La voix militante de citoyens d'ici et d'ailleurs

Le député préfère la télé aux salariés !

Par      • 27 Oct, 2008 • Catégorie(s): Eure  Eure    

Communiqué de Marc-Antoine Jamet, maire de Val-de-Reuil
Vice-président du conseil régional de Haute-Normandie


La politique spectacle selon Bruno Le Maire

Bruno Le Maire a souvent le teint poupain et le ton gamin. C’est ce qui fait son charme. Il a malheureusement, aussi, quelques défauts qui font de lui un vieux, vieux politicien. Le diplomate de profession oublie, trop souvent, la courtoisie de rigueur. Le souriant normalien laisse, parfois, réapparaître son goût du secret et, la soutane en moins, de vilaines manières de Mazarin.

On l’avait vu laisser discrètement fuir Awacs, avions ravitailleurs et Airbus militarisés vers Bourges et Orléans pour mieux se féliciter que la base d’Evreux accueille des Transall fourbus d’au moins cinquante ans d’âge. On l’avait aperçu tentant de sauver le LRBA de Vernon qui, dès qu’il s’en est approché, a aussitôt fermé. Au président de Sanofi, il avait proposé, voici un an, de diriger les investissements de Val-de-Reuil vers le « Long Buisson » avant, pris la main dans le sac, d’assurer que c’était une plaisanterie de potache. Sa dernière polissonnerie prête moins à rire. Pour le prix d’un passage sur TF1, à « sept à huit », pour cinq minutes de célébrité, cinq minutes de célérité, dimanche dernier l’ancien directeur de cabinet de Dominique de Villepin s’est improvisé, si ce n’est député du secteur, du moins, à titre provisoire, assistant parlementaire de François Loncle dissertant in situ sur Val-de-Reuil, son avenir : félicité ou anxiété.

Se promenant dans « la zone industrielle du Val-de-Reuil » (sic), on l’a donc vu soliloquer devant la caméra et s’alarmer, dans la commune économiquement et industriellement la plus dynamique de l’Eure, des conséquences de la récession. On ne pouvait être plus mal-à-propos. Les entrepreneurs rolivalois auront apprécié ! Au prétexte d’évoquer le futur de la société Automatech, décor de sa prestation cathodique, en touriste savant, il se lance dans une analyse de la situation locale sur la chaine de Martin Bouygues. La sinistrose l’envahit. Il s’inquiète, il s’alarme. Bien qu’il avoue à l’écran, devant ses dirigeants, ne connaître Automatech ni des lèvres, ni des dents, il considère qu’il est face à un symbole. Rien de moins. Il oublie les implantations, les agrandissements, les développements industriels qui font l’excellence de la Communauté d’Agglomération Seine-Eure toute entière. Qu’importe, pour un peu d’audimat, il empoigne son téléphone et voulant sauver une société à l’instant qu’il découvre, appelle les banques qui lui raccrochent au nez ou qui, pour les plus courageuses, osent lui dire qu’elles ont déjà été appelées par les élus qui, eux, maîtrisent le dossier.

Le député d’Evreux n’a pas prévenu le maire de Val-de-Reuil de sa petite balade audiovisuelle. C’est sans doute un souvenir des rapports qu’il entretenait avec le maire d’Evreux, M. Nicolas, qu’il soutînt jusqu’à ce qu’il chuta. Ce n’est pas grave. En revanche, il a joué avec des emplois et des entreprises. C’est irresponsable. Là où se fait la réussite économique du département, il a semé la crainte et le doute. Par maladresse, il a failli éloigner des investisseurs des ressources, des emprunts, des crédits dont ils ont besoin. Par manque de lucidité, il a scénarisé les difficultés d’une entreprise transformant, alors que chacun s’effraye des conséquences de la crise, en généralité ce qui est un cas particulier. Par intérêt personnel, il n’a pas aidé une commune qui l’aurait plutôt attendu aux côtés des salariés de Tyco dont l’entreprise est délocalisée en Roumanie par des dirigeants sans âme, que sous les projecteurs de TF1.

Heureusement, pour Automatech, sans l’aide fatale de Bruno Lemaire, il a été décidé qu’une commission composée d’OSEO, de la Caisse des Dépôts et des trois principales banques du territoire examinera dans les prochains jours les moyens d’épauler l’entreprise et de sauver son activité. C’est la vraie nouvelle de la journée. A la mairie de Val-de-Reuil, on espère que cela fonctionnera sans parasitisme, ni politique spectacle.


Crédit photo : la politique spectacle et ses limites sur le site du Pcf, la Quadrature du Net

Voie Militante Voie Militante

Tags : , , , , ,

3 Réponses »

  1. c’est hallucinant !!! ce mec est pret à tout pour passer à la TV. avec son sourire éternellement accroché aux lèvres (comme son mentor dominique), il se précipite dès qu’une caméra ou un appareil photo passe par là…
    il la ramène sur tout, il sait tout (normal il est énarque lui…), et plus fort encore, il donne même des leçons à sarkozy sur la diplomatie puisque qu’il est diplomate ( ah c’est étrange le seul métier qu’il ait réellement exercé à part conseiller de Villepin c’est prof, enfin c’est vrai que c’est moins chic…), sur l’économie (il est sans doute expert dans ce domaine aussi), sur la suppression du département (normal il veut devenir président de la région haute normandie). enfin là sur 7 à 8 c’était énorme !!! dans son petit bureau, la larme à l’œil, alors qu’il n’y connait rien. si ça continue comme ça anne mansouret sera je l’espère notre prochaine députée de la 1ère circonscription.

  2. Un homme politique est mort à partir du moment où l’on ne parle plus de lui et que les média se taisent ou l’ignorent …

  3. certes mais là ça frise le ridicule !!! qu’il s’occupe de sa circonscription et pas de celle des autres. je suis certain qu’il y a à faire dans la première….
    d’ailleurs dans le reportage on voit bien qu’il n’est pas pris au sérieux. les banques ne veulent même pas parler du dossier avec lui. c’est comme pour l’usine de renault sandouville, il essaie de récupérer le dossier pour se faire de la pub. ce n’est même pas dans son département !!! si j’en crois ce que j’ai entendu dire, la direction de renault lui a même poliment demander de rester dans son coin. il veut être partout pour qu’on parle de lui. très bien… et bien comme ça il n’est nul part et en 2012 ses électeurs s’en souviendront !!!

Laisser une Réponse

*