La voix militante de citoyens d'ici et d'ailleurs

Eric Villedieu quitte le conseil municipal du Neubourg

Par      • 21 Mai, 2008 • Catégorie(s): Parti Socialiste de l'Eure  Parti Socialiste de l'Eure    

Eric Villedieu, membre du Conseil fédéral du Parti socialiste de l’Eure, secrétaire de section du Parti socialiste du Neubourg a décidé de quitter le conseil municipal du Neubourg où il siégeait dans l’opposition depuis 2001.

Dans une interview donnée au Courrier de l’Eure en ce mercredi 21 mai 2008, il tient à préciser qu’il reste membre du Parti Socialiste.

NB J’ai travaillé aux côtés d’Eric lors de la campagne interne des Présidentielles au sein du Parti Socialiste. Il est le représentant de Désirs d’avenir dans le département de l’Eure. C’est un homme que j’apprécie tout particulièrement et dont je salue le sens de l’engagement, l’honnêteté, la clarté et la compétence. Ce n’est pas si fréquent et je tiens à le souligner.

Voie Militante Voie Militante

Tags : ,

13 Réponses »

  1. Je ne connaissais pas cette anecdote. Elle est à son image. Elle est à son honneur. Et j’espère tout comme toi qu’Eric sera disponible pour le PS quels que soient ses choix. J’ai pour lui une profonde estime malgré nos différences. Mais c’est aussi cela, toute la richesse d’appartenir au Parti socialiste. Des rencontres et des hommes ! Et là, il s’agit d’une belle rencontre.

  2. @ Denis Szalkowski

    • Je suis prêt à admettre que tu te sois rangé – peut-être tôt ? – dans la démarche des Jospinistes. Tu en as pleinement le droit !

    • Mais j’espère maintenant que tu ne passeras pas ton temps – comme ça semble être le cas plus bas – à dénigrer Ségolène Royal et sa démarche.

    • Après que tu aies passé ton temps ici – à juste titre – à canarder les déclarations aberrantes d’un Manuel Valls, je ne sais pas ce que tu penses aujourd’hui après les premiers extraits du bouquin d’un Bertrand Delanoë qui, de mon avis, ne sont pas loin d’être du Manuel Valls maintenant. Je suis écœuré ! En tout cas, ça ne pourra pas être avec moi…

    • Je conteste fortement le fait que Ségolène Royal soit dans la démarche d’alignement des signatures. Ce qui est tout simplement faux. Pour celle que ses adversaires ont toujours voulus dépeint comme « solitaire » dans le parti, ça n’était pas plus mal d’annoncer sa candidature avec le soutien de déjà un quart des patrons des fédé. Ça lui donne une dimension collective.

    • Aussi elle était hier en Moselle (Lorraine) et elle n’a nullement éprouvé le besoin de dégainer le soutien supplémentaire du premier fédéral de la Moselle ou des élus locaux.

    • Par contre quand on voit que Delanoë en est maintenant à chercher des militants de base dans ses signatures, qu’en serait-il alors si Ségolène Royal faisait de même ? D’autant plus qu’elle n’a même pas publié les noms des parlementaires, maires, Conseillers généraux ou régionaux qui la soutiennent.

    • J’espère que le débat restera correct entre nous socialistes. Et même si j’avais envie de suivre la démarche de Bertrand Delanoë, avec ses affirmations minables de son bouquin sur le « Libéralisme »(sorties dans la presse) c’est tout simplement hors de question !

    • Je suis certain qu’on fait de toi tu n’es pas d’accord avec ça. Et je viens de voir Delanoë et Harlem Désir se justifier péniblement au 20h de France 2 à l’instant…

  3. Sur Ségolène Royal, je n’ai tiré dessus que lorsqu’elle a fait alliance avec le Modem. Valls et Gorce m’indisposent de fait.

    Quand Delanoë évoque le libéralisme, j’ai cru comprendre qu’il parlait de tout sauf de libéralisme économique. Mon soutien à Delanoë concerne sa candidature au poste de 1er secrétaire. Je verrai pour les motions. Si Ségolène est élue, c’en est fini du PS. la démarche peut suprendre. Et pourtant, c’est la même qui m’a amené à soutenir la aux Présidentielles. Elle était la seule à nous permettre de passer le 1er tour. Quant à la victoire, elle était impossible. Nous le savions tous. On ne bat pas quelqu’un qui y pense tous les jours depuis 30 ans.

