La voix militante de citoyens d'ici et d'ailleurs

La Commission Rénovation… suite

Par      • 24 Jan, 2007 • Catégorie(s): Parti Socialiste de l'Eure  Parti Socialiste de l'Eure    

Bernard Bonnechère a fait un travail avec Anthony Vallette qui mérite d’être salué. Ils ont épluché les questionnaires établis autour du thème de la rénovation de manière extrêmement exhaustive et qui ont été complétés et restitués par les adhérents. Je tiens personnellement à saluer cet excellent travail.

Le résultat est, toutefois, décévant à deux points de vue. Seuls 78 d’entre nous ont répondu. Nous sommes 1200 dans l’Eure. Adhérent ne veut pas dire être militant ! De surcroît, la nature des réponses a montré un véritable sentiment de malaise sur les thématiques de la parole et de la place des élus. De ces questionnaires, n’émerge aucune proposition véritable !

Ce que nous avons décidé aux côtés de Michel Champredon, c’est de faire des propositions qui tiennent compte les résultats de l’enquête. Nous y intégrerons, tous, notre sensibilité autour des thématiques suivantes :

  • l’action militante
  • la parole militante au sein du parti
  • la démocratie interne
  • la communication
  • les sections et les organes du parti

Nous nous réunirons pour faire une synthèse de ces propositions et nous demanderons au Conseil fédéral de pouvoir aller dans les sections débattre de ces propositions.

La rénovation pose en fait la question de l’identité de notre parti et de ses adhérents. L’enjeu est de transformer un adhérent en véritable acteur politique, en militant. Il est à regretter que, sur le plan national, la volonté de rénovation ait fait flop. C’est l’effet Flamby ! ;+)

Voie Militante Voie Militante

2 Réponses »

  1. Je reprends, avec votre permission, ce que je disais dans un commentaire sur un papier de Denis sur la commission Formation :

    Bonjour,
    Pourquoi “ce regain d’activité soudain de la commission formation” s’interroge Denis le 16 décembre. A peine deux mois plus tard, il y apporte la réponse dans le compte rendu qu’il fait de la commission Rénovation.
    Poser la question de l’identité du Parti, établir qu’il y a un parcours nécessaire entre adhérent et militant, prendre conscience que les thèmes de nos débats aujourd’hui ne sont pas “nouveaux” mais s’inscrivent au contraire dans une longue tradition, voilà très exactement ce que nous avons fait lors de la première session. Peut-être il y a t il une différence de méthode. Nous cherchons à inscrire la démarche des membres du parti dans l’histoire du mouvement socialiste, dans l’histoire sociale, non seulement de notre pays mais dans l’ensemble des pays du mouvement ouvrier. On repère les grands débats qui ont marqué cette histoire (pêle-mêle : la question des alliances politiques, celle de la paix, de la violence dans l’histoire, du passage au socialisme, des rythmes du changement, etc.) Car il vaut mieux connaître son passé pour ne pas se condamner à le revivre.
    En politique particulièrement, l’histoire est un outil.
    Et bien entendu, c’est tous ensemble, sur les pas de Jaurès, de Blum et de Mitterrand que cette histoire continue de se construire. A nous d’assumer ce lourd mais glorieux passé…

    J’ajoute que l’ensemble du programme de formation que j’ai proposé au Conseil fédéral au nom de la commission formatioin reprend pratiquement tous les thèmes évoqués ici.
    Nous sommes donc bien en phase. Pourquoi alors laisser penser que cela ne pourrait pas être le cas ?
    Avec mes amitiés socialistes et militantes.
    Gérard Contremoulin

  2. Cher Gérard,

    Tout d’abord, je te remercie de ta présence sur ce blog. Même si nos différences politiques sont fort nombreuses, nous sommes dans le même parti et nous avons la même volonté, celle de rénover nos pratiques.

    Je trouve votre initiative autour de la commission Formation fort intéressante et nécessaire surtout dans la dernière ligne droite de la bataille qui s’annonce. Comprendre nos adversaires, c’est aussi mieux se construire !

    Denis.