La voix militante de citoyens d'ici et d'ailleurs

Ménage dans la blogoliste et départ sans retour de Désirs d’avenir

Par      • 7 Juil, 2007 • Catégorie(s): Parti Socialiste de l'Eure  Parti Socialiste de l'Eure    

Kill BillLe ménage se poursuit dans les liens présentés dans ce blog. Les différentes campagnes étant achevées, un certain nombre de sites qui ont souvent joué contre notre propre camp ont été retirés de la blogoliste. Nous n’avons pas à cautionner ici une blogosphère « socialiste » ou de « gauche » toujours prompte à donner des leçons aux autres alors qu’ils ont successivement instruit le procès en incompétence, le procès en droitisation et le procès en sorcellerie de notre candidate. L’irrationalité de leur démarche m’interpelle profondément. C’est à eux, principalement, que nous devons l’échec de la gauche !

Quant à nos alliés de la gauche de la gauche, disons le franchement : des « amis » comme ça, on pourrait s’en passer tant ils semblent mobiliser toute leur énergie à nous pilloner comme pour mieux exister en dépit de l’atemporalité de leurs propositions aussi inutiles qu’insignifiantes.

J’ai aussi supprimé la catégorie Ségosphère. Désirs d’avenir est bel et bien mort. A-t-il d’ailleurs un jour existé ? Où sont les contributions que nous avons fournies au printemps 2006 ? Où sont les contributions que nous avons fournies dans les débats participatifs ? Pas de publicité sur les statuts. Pas de compte-rendus de réunion de bureau. Pas d’AG. Aucune publicité sur les comptes et l’utilisation des fonds. Pour quelqu’un qui prône la transparence et le participatif… Désirs d’avenir reste l’oeuvre d’informaticiens géniaux.

De Désirs d’avenir, Ségolène Royal ne semble pas en faire grand cas d’ailleurs. Plutôt que de faire appel aux militants passés par pertes et profits, elle organise à Paris un debriefing le 16 juillet où sont conviés des parlementaires, des maires, des premiers fédéraux, des experts et intervenants extérieurs. Je ne crois pas, encore une fois, que ce sera par la tête que nous parviendrons à nous remettre en question et à rénover nos pratiques.

Ségolène Royal a eu besoin de nous lors de la campagne interne. Dans la plus grande pagaille, nous avons mené une campagne structurée et efficace. Nous n’en avons pas vraiment été remerciés Depuis, Désirs d’avenir, dans l’Eure, ne s’est plus jamais réuni. La volonté du travail collectif n’existe pas. A-t-elle déjà existé ? La vision de ce mouvement ne diffère pas culturellement de celle de la direction du Parti et des Fédérations : un parti d’élus cohabitant avec des colleurs d’affiche et des distributeurs de tracts. Cette vision ne m’intéresse pas. Nous ne sommes pas entrés dans un parti politique pour soutenir des démarches aussi viscéralement individuelles.

Pour ma part, j’annonce mon départ de Désirs d’avenir, un départ sans retour. Cette décision est mûrement réfléchie. Pour les raisons que j’ai évoquées ci-dessus, ses fondements datent de décembre 2006. J’entends aujourd’hui me consacrer à ma section, à mon canton, à ma commune et à la fédération de l’Eure pour leur donner toute la respiration nécessaire avec mes maigres moyens et la passion qui m’anime. Je n’oublie pas tout l’apport qu’a amené Ségolène Royal à ce parti. Il est considérable.

NB Je souhaite bonne chance aux gens de Désirs d’avenir 76 et je les remercie profondément de m’avoir accueilli lors de leur dernière réunion si amicale.

Voie Militante Voie Militante

3 Réponses »

  1. Votre réaction me semble tout à fait logique et en parfaite adéquation par rapport à notre petite discussion d’hier.

    A l’heure où la liste des traîtres à la tête du parti s’allonge encore, la seule solution est peut-être que le parti se rénove par la base, du moins c’est la seule que je vois pour l’instant.

    A noter que voir Sarko humilier et décridibiliser régulièrement notre parti comme ça me fout franchement en rogne !

  2. Je pense que ta décision vis à vis de Désirs d’avenir est largement compréhensible. Pour ma part, je n’y croyais plus vraiment aprés le déroulement de nos débats participatifs, dés l’automne 2006. Actuellement Sarko, avec sa « politique d’ouverture à gauche » est en train de nous asphixier, c’est vrai que la situation est difficile à vivre pour nous socialistes. Vivement les prochaines échéances dans notre parti pour remettre de la clarté dans nos idées, les enjeux et surtout les pratiques

  3. Décrédibiliser c’est mieux, bonjour les fautes de frappe !

    Vous avez raison José, Sarko nous asphyxie… mais nous ne devons pas nous laisser faire ni baisser les bras.
    Si tout en haut ils ne se bougent pas, c’est à nous de le faire.

    Je suis désolée que les efforts que vous avez faits Denis et vous n’aient pas porté leurs fruits.