La voix militante de citoyens d'ici et d'ailleurs

Quand Le Vern pointe du doigt les contradictions des Verts…

Par      • 13 Jan, 2010 • Catégorie(s): Régionales Haute-Normandie  Régionales Haute-Normandie    

Présenter une liste aux régionales pour marquer ses différences avec les politiques socialistes paraît nécessaire. Mais, au soir du premier tour des élections, comment la tête de liste des Verts, Claude Taleb (vice-président à l’économie sociale et solidaire de 2004 à 2010),  va-t-elle négocier la fusion de sa liste avec les socialistes et son président Alain Le Vern et que va-t-elle négocier ?

Leurs six années de cohabitation ont été remarquables ! Quelques exemples pour illustrer mes propos :

  • Penly choisi pour accueillir le réacteur EPR et pas une seule motion d’opposition proposée par les élus Verts au conseil régional…
  • Les surfaces en agriculture biologique (moins de 1%) ont reculé en 6 ans en Haute-Normandie et nous sommes les derniers de la classe en France et peut-être en Europe…
  • Le chenal de Rouen est acté par la région pour le développement du port céréalier…
  • Port 2000 continue son développement axé sur le transport et le commerce international…
  • La validation d’un grand aéroport Normand situé en Basse Normandie et plébiscité par la Basse et la Haute-Normandie…
  • Un budget de la région qui avoisine le milliard d’euros… et pourtant seulement 12 millions sont consacrés à l’environnement.
Un combat perdu davance ?

Un combat perdu d'avance ?

Les Verts de Haute-Normandie ont été fidèles et soumis à Alain Le Vern pendant le dernier mandat régional. La vie était belle; les élus Verts Haut-Normands cautionnaient allègrement toutes les politiques socialistes.

Dans ces conditions, quand Alain Le Vern  rappelle dans un article du Paris Normandie du 12 janvier que le principe de contournement de Rouen fut voté à l’unanimité de sa majorité, élus régionaux Verts compris, il  a raison ! Il rappelle la vraie place des écolos verts dans la majorité régionale durant le mandat et pose trois questions:

  • Si les élus verts étaient si fermement opposés au projet, pourquoi ne se sont-ils pas exprimés par leur vote ?
  • Pourquoi prendre une position politique différente aujourd’hui au moment des élections régionales ?
  • Leur opposition au contournement de Rouen sera-t-elle un point incontournable pour un accord de second tour ?

Les valeurs et le projet portés par Europe Ecologie aux Européennes ont fait naître beaucoup d’espoirs. Les élections régionales sont un nouveau combat électoral où surfer sur les bons résultats d’Europe Ecologie ne suffira pas à masquer les 6 ans de co-gestion où les élus Verts, candidats à leur propre succession, ont montré leur incapacité à donner une place prépondérante à la protection de l’environnement et à une transformation de l’économie par l’écologie.

Source : Alain Le Vern tire le premier

Crédit photos : Technodromes Forum, Alain Le Vern

Voie Militante Voie Militante

Tags : , , , , , , ,

6 Réponses »

  1. Je me sens plutôt concerné par l’écologie, et je ne comprends pas trop en quoi les points suivants sont négatifs dans ta vision :
    – Le chenal de Rouen est acté par la région pour le développement du port céréalier…
    – Port 2000 continue son développement axé sur le transport et le commerce international…
    – La validation d’un grand aéroport Normand situé en Basse Normandie et plébiscité par la Basse et la Haute-Normandie…

    Concernant la déviation est de Rouen, on peut en discuter pendant des heures des mois, des semaines, ce que l’on constate aujourd’hui, c’est que des milliers de camions passent en plein centre-ville de Rouen aujourd’hui, avec les dangers que celà comporte…

  2. L’urgence est à faire émerger la prise de conscience que la petite région administrative de haute Normandie a été structurellement pensée dans les années 1960 pour que le Val de Seine ne soit que le corridor industriel et portuaire de la région parisienne, placé sous son étroit contrôle: nous sommes ici dans une géographie subie, tant en Haute qu’en Basse Normandie d’ailleurs avec le nucléaire. C’est pourquoi, la question de la « réunification » normande, ne serait-ce que pour avoir ici l’échelle et la vision pertinentes, pour prendre les bonnes décisions face aux défis écologiques, sanitaires et sociaux d’un aménagement industriel du territoire, est une urgence politique! Alain LEVERN ne semble toujours pas convaincu par cette vision des choses, moins parce qu’il ne la comprendrait pas que parce ce qu’il ne veut pas en entendre parler pour des questions « politiciennes ». Dans ce contexte, je comprends que les écologistes fassent leur propre liste et fassent enfin entendre dans le débat public d’autres considérations qui échappent à la langue de bois partisane: à ce titre, ils sont plus cohérents qu’un PRG qui milite avec raison pour l’unité normande mais qui sera inaudible sur le sujet dans la campagne car Franck Martin a accepté d’être sur la même liste que Marc Antoine JAMET et Alain LEVERN qui ne font pas mystère de leur opposition à toute fusion régionale entre Haute et Basse Normandie!

  3. Concernant Port 2000, le chenal de Rouen, l’implantation de l’EPR à Penly ou le contournement Est de Rouen ; dans l’article « quand Le Vern pointe du doigt les contradictions des Verts » je souligne le décalage entre le discours électoral des verts et leurs pratiques au conseil régional. Quand on prône la transformation de l’économie par l’écologie, je suis en droit d’attendre des élus Verts une expression claire et non soumise face à leurs partenaires dit de « gauche »

  4. Qu’ Alain LEVERN soit battu ou réélu en mars prochain au CRHN, ce sera de toute façon une défaite politique car la gauche PS en Haute-Normandie est en train de passer à côté des deux grandes questions de fond pour faire de la vraie politique ici, à savoir: la question régionale normande et la question écologique sur un territoire soumis à la grosse industrie… La futur majorité de gauche au CRHN s’annonce ingouvernable entre PRG, Écologistes et PS sans même parler du PCF ou de la gauche radicale: les fusions de liste au second tour risquent d’être saignantes… Et rien n’est moins sûr que certains acceptent de s’asseoir sur leurs idées pour que Le Vern puisse s’asseoir de nouveau dans son fauteuil!

  5. @ tous
    on s’aperçoit que les commentaires 4 et 5 se rejoignent et convergent vers le même point: la triste réalité
    max de beuzeville

Laisser une Réponse

*