La voix militante de citoyens d'ici et d'ailleurs

Des algues vertes sur les plages du débarquement !

Par      • 15 Août, 2011 • Catégorie(s): Normandie  Normandie    

Les cigognes, comme la végétation, sont en avance de trois semaines et commencent déjà leur migration vers l’Afrique du Nord, mais la météo semble s’améliorer, alors si l’envie vous prend de vous rendre sur les côtes normandes, prenez garde… aux algues vertes !

A Grandcamp-Maisy, entre Utah Beach et Omaha Beach, des marées vertes inquiètent  les élus locaux. En effet, en 2010,  2.000 m3 d’algues vertes ont été ramassées à Grandcamp, or, Serge Bigot, le maire, a révélé qu’en 2011 « Nous avons déjà ramassé 4.880 tonnes d’algues (à 50%/60% vertes)… On a eu cet été jusqu’à 80 cm d’épaisseur« .

D’accord, c’est loin d’être la catastrophe comme en Bretagne. En Basse-Normandie, ce qui est ramassé est un mélange à 50 % d’algues vertes et à 50 % d’autres algues et les longues plages sont plus propices au ramassage que les criques bretonnes.

Selon le Ceva – Centre d’étude et de valorisation des algues – la surface couverte par les algues vertes en 2010 était de 675 hectares dans les Côtes d’Armor, de 76 dans le Calvados, de 71 en Vendée et de 27 en Loire-Atlantique. Cependant, selon lui, la région Basse-Normandie n’est pas à l’abri du risque d’émission de gaz toxique !

Le conseiller général UMP et président de la communauté de commune de Isigny-Grandcamp Louis Lelong est  « préoccupé » par le financement du ramassage et les conséquences du phénomène sur l’activité touristique et ostréicole. Il précise « Pour la deuxième année consécutive, nous avons une aide exceptionnelle du conseil général qui nous permet de ramasser les algues avant qu’elles ne soient dangereuses. Mais si nous n’avons plus d’aide…« . Sans compter que des algues vertes sont apparues sur les plages environnantes.

Il semble que le phénomène des algues vertes s’est amplifié ces dernières années et le ramassage doit être rapide « Les algues deviennent très vite nauséabondes. Le 3e jour si on ne ramasse pas c’est insupportable« , explique Louis Lelong, qui cherche à financer une étude de l’université pour examiner les causes dudit phénomène. Car Grandcamp est en bordure de la baie des Veys, avec des cultures intensives et des particuliers pas toujours rigoureux dans la gestion de leurs égouts. Le canton accueille en outre des étables de quelques 100 unités de production porcine significative.

Pour l’agence de l’eau Seine-Normandie, Grandcamp n’est qu’un point singulier dans une région d’élevage plutôt extensif et qui ne connaît que « quelques pics d’algues vertes » il ne s’agit donc « pas de phénomène permanent ».

Restons quand même vigilants quand on va faire trempette ! Surtout avec de jeunes enfants. Fiez vous à l’odeur d’œuf pourri dégagée par les algues. Dans ce cas,quittez les lieux en prenant garde à ne pas marcher dessus. En cas d’intoxication, les symptômes qui doivent alerter sont : une irritation des muqueuses respiratoires et des yeux.

Rappelons nous que l’azote qui provoque la prolifération des algues vertes provient des engrais qui sont déversés dans les rivières et gagnent ensuite la mer. Alors attention à ce que vous achetez…

Crédit photos : i-Voyages.net

Voie Militante Voie Militante

Tags : ,

2 Réponses »

  1. On ne dit pas : des algues vertes sur les plages du Débarquement, mais : des militants écologistes à Omaha Beach.

  2. Kaki sur kaki, en somme.

Laisser une Réponse

*