La voix militante de citoyens d'ici et d'ailleurs

La crise… du Bénévolat.

Par      • 27 Oct, 2008 • Catégorie(s): Eure  Eure    

Ce matin j’avais rendez-vous avec le responsable des Restos du Coeur de ma Commune. A Conches l’an dernier, 77 familles (soit environ 200 personnes) ont bénéficié des services et de la générosité des bénévoles de l’association créé par Coluche… association qui va ouvrir dans quelques jours, sa…24ème campagne d’hiver.

24 ans. Un bail, une éternité, pendant laquelle la misère n’a jamais reculée. 24 longues années pendant lesquelles les bénévoles n’ont jamais baissé la garde, repartant chaque année au combat contre le froid, la détresse, la faim, la pauvreté, la solitude…

Cette année, plus que jamais, les paroles de Coluche sont d’actualité…  aujourd’hui on n’a plus le droit ni d’avoir faim, ni d’avoir froid. La Crise, la politique de l’UMP vont produire leurs effets dévastateurs au grand jour, comme une grosse claque. Le responsable des Restos me disait ce matin qu’on risquait de battre un sinistre record… combien de familles cet hiver à conches, 80?, 90?, 100?. Sans doute plus encore. Des enfants, des personnes âgées, des familles entières qui n’auraient jamais pensé un jour avoir recours à ce type d’association. La crise n’épargnera personne. Cela va faire mal.

D’autant plus mal, que toutes les associations qui oeuvrent dans le domaine de la solidarité, souffrent toutes du même mal : l’absence de bénévoles. Secours Populaire, Croix rouge, Restos… toutes sont logées à la même enseigne, toutes constatent avec impuissance le vieillissement de  leurs troupes, le manque d’implication des jeunes. Les associations souffrent, certaines s’interrogent sur leur capacité à continuer. Il faut des bras pour distribuer les repas, gérer les dons, accompagner les bénéficaires au quotidien, pour retisser le lien social.

Donner de son temps, donner de sa personne n’est pas très à la mode. Le dogme de Sarkozy s’est imposé. La politique de l’UMP menée depuis 6 ans, a exacerbé les égoïsmes individuels, clivant toujours un peu plus la société, étouffant peu à peu toutes les associations, cassant toute dynamique de partage, de don de soi. La politique du pire, la politique de la peur et du repli sur soi.

A Conches et partout ailleurs, nous ne devons pas laisser la chaîne de la solidarité se briser. En tant qu’élu local, à ma modeste échelle, je vais oeuvrer pour relancer la dynamique, pour donner un coup de pouce à toutes les associations… ce sera ma manière à moi de lutter contre l’abandon, le désoeuvrement, la misère et l’oubli.

Je le dois à toutes ces familles, je le dois à tous ces bénévoles, pour faire triompher la solidarité sur l’égoïsme.

Voie Militante Voie Militante

Les Commentaires sont clos.