    Confidence pour confidence : je vois très mal Delanoë nous représenter en 2012. Peut-être comprendras-tu un peu mieux la logique qui sous-tend mes choix ?

    Bien à toi.

  4. @ Denis Szalkowski

    • Je ne suis nullement dans la démarche de vouloir affirmer que ton choix ne serait pas le bon.

    • Je te cite: « Quand Delanoë évoque le libéralisme, j’ai cru comprendre qu’il parlait de tout sauf de libéralisme économique »

    Ah, bon ? voici pour toi un passage de son livre:

    «  »Le libéralisme est d’abord une philosophie politique de la liberté (…) A gauche, nous sommes les défenseurs de liberté, y compris dans le domaine économique ».

    Tu as bien lu ? « y compris dans le domaine économique ». Mais je tombe de haut !!!

    • Je vois bien Harlem Désir qui ce soir a fait le tour des plateaux télés pour tenté de rattraper la bourde en parlant d’un « libéralisme philosophique ». Et je vois déjà bien que ça sera l’angle de défense adopté. Sauf que ce qui est écrit est bien pire.

    • Pour quelqu’un qui concourrait à séduire le coeur des militants socialistes…Voilà qu’il se tire lui-même une première balle dans le pied !

    • Je vois bien certains de mes ami(e)s militant(e)s qui doivent bouillir après avoir lu et entendu ces aberrations !

    • Quand à affirmer que ça serait la « fin du PS » si Royal accéder à sa tête. On ne va pas jouer à se faire peur ! On ne va pas maintenant reprocher aux militants si ils venaient à lui accorder un suffrage majoritaire ? Sous pretexte que certains caciques de Soférino…

    • Valls et Gorce ne sont pas des soutiens en tant que tel de Ségolène Royal. Il suffit de les écouter. Encore que, ils ne sont pas bien pire que les aberrations du bouquin d’un Delanoë.

    • Fausse affaire l’histoire du « Modem ». Royal a toujours affirmer son attachement à l’union de toutes les gauches et si possible en incluant une partie du centre (car lui-même est divisé) s’il venait à être indispensable pour décrocher 50,01% à la présidentielle pour l’emporter. Que du bon sens. Quand un Delanoë réfuse cette éventualité – pour raison tactique – mais vire lui directement…à droite !

    • D’ailleurs Arnaud Montebourg a été très bon dans son indignation contre ces affirmartions navrantes de Bertrand Delanoë.

    • Enfin pour finir quel contraste ! Quand on voit en l’espace de 24 heures une Royal et un Besancenot au chevet des ouvriers à Gandrange et l’ode au libéralisme de Bertrand Delanoë. Mais je peux faire le pari que le petit milieu médiatique parisien oderera. ça aime le libéralisme…

  5. @Martin

    Je vais me pencher avec sérieux sur le livre.

    N’empêche que le texte clarté, courage, créativité est de belle signature à l’exception de cette intro stupide. Et sur ce texte que je me suis prononcé !

    Merci d’insister.

  6. Manifestement Martin n’a pas non plus lu le livre de Bertrand DELANOE se contentant de raccourcis simplistes.

    Quand DELANOE parle de s’approprier le libéralisme, il le fait dans le cadre de la défense des libertés et notamment de la défense des salariés. Il dénonce le libéralisme outrancier et les excès de la mondialisation. Il érige en principe d’action ce qu’il appelle le libéralisme humaniste. Alors c’est vrai qu’il fait preuve de pragmatisme et de lucidité, notamment sur les questions économiques… des valeurs auxquelles peu de dirigeants socialistes nous avaient habitué.

    Mais réduire le livre de DELANOE à ce passage serait faire preuve de courte vue. Martin ne nous parle pas de ce que DELANOE dit de la politique de Sarkozy, de ce qu’il avance comme projet pour le PS, de ce que ce livre donne comme direction politique… enfin une vraie direction politique.

