La voix militante de citoyens d'ici et d'ailleurs

Elements de feuille de route Europe Ecologie Haute-Normandie

Par      • 24 Août, 2009 • Catégorie(s): Haute-Normandie  Haute-Normandie    

Les trois jours que nous venons de passer avec mes camarades Verts et d’Europe Ecologie à Nîmes ont été riches d’enseignements.

Sur Europe Écologie

Depuis le 7 juin au soir, Europe Ecologie n’est plus un parti politique. C’est à cette condition que les Verts ont accepté d’entrer dans la dynamique dès le mois d’octobre 2008. Saluons, encore une fois, la clairvoyance de Cécile Duflot et de Dany Cohn-Bendit. Je tiens aussi à saluer Gaby Cohn-Bendit et André Gattolin sans lesquels cette histoire ne se serait pas passée de cette façon. Aujourd’hui, Europe Ecologie est une association et avant tout un réseau. Adhérer ou signer l’appel Europe Ecologie ne peut pas être assimilé à une double appartenance politique. C’est pourquoi j’appelle tous ceux, en Haute-Normandie, pour qui il y a urgence à diminuer notre empreinte écologique, à développer les circuits courts, à convertir et surtout relocaliser l’économie, à réactiver le lien social, à signer l’appel Haute-Normandie Ecologie. Cet appel a pour but de mobiliser les simples citoyens, les élus, les membres des associations et syndicats autour de la construction d’un projet régional Europe Ecologie.

Oui, en Haute-Normandie, Europe Ecologie y va pour la gagne !

Oui, en Haute-Normandie, Europe Ecologie y va pour la gagne !

Quoi que décident les Verts en région Haute-Normandie, il y aura une liste autonome Europe Ecologie Haute-Normandie au 1er tour en mars 2010. La question de l’alliance au 2e tour ne se posera que le soir du 1er, sachant qu’il est évident, pour nous, qu’il est impossible d’envisager de près ou de loin une alliance avec l’UMP ou l’un de ses partis satellites. Mais il ne s’agit pas, comme trop souvent par le passé, d’être les prétextes écologistes à des politiques régionales des exécutifs socialistes dont le caractère écologique reste encore à démontrer. Je tiens aussi à dire que, sans les Verts, Europe Ecologie n’aurait pas été possible et compte tenu des liens établis et qu’il nous reste encore à construire, il est, pour nous, impensable que nous n’allions pas aux élections régionales dans le respect de la parité (dans les listes et les Comités d’Animation Politique) et de notre diversité. Comme l’a dit Yannick Jadot, cette fois-ci, nous y allons pour la gagne !!! La logique de rassemblement très largement initiée doit encore se prolonger dans nos territoires.

D’ores et déjà, les discussions avec d’autres mouvements ont commencé. Les lignes continuent de bouger. Comment, en effet, renier tout le travail fait par les décroissants et aussi par le MEI d’Antoine Waechter ? Je tiens à saluer l’arrivée de Guillaume Charignon, animateur du pôle écologique du Parti Socialiste dans nos rangs. J’espère que sa venue s’accompagnera d’anciens compagnons de route avec lesquels nous avons partagé la même vision. Je tiens aussi à saluer l’arrivée de Thierry Boedard, élu de l’agglo de Rouen. Nous organiserons dans les prochains jours une réunion des signataires. Je voudrais aussi dire après les exposés brillants d’Yves Cochet que nous n’aurons pas le choix de la décroissance pour construire un autre projet de société. La capitalisme vert ou la croissance verte n’est que de la foutaise au vue de la rareté des ressources que nous continuons à consommer à un rythme effréné  au travers des objets qui s’empilent dans nos décharges. Pour fabriquer le monde vert qu’ils nous promettent, il faut encore beaucoup d’énergie et beaucoup de ressources. Or, nous ne les avons même plus.

