La voix militante de citoyens d'ici et d'ailleurs

Donner plus pour gagner plus en 2012 !

Par      • 15 Avr, 2008 • Catégorie(s): Parti Socialiste de l'Eure  Parti Socialiste de l'Eure    

Le temps des élections est terminé. Les succès électoraux, dans ces temps si particuliers, nous permettent d’envisager une augmentation substantielle des nos financements qui, par ricochet, contribuent à la multiplication de nos actions

Pour rappel (mais est-il utile de le rappeler ), tous les adjoints, maires, conseillers délégués, conseillers généraux doivent s’affranchir d’un prélèvement de 10% – au moins – sur le montant net de leurs indemnités. C’est en tout cas ce que nos statuts prévoient.

Voie Militante Voie Militante

5 Réponses »

  1. Toujours aussi vif, Denis ! Attends au moins qu’on ait voté nos indemnités avant de nous les ponctionner ;-)

  2. Ce n’est pas Denis qui veut »ponctionner » les indemnités des élus du PS , c’est Le Parti Socialiste qui a besoin que ses élus remplissent leurs obligations statutaires , mais évidemment des exclus et des dissidents du PS ne sont pas concernés par ce devoir.
    C’est rentable la dissidence !

  3. @Sophie.

    D’abord, heureux de te revoir dans un espace qui est celui de tous et aussi le tien. Quand ça commence comme ça, faut s’attendre au pire ! ;+) Eh bien non… pas avec moi.

    J’ai cru comprendre que de nombreux « camarades » prenaient quelques largesses avec nos statuts. Mais je ne visais personne de particulier. Dommage que nous n’ayons pas la capacité à faire des rappels.

    Alors oui, de la vivacité, j’en ai toujours et j’en aurai toujours (au moins jusqu’en 2012) pour ce qui est du PS. Après je verrais. Je crois avoir compris les raisons de notre échec en 2007. Je les ai très largement « conceptualisés » ou évoqués (plus approprié) dans ce blog. Je perçois malgré l’optimisme « humaniste » hégélien que l’histoire risque de bel et bien de se répéter au Parti Socialiste. Les rancoeurs, les ressentiments, les haines parfois sont épouvantables ! J’espère que nous nous en sortirons. Dur, dur d’être 1er fédé ! Et pourtant quel challenge à relever ! J’aurais aimé être à la place de Yves. J’espère qu’il aura les capacités d’un grand organisateur et d’un grand animateur.

    Maintenant, nous attendons tous que les mains et les joues se tendent entre nous. Pas facile. Nous avons avalé de telles couleuvres dans cette Fédé au niveau des municipales et des cantonales. Et pourtant avons-nous d’autres choix que de faire en sorte de travailler tous ensemble ?

    Bises et @bientôt !

    @Arnaud

    Je ne pense pas que la dissidence ait pu être choisie pour ce critère même si certains sont champions du fait dans notre Fédé.

  4. Le propos d’Arnaud est intéressant, bien qu’un peu abrupt… J’ai pourtant cru comprendre que certain dissident avait continué à être prélevé après son exclusion ?

  5. @sophie
    Une rumeur qui n’a jamais été prouvée , d’autant que l’heure n’est plus au laxisme au PS, quand au respect du choix des militants, à preuve cette dépêche de l’AP:
    AP – Mardi 15 avril, 19h47

    PARIS – Le bureau national du Parti socialiste a suspendu mardi le sénateur Michel Charasse et 17 autres élus du Puy-de-Dôme pour avoir constitué un groupe dissident au conseil général, a annoncé Bruno Le Roux, secrétaire national aux élections.

    Cette mesure de suspension fait suite à la réélection le 20 mars dernier de Jean-Yves Gouttebel à la présidence du conseil général du Puy-de-Dôme. Alors que les militants socialistes du département avaient choisi Michèle André, vice-présidente socialiste du Sénat, pour succéder à M. Gouttebel, ce dernier a choisi de se maintenir. Dix-huit conseillers généraux, dont M. Charasse, l’ont réélu.

    Le bureau national a confirmé l’exclusion de Jean-Yves Gouttebel, sans étendre cette mesure aux 18 conseillers généraux qui ont voté pour lui. Une mission conduite par Kader Arif, secrétaire national aux fédérations, se rendra la semaine prochaine à Clermont-Ferrand pour rechercher une issue à la crise, et « le cas échéant organiser un nouveau vote », selon M. Le Roux.

    Bruno Le Roux avait pourtant laissé entendre lundi que l’exclusion de Michel Charasse serait prononcée lors du bureau national.

    Mais entretemps, plusieurs voix se sont élevées pour mettre en garde contre les conséquences de l’exclusion de ce mitterrandiste historique, un temps courtisé par Nicolas Sarkozy. « A ce compte-là, Charasse va se retrouver sur la liste de Brice Hortefeux aux régionales », glissait un dirigeant socialiste. AP