La voix militante de citoyens d'ici et d'ailleurs

Réunification de la Normandie : lettre envoyée à Hervé Morin le 13 janvier 2004

Par      • 15 Juil, 2006 • Catégorie(s): Haute-Normandie  Haute-Normandie    

Je suis atterré par cette idée de réunification de la Normandie. Nous avons pourtant tant de choses à faire sur notre territoire que ces choses inutiles qui éloignent davantage les Français de la politique. Nos routes sont en mauvais état. Les infrastructures de loisirs manquent. Les infrastructures scolaires ne sont pas toujours à la hauteur d’une pression démographique permanente qui s’exerce sur nos petites communes. Il est grand temps de développer une véritable intelligence territoriale autre que celle de croire à une réunification salvatrice !

Je crois que décidément, vous, comme bien d’autres, n’avez rien compris au vote du 21 avril 2001. Les Français, les Normands, les Saint-Eligiens demandent des réponses de proximité. Or les mouvements qui visent à concentrer, regrouper vont absolument dans le sens inverse. J’ai acquis cette conviction au cours des deux premières années de mon mandat de conseiller municipal. J’aimerai que les élections régionales me démontrent que j’ai tort. Mais je crains que le vote populiste ne se renforce. Et sachez que, si c’était le cas, votre part de responsabilité en premier lieu, comme la mienne et celles de tous les élus, seraient immenses.

En fait, la promotion que vous faites de cette idée parfaitement ubuesque de réunification de la Grande Normandie montre, à mon sens, le vide d’idées qui est celui de la classe politique. Quand on a rien à dire, alors, on dit des choses qui ressemblent à pas grand-chose. Vos propositions ne visent volontairement ou involontairement qu’à renforcer le pouvoir de la technostructure (voir le livre de votre ex-compagnon Jean-Louis Borloo) au détriment des élus de base qui sont la seule représentation légitime de la population et qui en connaissent, mieux que quiconque, ses besoins. L’empilement des structures politico-administratives renforce le dessaisissement et la dilution du politique sur la vie de leurs concitoyens.

Et pourtant, il y a évidemment d’autres choix et d’autres visions qui transcendent l’antagonisme gauche-droite auto-entretenu artificiellement par une classe politique en panne d’idées et de véritables projets.

Aujourd’hui, les politiques ne sont plus rien et il est grand temps qu’ils arrêtent de croire que l’Europe à 25, des régions concentrées et des Communautés de Pays et de Communes répondront, à elles seules, aux problèmes de la France. La réponse est aux antipodes sur une vision de complémentarité et non de concurrence, de mutualisation des moyens et non de concentration des moyens. Mais elle exige de vous des remises en cause si profondes que vous n’êtes pas prêts de les accepter. La réponse que vous proposez est la transcription à la vie des citoyens de l’évolution d’un monde économique qui tend à sacrifier l’homme. Finalement, avec de telles idées, vous avez sans doute raison de bien vouloir abréger nos espérances.

Voie Militante Voie Militante

Tags :

Les Commentaires sont clos.