran pitoyables et dénuées d’impact.

    C’est un problème, et il faut oser le traiter, et proposer des sanctions plus importantes envers l’Iran, évoquer un risque de guerre avec ce dernier ne me semblent pas démesuré par rapport au risque que cet Etat représente ni au chemin qu’il prend, même si cette solution me répugne.