La voix militante de citoyens d'ici et d'ailleurs

La vision simplificatrice de Denis Collin sur Evreux

Par      • 20 Mar, 2008 • Catégorie(s): Parti Socialiste de l'Eure  Parti Socialiste de l'Eure    

Denis Collin revient sur la situation ébroïcienne… en philosophe éclairé, là où peut être il nous aurait fallu sans doute un psychologue efficace.

Dans son introduction, il réduit tout d’abord la problématique de la situation locale du Parti socialiste à un affrontement entre les tenants du Oui et ceux du Non lors du vote du projet de TCE. Il nous parle d’un affrontement entre fabiusiens majoritaires d’un côté et royalistes-loyalistes de l’autre en omettant de dire que lors de la désignation interne à l’élection présidentielle, les fabiusiens majoritaires étaient minoritaires avec 41%. Première approximation et elle est de taille ! La faute à tous ses nouveaux adhérents en état de déculturation avancée ? On compte sur Denis et ses acolytes pour nous les acculturer à la sauce gauche historique. Y a que ça de vrai !

Il prête à Michel Champredon la grande clairvoyance de l’analyse de la situation là où, hélas, je ne vois que, pour ma part, des monceaux d’ambition et d’égotisme. Il y fait l’éloge de Michel Champredon, rassembleur de la gauche « historique »… sans les Verts. Dans l’esprit de notre philosophe socialo-marxiste, c’est une vision quelque peu approximative et étriquée de ce que peut être la gauche. Mais de toute évidence, il n’est pas à une approximation près.

Baignant dans une auto-satisfaction de bon aloi, il nous explique ses vertus personnelles de grand rassembleur à avoir organisé une réunion publique sur le Traité de Lisbonne. Il oublie de dire qu’aux côtés de la LCR, du PT, des nonistes, cette réunion a la vertu essentielle de l’autosatisfaction et de l’entre-soi. Les petits plaisirs sont tous bons à prendre. Eh oui, Denis Collin a contribué à faire gagner la « gauche » à Évreux. Et de quelle façon ? Si, aujourd’hui, les gens votaient pour le TCE, ils voteraient OUI. La belle affaire ! Je peux le dire d’autant plus facilement que, pour ma part, j’ai voté NON. J’ai aussi critiqué l’attitude de notre Parti vis à vis du congrès de Versailles où les voix de camarades socialistes se sont honteusement mêlées à celles de l’UMP et du centre.

Il nous vante après les vertus du programme du club « Rive gauche ». Logement social, lutte contre la déinsdustrialisation, soutien aux travailleurs, défense de l’enseignement. Pour du neuf, on peut faire mieux. Dans son commentaire, pas un mot sur l’urgence écologique, sur les transports et l’énergie. Les axes mis en avant sont mâtinés de clientélisme. Car, que peut faire le Maire d’Evreux face à des mouvements de fonds dont Denis Collin en marxiste « historique » nous expliquent qu’ils échappent en grande partie aux responsables politiques à moins de reconnaître l’autonomie des superstructures ! Il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis !!!

Là où il dit juste, c’est au sujet de nos alliances et les courants qui se dessinent clairement au sein du Parti Socialiste entre un pôle conservateur auquel il appartient clairement privilégiant l’alliance avec le PCF et un pôle rénovateur qui entend ne pas se limiter au seul PCF. Critiquant les exigences de Rachid Mammeri (qui n’en a pas), il oublie de nous parler de celles de Champredon et de ses turpitudes.

Le billet de Denis Collin a été écrit sur un blog à plusieurs mains. L’un de ses colocataires, Yves Guyet, avait clairement appelé à voter Bayrou avant le premier tour de l’élection présidentielle, l’assimilant à un vote révolutionnaire. L’ambition était de faire imploser le Parti Socialiste. Je salue évidemment les grandes qualités de rassembleur de la gauche de Denis Collin qui, pour ma part, continue à m’échapper. Je tenais par ma réaction à vous en faire part.

NB Merci à Alain pour son commentaire

Voie Militante Voie Militante

Tags : , , , ,

Les Commentaires sont clos.