Quant à la forme…

Réduire le débat à gauche sur la question des primaires me semble être aujourd’hui le meilleur moyen pour perdre en 2012. Pour tout dire et faire simple, on s’en fout ! Le Parti Socialiste, par ses structures, par ses élus, par l’électoralisme qui le gangrène n’est plus en mesure de proposer la moindre idée face aux défis considérables qui se présentent à nous. Ce Parti est en panne malgré de remarquables militants ignorés et craints par une majorité d’élus dont la seule logique reste la guerre des places

Reconstruire lautonomie militante

Reconstruire l'autonomie militante

Dans les prochains jours, dans les prochaines semaines, dans les prochains mois, nous allons devoir construire notre projet écologique dans la cohérence. Mais cette cohérence, ce n’est pas celle de la logique de contrôle qui prévaut dans les partis politiques. Il nous faut réinventer la politique par le développement de l’initiativisme évènementiel, en favorisant l’autonomie militante et l’auto-organisation dans les territoires. Autrement dit, nous devons passer de campagnes sous tutelle à des campagnes sans tutelle, dans la cohérence. L’équation n’est pas simple. Mais la campagne militante d’Europe Ecologie nous a montré ce que nous devions faire. C’est cela que nous devons réussir en Haute-Normandie et dans nos régions. Sachez que nous sommes nombreux à y mettre, d’ores et déjà, beaucoup d’énergie. C’est à cette condition que nous réussirons.

Voie Militante Voie Militante

Tags : , , , ,

3 Réponses »

  1. est ce que l’article est republiable en citant la source et l’auteur ?
    (localement nous utilisons une licence creative commons pour faciliter cette mise en réseau)

  2. @briand

    Complètement republiable en mentionnant la source. ;+)

  3. houai !! je signe… l’appel de haute-normandie écologie.

    évidemment un pro du web comme toi, avec tout ses flux rss, tu a été informé de ma signature avant que je ne l’annonce moi même sur ton blog à travers un commentaire d’article. (internet ça vas trop vite pour moi ;-)

    en effet je confirme ma signature de cet appel.
    j’ai même failli le signer dès début juillet tellement la réaction du PS (que dis-je l’absence de réaction) était affligeante. mais j’ai suivi le conseil d’un article du blog du Monde intitulé « socialiste prenez des vacances ». je suis donc aller faire des châteaux de sable avec mes enfants pour m’aérer la tête, et surtout ne rien décider précipitamment.
    Car depuis le début de l’été la question de mon appartenance au PS se pose de plus en plus fortement. comme tu le sait, si j’ai quitté les verts en 2007, après la présidentielle, ce n’est pas sur un désaccord idéologique mais sur une déception, celle de ne pas voire les verts réussir à devenir un grand parti.
    je pensais à l’époque, et pense toujours aujourd’hui, que le seul moyen pour que la gauche renoue avec le succès est que le grand parti de la gauche doit être le parti écologiste. il n’y a donc que deux solutions à ce problème :
    soit le parti écologiste, les verts, deviennent grand.
    soit le grand parti, le PS, devient écologiste.

    Il y a deux ans, juste après la présidentielle, la désastreuse campagne de Voynet me semblait conclure des années d’embourbement des verts dans leurs querelles intestines. D’un autre côté la campagne de Ségolène empreinte d’une certaine ouverture à l’écologie semblait marquer une possible évolution du PS.

    Force est de constater qu’aujourd’hui c’est tout l’inverse.

    au début de l’été j’ai fait le choix de ne rien décider avant la fin des vacances, pour ne pas agir dans la précipitation, et prendre le temps de voire l’évolution de la situation.

    aujourd’hui le fruit est bien mûr, il est devenu vert…. je viens de ré-adhérer à ma famille d’origine.

    je rejoins donc bien haute Normandie écologie, mais également le parti les verts. car si je considère bien sur le dépassement de la « forme parti » comme indispensable, on ne peut pas quand même se passer de parti. (et puis surtout j’y garde plein de pote)

    pour continuer, sur ta remarque « J’espère que sa venue s’accompagnera d’anciens compagnons de route avec lesquels nous avons partagé la même vision », je pense en effet que c’est sur la bonne voie. la liste de discussion par mail du pôle écolo du PS est actuellement en pleine effervescence sur le thème « faut il rejoindre europe écologie ? ». Il y a déja plein de départ, dont le plus notable est celui de Bruno Rebelle. Mais il est bien possible qu’il y ai …. un passage en bloc (bref une scission).

    Guillaume CHARIGNON

    P.S. (< hi hi) il faut que je tel à Jérôme pour lui annoncer de vive voix mon départ du PS avant qu’il ne le lise sur ce blog. sinon c’est pas poli !