La voix militante de citoyens d'ici et d'ailleurs

Un avis sur le front républicain

Par      • 23 Mar, 2011 • Catégorie(s): Les Andelys  Les Andelys    

Puisque Denis nous demande notre avis, je vais vous donner le mien. Mon ADN de citoyen a été marqué par les différentes élections législatives qui ont eu lieu dans la 1ère circonscription du Var en 1997 et 1998 dans laquelle j’étais électeur. J’ai assisté à 3 duels entre le PS et le FN… et j’ai connu le FN à plus de 53% en juin 1997. Le soir où la gauche plurielle faisait la fête, j’avais un peu la gueule de bois. Cette élection a été annulée,  et j’ai ensuite vu 2 fois le FN à 49%. D’après vous quand entre le premier et le second tour le FN gagne 15% d’où viennent ces voix ?

Autre duel marquant pour moi : en 1998 dans une cantonale à Marignane, d’où viennent les 63,9% de Daniel Simonpieri (candidat du FN) ? Dois-je parler de Brunot Mégret à Vitrolles, de Jacques Bompard à Orange ?

Peut-on me citer un seul exemple d’un duel entre la droite républicaine et le FN d’où le FN sort victorieux ?

2002 et la gauche perd en 2007 !Évidement en 2002, je n’ai pas utilisé le bulletin de Jacques Chirac : une partie non négligeable des électeurs de droite n’hésitant pas à voter FN quand il y a un risque réel, je ne vois pourquoi des électeurs de gauche voteraient à droite alors que le risque de voir le candidat FN gagner est nul.

Cette semaine, je viens de subir une modification génétique. En tant que secrétaire adjoint de la section des Andelys, appliquant les consignes de nos génies en stratégie politique de la fédération et du national, je me suis fendu d’un communiqué appelant à faire barrage au FN dans le scrutin de dimanche prochain.

Arrêtons de nous raconter des histoires : peu importe les consignes des états-majors, un duel Droite/FN ne présente aucun risque de voir la victoire d’un candidat FN alors qu’un duel Gauche/FN présente un risque important de voir la victoire d’un candidat FN : c’est de l’électorat de droite dont dépend l’issue de ce type de scrutin, pas de nous.

Écoutez les dernières déclarations de Marine Le Pen : elle joue sur du velours. La diabolisation du FN et le « front républicain » ne fait qu’alimenter son thème fétiche de l’UMPS. Bref, dans les cantons où la gauche a une chance de gagner continuons la campagne. Dans les autres cantons, laissons la droite faire sa campagne (elle n’a pas besoin de nous), et regardons vers l’avenir.

Crédit photos : Win Astuce, Save the Dahu, RFI, Affection.org

Voie Militante Voie Militante

Tags : , , , , , ,

7 Réponses »

  1. @tkrimi

    Évidemment, je te rejoins dans l’analyse. Je vais même aller un peu plus loin. D’après les bramements qui arrivent jusqu’à mes oreilles, nous aurions les mêmes valeurs que la droite républicaine, les valeurs de Charles Millon, de Brice Hortefeux, de Claude Guéant, de Jacques Blanc ou de Nicolas Sarkozy. Nous aurions les mêmes valeurs que ceux qui sont au pouvoir en train de tout casser dans ce pays. Les adeptes du Front Républicain savent-ils encore dans quel monde ils sont ? Comment Les électeurs de gauche peuvent Encore s’y retrouver en ajoutant encore de la confusion à la confusion qui les amène à voter FN ?

    Mon sentiment est que cet appel au Front Républicain est purement électoraliste. Je serais très surpris qu’en développant cette rhétorique digne d’un professeur Diafoirus, Frédéric Delamare ait la moindre chance de l’emporter à Bernay Ouest. Je peux me tromper.

  2. @tkrimi
    Je ne sais pas s’il faut appeler cela front républicain, mais très sincèrement et de façon très basique, avons nous le droit de laisser une toute petite chance au FN d’avoir des élus ?
    La réponse pour moi est évidente : NON.
    Et s’il faut voter pour nos adversaires afin de limiter l’impact d’un parti qui remettrait en cause la démocratie, je n’ai pas d’état d’âme. S’il faut voter UMP/NC pour faire barrage au FN, il ne faut pas hésiter.
    Cela fait mal mais cela fera toujours moins de dégât qu’un parti haineux à la tête d’une institution.