    Martin a fait une belle caricature de l’ouvrage de DELANOE… une livre qui fait près de 300 pages, un livre qui mérite qu’on le lise, qu’on le médite et qu’on en parle… sans en déformer le sens. A bon entendeur.

  7. Nos querelles sont la risée du pays , les gens de gauche n’en peuvent plus de nos dissenssions étalèes dans tous les journaux , comment voulez vous convaincre et redevenir crédible?
    Halte au feu , préparons le congrès dans le calme et la sérénité !

  8. @ Jérôme PASCO

    • Cher Jérôme PASCO, je rigole ! Il faut donc arrêter de s’enfoncer encore plus…

    • Tes explications, exactement celles que j’ai entendues de la bouche de Delanoë et ses amis « Jospinistes » sont une hérésie complète !

    • Bertrand Delanoë nous dit donc qu’il nous sort son « libéral & socialiste » pour nous expliquer que le « libéral » c’est pour défendre les droits et les libertés individuelles, etc.

    • Mais que comprendre ? Que « socialiste » – en tant que tel – était jusqu’alors « totalitaire » ? Qu’il ne défendait pas les libertés, les entravait ? Et qu’il a donc fallu attendre en 2008 un hypothétique maire de Paris pour que le « Socialisme » prenne conscience et intègre tout l’héritage des droits et des libertés individuelles ?

    • Mais c’est vraiment ne rien connaître des combats du « Socialisme » ! : le combat de Jaurès pour Dreyfus, Mitterrand-Badinter contre la peine de mort, la parité, le Pacs, etc.

    • Surtout quand on sait que, les socialistes, la gauche, sont issus de la déclaration de 1789. Ensuite leur combat pour convention européenne des droits de l’homme, etc.

    • Tout ceci, Ségolène Royal l’a d’ailleurs très bien expliqué ce dimanche midi sur Canal plus.

    •Bref, pour moi, Bertrand Delanoë doit encore acquérir de « la maturité politique » nécessaire pour s’aventurer sur le terrain national qui n’est pas un terrain municipal…

    • C’est bien tout le doute que j’ai toujours eu envers un Delanoë habillé par le mass-médias en« présidentiable » socialiste au destin national alors qu’il n’a jamais exercé même une petite fonction nationale de «secrétaire d’état»

  9. @Martin: Ton argumentaire me laisse pantois… Mais en réalité, ce qui me gêne le plus c’est que sur une simple remarque de ma part, pour remettre les paroles de Bertrand Delanoe dans leur contexte, tu en profites pour mener un débat qui n’a pas lieu d’être. D’après ce que je sais, DELANOE n’est pas encore candidat, d’après ce que je sais encore, nous n’en sommes qu’au stade des contributions et non des motions, encore moins au stade de choisir notre Premier Secrétaire National. Peut être devrions nous d’abord avoir un débat de fond sur les orientations du Parti non?

    Par ailleurs, tu es déjà dans le débat du congrès de 2011, qui devra désigner notre candidat à la Présidentielle de 2012, alors que le congrès de 2008 n’est même pas encore entamé… Chaque chose en son temps. Je suis d’accord avec E.BOISSIERE : « calme et sérénité ».

  10. chers amis

    je découvre avec retard le débat, voire la polémique, qui s’instaure au sujet du livre de Delanoë.
    hé bien vive la polémique ! c’est la preuve d’un débat vivant. cela montre que ceux qui dénoncent l’affrontement à venir -déjà là ?- entre delanoe et royal comme étouffant le débat d’idée ont tort. au contraire il le stimule.

    étant un des « militant de base » qui soutien delanoe je me suis jeté sur son livre dès sa sortie. je n’en ai encore lu que la moitié mais c’est déjà suffisant pour se faire une idée.

    quand j’ai lu ses propos sur le libéralisme je me suis dit « ho la la » voila l’audace de son titre. ça va faire hurler.

    mais moi j’approuve !
    n’en déplaise à notre camarade Martin je suis pour la liberté « y compris dans le domaine économique ». je suis pour la liberté d’entreprendre, pour la productivité et l’esprit d’initiative etc…
    « harg », martin vas s’étrangler. Mais il faut dépasser le superficiel et aller au fond. bien évidement cette liberté doit être régulée, contrôlée, encadrée. c’est ce qu’on appelle la sociale-démocratie.

