La voix militante de citoyens d'ici et d'ailleurs

La fréquentation des bibliothèques dans l’Eure s’effondre !

Par      • 24 Sep, 2011 • Catégorie(s): Eure  Eure    

Nous venons, dans notre petite mairie de Saint-Eloi-de-Fourques de recevoir, un bilan sur l’activité du réseau des bibliothèques départementales de l’Eure. L’absence de présentation d’un tableau de données sur le nombre exact d’inscrits dans notre département de 2005 à 2010  en dit long sur l’état de déconfiture de la fréquentation de nos bibliothèques et autres points lectures de l’Eure ! J’ai d’ailleurs dû recourir à une extrapolation « graphique » pour extraire les données. Veuillez excuser, par avance, toute mon imprécision  !

Les données

Année 2006 2010 Variation
Inscrits 29500 25666 -13.0%
Population 567221 615234 +8.5%
Taux de fréquentation 5.2% 4.2% -1.53 (1)

(1) Ce chiffre indique une élasticité. Autrement dit, à l’arrivée de deux nouveaux habitants correspond la désinscription de 3 habitants du réseau des bibliothèques de l’Eure. On appelle ça en langage modernœud, la déculturation !

Le graphique en guise de données chiffrées

Fréquentation des bibliothèques de l'Eure de 2005 à 2010 !

Voie Militante Voie Militante

Tags : , , , , , , ,

13 Réponses »

  1. Je proteste vivement ! “Déculturation” ressortit au contraire au vocabulaire le plus anti-modernœud qui soit ! En modernœud, on dirait quelque chose comme : “diversification des pratiques culturelles”…

  2. @Didier

    Je connaissais ma difficulté à parler le modernœud . Mais à ce point…

  3. Arrffff ….
    Il s’agit de données brutes qui, pour moi, ne veulent pas dire grand’chose si elles ne sont pas rapprochées des données relatives à la population et à la structure de la population.
    J’ajoute que certaines villes, dans l’Eure, sont loin de mettre en oeuvre des politiques publiques relatives à la Culture, qui soient conformes à la Déclaration de l’Unesco de 1992 sur la lecture publique … La fréquentation, des bibliothèques, cela se soutient, par des politiques adaptées de « prescriptions » et « d’accompagnement » qui sont des notions très précises en bibliothéconomie. Cela se soutient aussi, par une gestion des collections qui passe par leur désherbage, par une politique d’acquisition de fonds nouveaux qui comprenne des supports nouveaux (CdRoms, tablettes de lecture numérique …etc).
    Pour tout cela, il faut une volonté politique … et certainement pas la volonté non avouée contraire, de laisser tomber les bibliothèques convoitées par le secteur marchand …
    J’espère que vos élus vont monter au créneau.
    Bien amicalement

  4. @Ladyapolline

    Je trouve, bien au contraire, que ces statistiques disent tout ! Bien sûr, il y a la volonté politique. Mais il y a surtout 8 à 12% d’illettrés en France, selon les départements. Et, pour tout dire, ça n’arrange rien à l’affaire.

  5. Pour un cours accéléré de modernœud, relisez et apprenez par cœur le commentaire de Lady Apolline, ci-dessus : c’est une synthèse.

  6. @Didier

    J’ai tricot.

  7. @Denis
    Si j’ai pris la liberté de laisser un commentaire sous cette note, c’est que non seulement je connais bien l’Eure mais également la filière culturelle et tout particulièrement les bibliothèques. Ton diagnostic est inexact, sinon, il se vérifierait ailleurs dans des départements bien plus pauvres. Les politiques relatives à la lecture publique sont faites justement pour atteindre les personnes illettrées : comme c’est possible ailleurs, pourquoi pas chez vous. Je ne souhaite ni te critiquer, ni te convaincre. J’espère simplement que d’ici quelques temps, tu penseras à moi, en te disant, tiens, ça je ne savais pas, elle avait raison.
    Bien amicalemnet

  8. @Ladyapolline

    Si j’ai bien compris, moins il y a de lecteurs, plus les politiques menées en faveur de la lecture et du livre réussissent.

