La voix militante de citoyens d'ici et d'ailleurs

Rouen : un nouvel espace à crottes de chien !

Par      • 17 Mai, 2009 • Catégorie(s): Rouen  Rouen    
Valérie Fourneyron et son grand bac à sable !

Valérie Fourneyron et son grand bac à sable !

Alors que la ville de Rouen connaît de graves difficultés financières, Bruno Bertheuil, adjoint au Maire de la ville de Rouen, est fier de nous annoncer que la ville de Rouen aura son « Paris Plages » du 1er au 15 juillet !

Y a pas autre chose à faire de l’argent public en ces temps de crise : infrastructures, écoles, culture, enseignement, associations, aide sociale, logements, … Je ne décolère pas. Et, entre nous, c’est vraiment du grand, du très grand n’importe quoi. Rien, ni personne ne peut justifier des projets aussi cons ! Entre nous, comment voulez-vous que la gauche s’en sorte dans ce pays avec Delanoë, Fourneyron et leur imagination si fertile ?

Crédit photos : Linternaute, France5.fr

Voie Militante Voie Militante

Tags : , , ,

7 Réponses »

  1. je crois que tu t’agaces pour rien. En fait c’est juste de la com qui tente de faire passer pour nouvelle une opération qui a lieu tous les ans dans l’espace du palais. La ville a toujours été partenaire de l’opération en mettant des moyens techniques à disposition et une petite subvention. C’est une initiative de l’association des commerçants de l’espace du palais. Alors comme depuis l’année dernière, Rouen a décidé de communiquer l’été sur le « concept » rouen sur mer, ils englobent ce truc dedans.
    C’est aussi pathétique qu’en hiver le rouen givrée qui est censé transformer la ville en station de ski. mais je te rassure, ça coûte pas cher !

  2. Crois-tu que nous parlons de la même chose ? Il s’agit bien d’une plage de 6000 m2… tout de même.

  3. Je te trouve un peu dur avec Valérie et son équipe. Ta colère aurait été justifiée si rien n’avait été fait depuis plus d’un an pour le secteur associatif, l’aide sociale, le logement et les grands projets structurants de la ville. Or Valérie a consacré 100% de son énergie à tout cela depuis son élection. Ainsi, les associations revivent à Rouen, notamment toutes celles oeuvrant dans les domaines sociaux, culturels, et caritatifs, domaines étouffés par Albertini qui avait décidé de leur supprimer de nombreuses subventions. De nombreux programmes de logements sociaux ont été lancés, là où l’ancien Maire faisait bosser Kauffman et Broad. La liste est longue d’une année riche pour la nouvelle équipe rouennaise.

    Le Rouen Plage n’est peut être pas utile, ni prioritaire, mais il vient alors que le bilan de Valérie Fourneyron est bon. Pour la connaitre un peu, c’est une fille de valeurs, d’engagements et qui n’est là que parce qu’elle aime sa ville et qu’elle veut la rendre toujours plus belle, dynamique et solidaire. Valérie est de celles (et ceux) qui ont l’amour de l’engagement public chevillé au corps.

  4. Personnellement je préférerais que cet argent soit dépensé de façon à ce que Rouen ait enfin un air respirable ! C’est la troisième ville la plus polluée de France après Paris et Lyon… celle où il y a le plus de tuberculeux ! La santé passe avant les loisirs !!!

  5. Denis, je m’initie à l’écologie politique en ce moment et j’ai besoin d’un professeur comme toi pour corriger mon exercice :

    Plage de 6000m2, on peut imaginer une épaisseur de 20cms soit 1200m3.
    La masse volumique d’un sable de carrière de Seine (humide) = 1.8 tonne au m3.
    donc 2160 tonnes de sable à transporter 2 fois = 4320 tonnes (un peu moins en fait car le sable aura séché pendant la quinzaine estivale), arrondissons à 4000 tonnes.
    25 tonnes par camion, il faudra donc 160 camions. Au minimum 50kms aller/retour pour chaque camion(carrière de Seine type Martot ou Bédanne) x 2 = 100 kms par camion, 16000 kms au total. Consommation moyenne du camion 35 litres au 100, soit environ 900gr de CO2 au km.
    Total CO2 émis pour l’opération de transport du sable, un peu plus de 14 tonnes…
    J’ai volontairement omis les émissions connexes à l’opération (pelleteuses…).

    Un autocar, cela consomme à peu près autant qu’un camion. On peut y mettre 55 enfants, des enfants par exemple qui n’auraient jamais vu la mer (je t’assure, même à Rouen à 80 kms de la mer, il y en a plein).
    160 kms aller retour x 100 autocars = 16000 kms.
    100 autocars x 55 enfants = 5500 enfants (allez, 5000 car il faut au moins 10% d’accompagnants).
    ISO pollution dans les 2 cas, mais plus de coquillages ramassés dans le second. Faut choisir !

  6. Petite correction : le sable de la plage est arrivé par barge via la Seine. Une seule barge a suffi… La démonstration est stupide. Et plus de 80000 personnes sont venues sur la plage, des jeunes pour la plupart qui y passaient toutes leurs journées pour profiter eux aussi des vacances.

  7. @hallal

    Nous sommes dans une ère – la modernité – où beaucoup d’entre nous voient de l’utilité là où il n’y en a pas.

    En 1969, quand nous nous baignions encore dans la Seine (nos parents étaient sans doute inconscients), je pense qu’il y avait un intérêt à rester au bord de la Seine. Aujourd’hui, ce sont les gros rongeurs qui nous ont remplacés ! Nous rebaignerons-nous un jour dans la Seine de notre vivant ? Même Chirac qui l’avait promis, ne l’a pas fait.

    « Quand le sage montre la lune, l’idiot regarde le doigt. »