    L’heure est vraiment grave. Des candidats parachutés sans programme, (parfois sans culture), sans campagne, bref sans rien ont flirté avec les 20%. Que va-t-il se passer quand leur nouveau leader charismatique va se présenter ? L’heure est vraiment grave, je pense.

    Et la théorie de ce n’est pas de ma faute, c’est l’autre, c’est un peu jouer à l’apprenti sorcier. Et jouer à l’apprenti sorcier, c’est prendre beaucoup de risque.

    @Denis
    A titre perso, je n’ai pas l’impression d’avoir les mêmes valeurs que les gens que tu nommes, mais mon niveau de révulsion est moindre que pour les personnes du FN.

  3. @azerty

    Faire barrage au Front National alors qu’ils n’auront peut-être aucun élu ? Et puis, même, 1 ou 2 élus sur 2000 CG, qu’est-ce que ça change ? Est-il normal que 15% des électeurs soient mis sur la touche ? Si le FN en est là, c’est que des gens votent pour lui. Le Front Républicain risque à nouveau de renforcer la droite en facilitant le report de voix du FN. Tout cela est terrifiant de bêtise.

    De ce point de vue, le canton Bernay Ouest fera figure de test.

  4. Ce qui est terrifiant de betise c’est que ce parti puisse avoir 16/17% des votes. Ca ne me choque pas de tout faire pour que le FN n’accède jamais au pouvoir. Demande aux associations, aux habitants qui ont vécu à orange ou dans les villes gérées par le FN ce qu’ils en pensent. il y eut une éopque ou les triangulaires arrangeaient bien la gauche. Mais en tout état de cause je prone le TOUT sauf le FN sans aucun doute.

  5. @azerty

    Je sais très bien ce qui est arrivé aux associations des villes gérées par le FN : j’y étais. J’étais aussi à tracter sur le marché du Cours Lafayette à Toulon, et je peux te dire que c’est flippant quand tu sais que la moitié des tracts que tu tends sont pris par des personnes qui vont glisser dans l’urne un bulletin avec la flamme.
    Seulement, le « TOUT sauf le FN » comme tu dis ne dépends pas de nous mais de l’électorat de droite : on a jamais vu un candidat FN gagner face à un candidat de la droite.

  6. Il y a risque que les duels gauche/extrême droite conduisent à une élection du candidat d’extrême droite.
    Mais comme dit tikrimi, cela dépend de l’électorat de droite. Reste que celui-ci n’est pas « conditionné » par les politiques de droite, mais largement influencé. Par le discours, par l’appel, par le débat et le climat qui règnent en ce moment à droite.
    Il reste que, chez les écolos, comme dans les parti de gauche, les valeurs républicaines conduisent nos actes. Beaucoup d’entre nous vont se la mettre sous le bras dimanche, mais je ferai comme j’ai dit; Peu importe que les merci semblent pouvoir écorcher la bouche des candidats du front républicain, peu importe les messages hégémoniques du ps, pour moi, il faut y aller, bouter le fn au discours anti-républicain et pourtant ultra-libéral, et rétablir un débat de société entre toutes les femmes et tous les hommes de bonne volonté.
    Peu importe les messages hégémoniques ?
    Jusqu’à dimanche, pas le choix. Mais si on continue à prendre les électeurs, donc les citoyens, pour des idiots, si on continue à ignorer les messages de tous les habitants, quelle que soit leur condition, cela ne peut que se reproduire.
    Ce n’est pas encore dimanche, il est prématuré de se battre pour des places aux législatives, assuré qu’on peut l’être du 21 avril à l’envers.
    Stop. Notre monde, notre pays a besoin de chacun d’entre nous, le débat public aussi.
    Aussi, le front républicain a raison d’être, mais il est aussi un signal d’alarme qu’il faut entendre ? Sinon on accepte l’incendie.

  7. @nono

    Que des gens de droite votent pour la gauche, c’est très bien ! Mais, comme j’ai déjà eu l’occasion de le dire, à force d’appeler à voter à droite, ils finiront bien par choisir Strauss-Kahn !

Laisser une Réponse

*