    Je ne vois pas bien comment un livre pourrait « atteindre » un illettré. Le préalable, pour lui, est au moins de savoir lire. Certes, il y a les images. Quel peut être, d’ailleurs, le rapport entre la politique du « livre » et le combat contre l’illettrisme ? Mais tu dois avoir raison.

    Je n’incrimine pas le CG de l’Eure. Je dis simplement, chiffres à l’appui, qu’il y a un problème. Mais on peut aussi être dans une espèce de « scotomisation » de la réalité culturelle de ce pays. J’ai appris ce mot en écoutant Onfray ! Désolé.

  9. @ Denis,

    Si tu comprends bien … Non, tu ne comprends pas bien ce que j’exprime brièvement. Mais comme un blog n’est pas un forum, il est difficile d’en débattre. Si je peux, je ferai une note sur mon propre blog sur le sujet.
    Ici, ce n’est pas grave, c’est comme tu voudras.
    Bien cordialement

  10. @Ladyapolline

    Sur ton blog, ok ! Désolé, je n’ai que Bac +4. ;+) Je n’ai pas encore appris le modernœud. En revanche, j’étais pas mauvais en latin, allemand, anglais et occitan. J’ai un peu perdu.

  11. ne désespérons pas, certains taux de croissance grimpent!
    Comme on dit en modernoeud les ‘apprenants en situation de réussite différée » (les cancres) étaient autrefois des incultes mécontents de l’être, puisqu’ils n’étaient pas forcement cons! . Maintenant la connerie des incultes n’a plus de bornes et la culture de la connerie a des taux de rendements époustouflants!
    le monde des livres du 22/9 présentait un livre discutable sur la disparition des’ humanités’, question centrale s’il en est : quels ouvrages dans les bibliothèques? , du pain et des jeux, cela fait davantage recettes!
    Il y aurait de plus en plus de téléviseurs dans les toilettes des foyers français…

  12. Pour bosser moi-même dans une bdp, je peux vous dire qu’il y a de grandes chances que la baisse constatée soit simplement dûe à l’informatisation des bibliothèques qui a poussé les bibliothèques à « nettoyer » leurs listes d’adhérents qui comprenaient auparavant des gens inscrits des décennies plus tôt.

  13. .le nombre d’inscrits ne signifie pas grand chose c’est un paramètre en trompe l’oeil surtout si il n’y a pas de mise a jour périodique.c’est ce que dit fort justement yomamamia.la fréquentation se mesure d’abord par le nombre de visites quotidiennes ainsi que le nombre de prets d’ouvages ou autres supports car désormais une bibliothèque/médiathèque n’a pas que le livre a proposer. en terme d’actions culturelles des animations diverses sont organisées en particulier à la médiathèque de brionne qui à mon avis doit s’ouvrir de plus en plus sur ses voisines de st éloi de fourques le bec hellouin la neuville sur authou ou d’ailleurs, ce qui est déjà bien engagé grace au volontarisme de son directeur toujours demandeur de d’avantage de partenariats.d’autre part de la lecture à la musique il n’y a qu’un pas.c’est pourquoi l’école de musique de brionne,aujourd’hui communautaire,se déplacera dans les communes rurales pour des auditions/concerts comme par exemple à la bibliothèque de st éloi de fourques prochainement. pour l’école de musique et dans ce nouveau cadre intercommunal,la 1ère décision aura été d’instituer un tarif unique pour l’ensemble des inscrits de nos 23 communes,tarif dégressif en fonction des revenus des familles.ce nouveau tarif unique aura d’abord bénéficié aux habitants des communes rurales sans pour autant pénaliser ceux de brionne.un gros regret : ne pas etre parvenu à la gratuité pour tous les scolaires du collège de brionne afin de mettre fin à l’absurde tarif à 2 vitesses en fonction du domicile des élèves !.tous les murs ne sont pas encore tombés….

Laisser une Réponse

*