    « libéralisme » est devenu aujourd’hui synonyme « d’économie de marché ». c’est un gros mots à gauche. je trouve que delanoe est courageux quand il dynamite ce qu’il appelle « un tabou » pour libérer la pensée. car l’approbation de l’économie de marché dans notre nouvelle déclaration de principe est encore loin d’être totalement assumée.

    c’est le paradoxe du PS. nous sommes social-démocrate dans les actes depuis longtemps – sinon depuis toujours – mais nous ne l’assumons pas dans les mots.
    c’est ce qui nous met en échec électoral. la majorité des citoyens aime la gauche parce que nous sommes « plus généreux » mais votent à droite parce qu’ils sont « plus efficace, réaliste, bon gestionnaire »

    c’est cruel car en fait c’est la gauche qui est meilleure gestionnaire que la droite – on le voit dans les collectivités territoriales – mais nous ne l’assumons pas. comme si nous avions honte de bien gérer.

    delanoé assume d’être un « manager » – ahrg ! encore un gros mot – de service public, et appelle les socialistes a l’assumer.

    ça vas faire chauffer les débats !!

    ben dit donc ! moi qui ai choisi delanoé parce que son coté structuré, sérieux – en un mot jospinien – me paraissait plus rassurant que l’imprévisible ségolène je suis servi !

  11. Cher conseiller municipal Guillaume CHARIGNON et par ailleurs déjà signataire de l’appel « jospiniste »,

    le systeme médiatique est ainsi fait que celui qui décide à être « raisonnable » dans son expression publique est certain d’être moins entendu que celui qui, par exemple, dirait une « énormité » !

  12. je regarde de très près les idées de Delanoë et tout d’abord grande nouveauté pour un présidentiable socialiste : il a des choses à dire.

    C’est quand même nouveau.

    Ensuite il nous propose d’être de gauche vraiment.
    En effet nous avons toujours défendu des services publics fort hors ceux-ci sont affaiblis par une lenteur et une innéfficacité épatante. Qui n’a jamais râlé contre la lenteur de tel ou tel service publique ou collectivité. Manager ces services les rendraient plus efficaces , l’efficacité n’a jamais était incomptible avec le fait d’être de gauche. De plus les économies faites seraient une capacité d’investissement et de financement de nos projets…construire des logements investir dans la culture le sport les transports .. ça a un coût !

    Assumer pleinement cette économie n’est pas non plus incompatible avec le fait d’être de gauche. Etre de gauche c’est avant tout agir contre les injustices réduire les inégalités. Ce n’est pas tant ce modèle économique qui est mauvais que ses excès et ce sont ceux la qu’il faut combattre.

    Notre combat s’est toujours porté contre les extrêmes c’est pourquoi je me suis toujours élevé contre le capitalisme ou le liberalisme  » extrémiste  » c’est celui là qu’il faut combattre.

    Qui est conservateur aujourd’hui qui est vieille france c’est bien sarko qui soùle avec ses guy moquet et autre héritage qu’il a voulu imposer à nos écoliers qui n’ont pas à porter la responsabilité des actes ou des souffrances des générations passés.
    Nous voulons le progrès économique et Social quand la droite ne s’attarde que sur le premier.

    De plus Delanoë souhaite redonner au socialisme ce qu’il a de plus grand.

    L’espoir et l’ambition le courage des actes et des idées des granges idées des grandes évolutions d’une socièté le socialisme c’est la modernisation et la libéralisation des moeurs c’est bien le socialisme, la liberté !

    les lois liberticides c’est de l’autre côté l’abolition de la peine de mort ça c’était du socialisme et c’est vers ce genre de progrès social que je pense delanoê souhaite nous ammener.

    Delanoë arrive avec un projet nouveau et une ligne claire et c’est avant tout donc un débat d’idée qu’il nous propose là nous donnant le temps à tous d’échanger dans cette phase de débât soyons sereins et constructifs !